• Capello, mon maître

     
     :

    hommage

    LE FIL TéLéVISION - Silhouette ronde, esprit carré, Jacques Capelovici, chasseur de barbarismes, régnait sur “Les jeux de 20h” de notre enfance, de son allure de prof très IIIe République, mâtinée d’un zeste d’humour, “de bon aloi”, évidemment. On le trouvait ringard, puis assez rigolo, puis on l’a oublié. Alors pourquoi cette pointe de tristesse à l’annonce de sa mort ?


    Photo : LE PARISIEN/MaxPPP

    On a ri aux oraisons diverses, sur Twitter, Facebook ou dans Libé, toutes en erreurs de syntaxe et barbarismes : j'irai fauter sur ta tombe, Maître Capello.

    On a ri, mais on est surtout étonné.

    De lui, on ne garde que de vagues souvenirs d'enfance, à la télé, sur FR3, Les jeux de 20h, une tête de hibou, une sagesse immobile – l'a-t-on déjà vu marcher ? –, entre Yoda et Jabba the Hut, demi-lune en équilibre sur le nez, la lippe épaisse, gourmande, prête à bouffer du participe passé mal conjugué, du « pallier à » et « des malgré que » en barquettes de douze.

    Un physique incorrigible de prof absolu, une prestance troisième République qui lui permit de redresser les torts et la syntaxe de tout un pays sans se faire exécrer. On se rappelle sa voix nasillarde, ses accents ORTF, sa diction cristalline, ses « de bon aloi », ses cravates rouges et ses calembours. Capello est né désuet. Il a su le rester.


    Maitre capello 1984 par jc761


    A l'adolescence, on a cru qu'il était le représentant légal de la ringardise envoyé sur Terre ; en grandissant, on l'a trouvé rigolo, une mascotte janséniste, un correcteur d'orthographe en costume.

    Il y avait une bouffonnerie névrotique dans cette insistance à jouer les sentinelles d'une langue qui ne demandait qu'à se libérer, à s'ouvrir au « cette nana est canon » des années 80, au « je suis méga branché », au verlan, et puis, plus tard, au « j'ai kiffé ma race », aux « meufs », aux « keums », aux trépidations plus ou moins inspirées d'une syntaxe qui palpite, se dérègle et évolue.

    Lui, il restait là, vissé à ses règles, psalmodiant dans le vide le bon usage des mots, immobile, toujours immobile, « on ne dit pas effacer le tableau, mais essuyer le tableau », « le whisky n'est pas une boisson alcoolisée mais une boisson alcoolique ».

    Devenu adulte, on s'est mis à l'oublier pour de bon, remisant au magasin des accessoires ce souvenir de prof cathodique et de cruciverbiste chez Télé 7 jours, silhouette ronde, esprit carré, humour noir en bandoulière, « En deux lettres, condamné à mort : né ».

    On vous avait oublié Maître Capello. Voilà pourquoi on est étonné aujourd'hui. Surpris d'être aussi triste. Une tristesse de temps qui passe, à l'imparfait du subjectif, en quatre lettres et une ponctuation : déjà ?


    1 commentaire
  • Georges Brassens : Biographie

    Georges BrassensPetit fils de maçon, italien par sa mère, Georges Brassens naît le 22 octobre 1921 à 18 heures, à Sète dans l’Hérault, rue de l’Hospice. Sa mère, Elvira, fille d’un napolitain, et son père, Jean-Louis, sont des gens simples et honnêtes.

    Georges grandit au sein d’une famille nombreuse composée de sa demi-soeur, ses parents, ses grands-parents et leurs chats… A l’école, il n’est pas très en verve, se réveillant à la récréation, et préférant ses cours de musique.

    Le poète tranquille

    Dès 14 ans, il commence à écrire quelques « fadaises », et c’est au collège que la lecture des poètes l’éveille réellement à l’écriture. Avec ses amis, il découvre la musique et la liberté de l’école buissonnière.

    Mais à l’aube de ses 18 ans, une sombre histoire de vol le fait écoper d’un an de prison avec sursis, l’humilie auprès de ses proches et des voisins, et le fait renvoyer du lycée. C’est ce déclic malheureux qui le pousse à rejoindre Paris, chez sa tante Antoinette, en février 1940, rue d’Alésia.

    Son premier boulot le conduit aux usines Renault de Boulogne Billancourt. Le soir, sur le piano de sa tante, il s’essaie à ses premiers accords. Mais les Allemands envahissent Paris, et Brassens retourne à Sète. Cependant, trois mois plus tard, il ne peut s’empêcher de retrouver la capitale.

    Ne pouvant reprendre son poste chez Renault, il se jette dans un travail acharné: la découverte de la musique sur le vieux piano d’Antoinette. Il lit beaucoup, pour tuer le temps dans ce Paris désert: Paul Fort, Rimbaud, et surtout Villon. Ce travail le mène en 1942 à publier son premier recueil de poésie, ‘Des coups d’épées dans l’eau’, suivi rapidement de ‘A la venvole’.

    Il rencontre, parmi les amis de sa tante, Jeanne Le Bonnier, « la Jeanne » qui habite à deux pas de là. Leur relation durera à jamais, malgré la différence d’âge (elle est née en 1891!), d’abord amicale, puis amoureuse.

    La guerre

    Mais c’est la guerre et Brassens est envoyé en Allemagne début 1943. C’est alors qu’il rencontre Pierre Onteniente, dit Gibraltar, son ami, secrétaire et compagnon. C’est aussi au STO qu’il fait ses premières armes devant un public, un public si particulier avide d’émotion, d’amour et d’amitié en ces temps difficiles.

    Lors d’une permission, Brassens « oublie » de revenir en Allemagne, et c’est encore chez Jeanne qu’il se cache à Paris, impasse Florimont, cette cour des miracles où se côtoient poules, chats et chiens, et au milieu, « la cane de Jeanne ».

    L’appartement est vétuste, mais Georges y restera plus de vingt ans, jusqu’en 1966. Il y vit des moments fabuleux avec ses amis, dont un certain René Fallet. Pendant cette période, jusqu’à la fin de la guerre, Brassens vit caché, profitant de sa réclusion pour écrire, jusqu’à la libération. Ensuite, tout en écrivant, il continue à vivre chez Jeanne.

    En 1947, il rencontre Jona, sa Püppchen. Sa vie est rythmée par ses chansons, mais il n’ose pas encore les interpréter et elles restent ignorées de tous. Par relation, il commence à écrire dans la revue ‘Le Libertaire’, revue anarchiste, sous différents pseudos. Mais, lassé, il quitte le journal. Ses démarchages auprès des cabarets parisiens restent vains…

    Fin 1951, un ami réussit à faire passer Brassens au Caveau de la République. Ce passage, quoique peu applaudi, redonne confiance à Georges. Il retravaille alors quelques-unes de ses chansons, et le 6 mars 1951, Patachou l’auditionne en public, parmi lequel un certain Pierre Nicolas, futur ami et musicien de Georges. Tout le monde est subjugué, et c’est ce soir-là que Georges devient Brassens…

    Jacques Canetti

    Ses vrais débuts ont lieu le 9 mars. Jacques Canetti, ami de Patachou et gérant des Trois Baudets, où débutèrent Brel, Mouloudji et Devos, invite Brassens à jouer chez lui. C’est enfin, à plus de trente ans, le succès tant attendu.

    Chez Polydor (Philips), Brassens enregistre Maman Papa avec Patachou, puis Le Gorille, La mauvaise réputation, Le petit cheval, … Les concerts s’enchaînent, Bobino en 1953, deux Olympias en 1954, et les récompenses pleuvent: Grand Prix de l’Académie Charles Cros, édition de ses chansons chez Denoël, …

    1957 est une année riche pour Brassens. Bobino, l’Alhambra, l’Olympia, une tournée à l’étranger, mais aussi une année difficile avec l’apparition de coliques néphrétiques très douloureuses.

    Les années passent et se ressemblent, de succès en succès, entrecoupées parfois par des faits dramatiques, comme la perte de sa mère en 1962, une alerte grave la même année en plein Olympia et le décès de son père en 1965.

    En 1966, après un triomphe au TNP, Georges quitte l’impasse Florimont que Jeanne habite désormais avec son nouveau mari. Très attaché à « son » 14e arrondissement, il déménage non loin de là, près de son ami Brel. Mais un nouveau malheur vient le frapper le 24 octobre 1967: Jeanne, « sa » Jeanne meurt. C’est tout un monde qui s’écroule.

    Les années qui suivent le voient triompher dans toutes les salles, à Paris comme en Province, en France comme à l’étranger, avec souvent en première partie, des jeunes chanteurs tels que Philippe Chatel, Maxime le Forestier, ou Yves Simon.

    Il achète aussi une maison en Bretagne, région d’origine de Jeanne, et s’y évade de temps en temps en se mêlant aux villageois et en recevant ses amis

    En 1973, il entame sa dernière tournée, d’abord en Belgique puis en Grande-Bretagne où sera enregistré son album Live in Great Britain. Et en 1976, à la sortie de son dernier disque, il occupe Bobino durant cinq mois, jusqu’en 1977.

    Novembre 1980: sa santé est préoccupante. Il est opéré d’un cancer. Pendant l’été 1981, au plus mal, il trouve encore la force de retourner au pays, à Sète, et il y meurt le 29 octobre 1981, à 23h15 à Saint Gély-du-Fesc.

    Il est enterré au cimetière Le Py, le cimetière des pauvres, bien loin du cimetière marin cher à Paul Valéry… Un musée est aujourd’hui consacré à Georges Brassens dans sa ville natale de Sète.


    votre commentaire
  • Annie Girardot est morte lundi 28 février à Paris. Retour sur la carrière flamboyante d'une actrice moderne et incontournable du cinéma français.

     

    Annie Girardot nous a quittés ce lundi 28 février 2011.

    Icône du cinéma français dès les années 50, Annie Girardot a eu une carrière hors du commun et s'est illustrée tout particulièrement dans les années 60-70.

     

    Retour sur le parcours d'une actrice inoubliable.

    Annie Girardot est née à Paris le 25 octobre 1931.  Elle suit des études d'infirmière à Caen avant de se tourner vers la comédie. En 1949, elle est élève de l'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre et en 1954, elle sort diplômée du Conservatoire national supérieur d'art dramatique et intègre la Comédie Française.

    En 1955, elle joue son premier grand rôle dans le film Treize à table d'André Hunebelle. On la retrouve ensuite face à Jean Gabin en 1957 et 1958 dans les films noirs Le rouge est mis et Maigret tend un piège.

    En 1959, elle joue dans La corde raide avant de jouer Nadia dans le film Rocco et ses frères de Luchino Visconti. Ce rôle change le cours de sa vie puisque Annie Girardot épouse Renato Salvatori, son partenaire à l'écran, en 1962. Avec lui, elle a une fille prénommée Giulia.

    En 1967, elle est remarquable dans le film Vivre pour vivre de Claude Lelouch et hilarante dans la comédie La vieille fille avec Philippe Noiret, en 1971.


    Entre 1960 et 1970, Annie Girardot joue dans une quarantaine de films dont Le crime ne paie pas de Gérard Oury, Le vice et la vertu de Gérard Vadim, La bande à Bonnot de Philippe Fourastié ou La Vie, l'Amour, la Mort de Claude Lelouch.

    En 1971, Annie Girardot s'illustre dans Mourir d'aimer, un film traitant de l'histoire d'amour interdite entre un élève et son professeur.

    Dans les années 80, Annie Girardot se met à la chanson, en collaboration avec Bob Decout, qui devient pas la suite son compagnon. Elle monte même deux comédies musicales à ses frais, mais le succès n'est pas au rendez-vous.

    Presque ruinée, Annie Girardot connaît une longue traversée du désert avant la renaissance en 1996, où son rôle dans Les Misérables de Claude Lelouch est couronné d'un César de la  meilleure actrice dans un second rôle.

     

    C'est le 2e de sa carrière puisqu'en 1977, elle reçoit le César de la meilleure actrice pour son rôle dans Docteur Françoise Gailland. En 2002, les César la récompensent encore en tant que meilleure actrice dans un second rôle pour le film La Pianiste.

    Depuis plusieurs années, Annie Girardot était atteinte de la maladie d'Alzheimer. En 2006, sa petite-fille révèle sa maladie au journal Paris Match, ce qui émeut le public.

    En septembre 2008, un documentaire très touchant sur le combat de l'actrice contre sa perte de mémoire est diffusé sur TF1, avec la voix de Claire Keim en off.

    En 2010, Giulia Salvatori, la fille d'Annie Girardot, déclare que sa mère n'a plus le souvenir d'avoir été actrice et demande qu'on respecte son intimité.

    Annie Girardot s'est éteinte à l'âge de 79 ans à l'hôpital Lariboisière. C'est Lola Vogel, sa petite-fille, qui a annoncé son décès à la presse.


    1 commentaire

  • Jean Desailly

    Acteur français

    [Cinéma (acteur)]
    Né à Paris en 1920
    Décédé le 11 juin 2008

    Les débuts de Jean Desailly au cinéma sont marqués par des rôles de jeunes premiers un peu fades. Cependant, il persévère et on finit par lui confier des rôles plus profonds, des personnages plus intéressants. On se souvient notamment de la scène où il se retrouve face à Jean Gabin (dans le rôle de Maigret) dans la peau d'un mari assassin angoissant, de son rôle dans 'La Peau douce' où il est partagé entre sa liaison adultère et son statut social et enfin celui de 'La Mort de Belle' où, suspecté de meurtre, il finit par devenir assassin. La carrière de Jean Desailly est marquée par ses collaborations avec les plus grands réalisateurs de sa génération : Claude Autant-Lara (' Sylvie et le fantôme', 'Occupe-toi d'Amélie'), Edouard Molinaro (' La Mort de Belle'), Sacha Guitry (' Si Versailles m'était conté ...'), René Clair (' Les Grandes Manoeuvres'), Jacques Demy (' Les Sept Pêchés capitaux'), François Truffaut (' La Peau douce') ou Henri Verneuil (' La Vingt-cinquième Heure'). Parallèlement à sa carrière au cinéma, Jean Desailly fait partie de la Comédie-Française et de la compagnie Renaud-Barrault, pour laquelle il joue souvent des rôles de bourgeois aisé. En 1998, il fait sa dernière apparition sur grand écran dans 'La Dilettante' de Pascal Thomas. Il meurt dix ans après, laissant derrière lui une filmographie digne des plus grands.


    votre commentaire
  • Bernard-Pierre Donnadieu

     

        * Nationalité : Français

        * Date de naissance : 02/07/1949

        * Date de décès : 27/12/2010



     

    Sa biographie

     

    Né en 1949 dans la banlieue parisienne, Bernard-Pierre Donnadieu fait des études de théâtre et cinéma à l'Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle. Il débute sa carrière discrètement à l'âge de 25ans.

    Il fait de multiples apparitions sous la caméra de cinéastes renommés comme Roman Polanski , Claude Lelouch , Jean-Jacques Annaud ou Patrice Chéreau . Le tout lui permettant de se faire un nom dans le milieu et d'obtenir en 1981 le rôle de l'inspecteur Farges dans Le Professionnel aux côtés de Jean-Paul Belmondo.

     

    Il prête ensuite ses traits au personnage principal du Retour de Martin Guerre avant de jouer les méchants dans des films comme Rue Barbare, L'indic ou Urgence. C'est cependant son interprétation de l'angoissant sociopathe, Raymond Lemorne, dans L'homme qui voulait savoir, qui lui vaudra sa renommée.

    A partir de la deuxième moitié des années 80, Bernard-Pierre Donnadieu poursuit, en parallèle de sa carrière sur grand écran, une carrière sur les planches et à la télévision. Ce qui lui permet de changer de registre et d'incarner des personnages plus léger comme dans Faut pas rire du bonheur avec Laura Morante . Il incarne aussi de nombreux personnages historiques de Charlemagne à Jean Monnet en passant par Napoléon et Jean Jaurès.

    En 2008, il joue Galapia dans le Faubourg 36 de Christophe Barratier . Rôle qui se révèlera être sa dernière apparition sur grand écran.

    De manière assez discrète, il consacre une partie de sa carrière à être la voix française de grands acteurs anglophones comme Harvey Keitel ou Brendan Gleeson . Il participe aussi à des films d'animations en prêtant sa voix à Doc Hudson dans Cars, à l'avocat dans Bee Movie ou encore au papa dans Chic Ken Little.

    Il décède le 27 décembre 2010, à l'âge de 61ans, des suites d'un cancer.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique