• Jean Desailly

    Acteur français

    [Cinéma (acteur)]
    Né à Paris en 1920
    Décédé le 11 juin 2008

    Les débuts de Jean Desailly au cinéma sont marqués par des rôles de jeunes premiers un peu fades. Cependant, il persévère et on finit par lui confier des rôles plus profonds, des personnages plus intéressants. On se souvient notamment de la scène où il se retrouve face à Jean Gabin (dans le rôle de Maigret) dans la peau d'un mari assassin angoissant, de son rôle dans 'La Peau douce' où il est partagé entre sa liaison adultère et son statut social et enfin celui de 'La Mort de Belle' où, suspecté de meurtre, il finit par devenir assassin. La carrière de Jean Desailly est marquée par ses collaborations avec les plus grands réalisateurs de sa génération : Claude Autant-Lara (' Sylvie et le fantôme', 'Occupe-toi d'Amélie'), Edouard Molinaro (' La Mort de Belle'), Sacha Guitry (' Si Versailles m'était conté ...'), René Clair (' Les Grandes Manoeuvres'), Jacques Demy (' Les Sept Pêchés capitaux'), François Truffaut (' La Peau douce') ou Henri Verneuil (' La Vingt-cinquième Heure'). Parallèlement à sa carrière au cinéma, Jean Desailly fait partie de la Comédie-Française et de la compagnie Renaud-Barrault, pour laquelle il joue souvent des rôles de bourgeois aisé. En 1998, il fait sa dernière apparition sur grand écran dans 'La Dilettante' de Pascal Thomas. Il meurt dix ans après, laissant derrière lui une filmographie digne des plus grands.


    votre commentaire
  • Bernard-Pierre Donnadieu

     

        * Nationalité : Français

        * Date de naissance : 02/07/1949

        * Date de décès : 27/12/2010



     

    Sa biographie

     

    Né en 1949 dans la banlieue parisienne, Bernard-Pierre Donnadieu fait des études de théâtre et cinéma à l'Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle. Il débute sa carrière discrètement à l'âge de 25ans.

    Il fait de multiples apparitions sous la caméra de cinéastes renommés comme Roman Polanski , Claude Lelouch , Jean-Jacques Annaud ou Patrice Chéreau . Le tout lui permettant de se faire un nom dans le milieu et d'obtenir en 1981 le rôle de l'inspecteur Farges dans Le Professionnel aux côtés de Jean-Paul Belmondo.

     

    Il prête ensuite ses traits au personnage principal du Retour de Martin Guerre avant de jouer les méchants dans des films comme Rue Barbare, L'indic ou Urgence. C'est cependant son interprétation de l'angoissant sociopathe, Raymond Lemorne, dans L'homme qui voulait savoir, qui lui vaudra sa renommée.

    A partir de la deuxième moitié des années 80, Bernard-Pierre Donnadieu poursuit, en parallèle de sa carrière sur grand écran, une carrière sur les planches et à la télévision. Ce qui lui permet de changer de registre et d'incarner des personnages plus léger comme dans Faut pas rire du bonheur avec Laura Morante . Il incarne aussi de nombreux personnages historiques de Charlemagne à Jean Monnet en passant par Napoléon et Jean Jaurès.

    En 2008, il joue Galapia dans le Faubourg 36 de Christophe Barratier . Rôle qui se révèlera être sa dernière apparition sur grand écran.

    De manière assez discrète, il consacre une partie de sa carrière à être la voix française de grands acteurs anglophones comme Harvey Keitel ou Brendan Gleeson . Il participe aussi à des films d'animations en prêtant sa voix à Doc Hudson dans Cars, à l'avocat dans Bee Movie ou encore au papa dans Chic Ken Little.

    Il décède le 27 décembre 2010, à l'âge de 61ans, des suites d'un cancer.


    votre commentaire
  • Né le 17 mai 1904 à Paris, Jean-Alexis Moncorgé alias Jean Gabin, est le fils de Ferdinand Moncorgé et d'Hélène Petit, tous deux artistes de cabaret. Dernier de 7 enfants, il grandit à Mériel dans le Val d'Oise et débute dans la vie active comme ouvrier.

    En 1923, à l'âge de 19 ans, il se fait embaucher aux Folies Bergères comme homme à tout faire. Après son service national dans la marine, il se fait appeler Jean Gabin et chante dans des salles parisiennes dans un style proche de celui de Maurice Chevalier.

     

    En 1931, alors que le cinéma est depuis peu sonore, il fait ses débuts de comédien dans Paris-Béguin de Augusto Genina. Gueule d'amour, viril, et chouchou de ses dames, il devient rapidement la grande star du cinéma de l'entre deux guerres. Pépé le Moko (1937), La Bête Humaine ou Quai des Brumes (1938) le font entrer dans la légende.

    Durant la deuxième guerre mondiale, Jean Gabin s'exile aux Etats-Unis puis rejoint les forces françaises libres. Contrairement à la grande majorité des acteurs de l'époque, il s'engage physiquement dans le conflit.

    Après la Libération, débute pour lui une seconde carrière. Désormais quadra, les cheveux blanchis, il se tourne vers des rôles de sage ou de patriarche qui conviennent mieux à sa nouvelle stature. Touchez pas au Grisbi (1954) suivi de Razzia sur la schnouf (1955) suffisent à le relancer totalement. En 1956, il accompagne Bourvil dans La Traversée de Paris, le chef d'oeuvre de Claude Autant-Lara.

     

    Dans les années 60, Jean Gabin fait face à deux jeunes qui montent : Belmondo dans Un singe en hiver (1962) et Delon dans Mélodie en sous-sol (1963). En 1969, à la tête du Clan des Siciliens d'Henri Verneuil, il rivalise de charisme avec un Lino Ventura au sommet de sa forme. En 1976, il tourne son dernier film, L'Année Sainte de Jean Girault où il incarne un caïd en cavale.

     

    Jean Gabin meurt d'une crise cardiaque à Neuilly-sur-Seine le 15 novembre 1976 à l'âge de 72 ans. Ses cendres sont dispersées en mer comme il l'avait décidé.

    Celui qui fut l'amant de Marlène Dietrich en 1939 laisse derrière lui trois enfants, Florence, née en 1950, Valérie, née en 1952 et Mathias, né en 1956, qu'il a eus avec Dominique Fournier, sa troisième et dernière épouse.

     

     

    Filmographie :

    1976 : L'Année sainte, de Jean Girault

    1974 : Verdict, de André Cayatte

    1973 : Deux hommes dans la ville, de José Giovanni

    1973 : L'Affaire Dominici, de Claude Bernard-Aubert

    1971 : Le Drapeau noir flotte sur la marmite, de Michel Audiard

    1971 : Le Chat, de Pierre Granier-Deferre

    1971 : Le Tueur, de Denys de La Patellière

    1970 : La Horse, de Pierre Granier-Deferre

    1969 : Le Clan des Siciliens, de Henri Verneuil

    1969 : Sous le signe du taureau, de Gilles Grangier

    1968 : Le Pacha, de Georges Lautner

    1968 : Le Tatoué, de Denys de La Patellière

    1967 : Le Soleil des voyous, de Jean Delannoy

    1966 : Du rififi à Paname, de Denys de La Patellière

    1966 : Le Jardinier d'Argenteuil, de Jean-Paul Le Chanois

    1965 : Le Tonnerre de Dieu, de Denys de La Patellière

    1964 : L'Age ingrat, de Gilles Grangier

    1964 : Monsieur, de Jean-Paul Le Chanois

    1963 : Mélodie en sous-sol, de Henri Verneuil

    1963 : Maigret voit rouge, de Gilles Grangier

    1962 : Un Singe en hiver, d'Henri Verneuil

    1962 : Le Gentleman d'Epsom, de Gilles Grangier

    1961 : Le Président, de Henri Verneuil

    1961 : Le Cave se rebiffe, de Gilles Grangier

    1960 : Les Vieux de la vieille, de Gilles Grangier

    1960 : Le Baron de l'écluse, de Jean Delannoy

    1959 : Rue des Prairies, de Denys de La Patellière

    1959 : Archimède le clochard, de Gilles Grangier

    1959 : Maigret et l'affaire Saint-Fiacre, de Jean Delannoy

    1958 : En cas de Malheur, de Claude Autant-Lara

    1958 : Maigret tend un piège, de Jean Delannoy

    1958 : Le Désordre et la nuit, de Gilles Grangier

    1958 : Les Grandes Familles, de Denys de La Patellière

    1958 : Le Cas du docteur Laurent, de Jean-Paul Le Chanois

    1957 : Les Miserables, de Jean-Paul Le Chanois

    1957 : Le Rouge est mis, de Gilles Grangier

    1956 : La Traversée de Paris, de Claude Autant-Lara

    1956 : Le Sang à la tête, de Gilles Grangier

    1956 : Voici le temps des assassins, de Julien Duvivier

    1956 : Crime et Chatiment, de Georges Lampin

    1955 : Chiens perdus sans collier, de Jean Delannoy

    1955 : Razzia sur la chnouf, de Henri Decoin

    1955 : Napoléon, de Sacha Guitry

    1955 : Gas-oil, de Gilles Grangier

    1955 : Des gens sans importance, de Henri Verneuil

    1955 : French Cancan, de Jean Renoir

    1954 : Touchez pas au grisbi, de Jacques Becker

    1954 : L'Air de Paris, de Marcel Carné

    1954 : Le Port du désir, de Edmond T. Greville

    1953 : La Vierge du Rhin, de Gilles Grangier

    1953 : Leur dernière nuit, de Georges Lacombe

    1952 : La Minute de verité, de Jean Delannoy

    1952 : Le Plaisir, de Max Ophüls

    1952 : Fille dangereuse

    1951 : Victor, de Claude Heymann

    1951 : Pour l'amour du ciel, de Luigi Zampa

    1951 : La Vérité sur Bébé Donge, de Henri Decoin

    1951 : La Nuit est mon royaume, de Georges Lacombe

    1949 : La Marie du port, de Marcel Carné

    1948 : Au-delà des grilles, de René Clément

    1947 : Miroir, de Raymond Lamy

    1946 : Martin Roumagnac, de Georges Lacombe

    1944 : L'Imposteur, de Julien Duvivier

    1941 : Remorques, de Jean Gremillon

    1939 : Le Jour se lève, de Marcel Carné

    1938 : Quai des brumes, de Marcel Carné

    1938 : La Bête humaine, de Jean Renoir

    1938 : Le Récif de corail, de Maurice Gleize

    1937 : Gueule d'amour, de Jean Gremillon

    1937 : La Grande illusion, de Jean Renoir

    1937 : Pépé le Moko, de Julien Duvivier

    1937 : Le Messager, de Raymond Rouleau

    1936 : Les Bas-Fonds, de Jean Renoir

    1936 : La Belle équipe, de Julien Duvivier

    1935 : La Bandera, de Julien Duvivier

    1935 : Varietes, de Nicolas Farkas

    1935 : Golgotha, de Julien Duvivier

    1934 : Zouzou, de Marc Allégret

    1934 : Maria Chapdelaine, de Julien Duvivier

    1933 : Du haut en bas, de Georg Wilhelm Pabst

    1933 : Le Tunnel, de Kurt Bernhardt

    1932 : Les Gaietés de l'escadron, de Maurice Tourneur

    1932 : La Foule hurle, de Jean Daumery

    1931 : Coeur de lilas, de Anatole Litvak

    1931 : Paris-beguin, de Augusto Genina


    1 commentaire
  • Biographie de Tony CURTIS

    .

    Né le 03 juin 1925

    Décédé le 29 septembre 2010 (à l'âge de 85 ans)

     

     

     

    Tony Curtis, de son vrai nom Bernard Schwartz, est un acteur américain, né le 3 juin 1925 dans le Bronx, à New York (États-Unis).

    Il est le fils d’Emmanuel et Helen Schwartz, une famille de juifs hongrois du Bronx. Rendu célèbre par son physique de jeune premier et son accent typiquement new-yorkais, son nom restera associé à son interprétation dans Certains l'aiment chaud avec Jack Lemmon et Marilyn Monroe. Il a figuré dans plus de cent films depuis 1949.

    Considéré à ses débuts comme un beau gosse de plus, l’acteur a fini par faire la preuve de son talent dans des films d’exception comme dans The Sweet Smell of Success avec Burt Lancaster et dans son rôle d’un évadé de prison enchaîné à Sidney Poitier dans The Defiant Ones, qui lui a valu une nomination aux Oscars.

    Curtis a également tourné pour la télévision, notamment avec Roger Moore dans la série Amicalement vôtre..., puis avec McCoy dans Vega$. Il prêta sa voix au personnage de « Stony Curtis » en guest star dans Les Flinstones.

    Depuis le début des années 1980, Curtis mène une seconde carrière de peintre.

    Curtis a son étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood Boulevard et a été fait chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres en 1995 en France.

    Tony Curtis a été marié six fois. Sa première épouse, de loin la plus connue, était l'actrice Janet Leigh (1927-2004), avec qui il est resté marié 11 ans, et avec qui il a eu deux filles : Jamie Lee Curtis et Kelly Curtis, toutes deux actrices.

    Tony Curtis est mort le 29 septembre 2010.

     

    -------------------------------

    Tony Curtis a également été marié à :

    -------------------------------

    - Jill Vandenberg Curtis (6 novembre 1998—)

    - Lisa Deutsch (28 février 1993–1994); divorcée

    - Andrea Savio (1984–1992); divorcée

    - Leslie Allen (20 avril, 1968–1982); divorcée, deux enfants

    - Christine Kaufmann (8 février 1963–1967); divorcée, deux enfants

     

     

    -------------------------------

    Série télévisée avec Tony Curtis

    -------------------------------

    * 1971 : Amicalement vôtre... (The Persuaders!)

    * 1975 : McCoy

    * 1978 : Vega$

    * 2005 : Touche pas à mes filles (8 Simple Rules)

    * 200? : Les Experts (épisode 5x24-25) (CSI Las Vegas)


    votre commentaire
  • Patrick Saint-Éloi est un chanteur français originaire de la Guadeloupe, né le 20 octobre 1958 à Pointe-à-Pitre et mort le 18 septembre 2010 dont le nom reste associé au groupe Kassav'. Patrick Saint-Éloi est l'un des pionniers du Zouk Love dans la Caraïbe. Il est l'auteur et l'interprète du titre "West Indies", le premier gros tube de Zouk Love sorti en 1985 sur son 1er album solo "Mizik Sé Lanmou" (la musique c'est de

    l'amour)

    Biographie

    À l'âge de 17 ans, il quitte la Guadeloupe pour se rendre à Paris, afin de tenter sa chance dans ce secteur. Des cours de chant lui permettront d'atteindre une certaine maîtrise vocale et une rencontre avec le bassiste Georges Décimus sera capitale pour son avenir. Il intègre le groupe Venus One dont il devient le chanteur attitré.

     

    En 1982, il rejoint une formation qui deviendra plus tard le fameux groupe Kassav'! Il l'intègre tout d'abord en qualité de choriste. S'ensuivra une série de concerts marqués par le succès de ce groupe. Cela n'empêchera pas Patrick Saint-Éloi de réaliser ses propres créations en solo, et d'être plébiscité au point de devenir une star à part entière. Il est le crooner guadeloupéen voire même antillais le plus connu, le zoukeur lover par excellence (chanteur de zouk love). L'année 1999 sera celle de sa consécration, il se produit dans la salle mythique de l'Olympia, à guichets fermés. Patrick Saint-Éloi jouera un rôle d'ambassadeur de la culture guadeloupéenne, car il demeure attaché à ses racines, ses origines. En 2002, il quitte le groupe Kassav' et retourne en Guadeloupe. En 2005, il collabore dans un album avec le célèbre chanteur brésilien Gilberto Gil. En 2007, il produira un best of de ses compositions dans l'album Zoukolexion. En mai 2007 pour ses 25 ans de carrière il se produit au Zénith de Paris. Le 13 août 2008, un concert hommage sur le site de Damencourt dans la commune du Moule (Guadeloupe) est organisé par la région Guadeloupe avec un public estimé à près de 30 000 personnes. Il décède le 18 septembre 2010 à 4h00 du matin des suites d'un cancer, au domicile de sa sœur.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique