• biographie de Jean Ferrat

    Découvrez la biographie de Jean FERRAT



    Artiste, Chanteur, Musicien et Parolier (Francais)
    Né le 26 décembre 1930
    Décédé le 13 mars 2010 (à l'âge de 79 ans)


    Jean Ferrat, de son vrai nom Jean Tenenbaum, est un écrivain-parolier, musicien-compositeur et chanteur-interprète français, né le 26 décembre 1930 à Vaucresson (Hauts-de-Seine) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas[ en Ardèche.

    Dernier de quatre enfants d'une famille modeste qui s'installe à Versailles en 1935, il poursuit ses études au Collège Jules Ferry où il rencontre son ami d'enfance François Chabbey. Son père est joaillier et sa mère fleuriste. Durant la guerre, son père, qui est juif[2], est déporté par les nazis et meurt à Auschwitz. Jean Ferrat a onze ans quand il perd son père, il est alors caché par des militants communistes.

    À quinze ans, il doit donc quitter le lycée pour travailler afin d'aider financièrement sa famille. Il commence en même temps des études de chimie et devient aide-chimiste jusqu'en 1954.

    Attiré par la musique et le théâtre, il entre dans une troupe de comédiens au début des années 1950, compose quelques chansons et joue de la guitare dans un orchestre de jazz. Il passe sans grand succès quelques auditions, fait des passages au cabaret sous le nom de Jean Laroche, et, ne se décourageant pas, décide de se consacrer exclusivement à la musique. Le jeune guitariste prend ensuite pour pseudonyme Frank Noël, avant d'opter pour Jean Ferrat (d'après la ville Saint-Jean-Cap-Ferrat).

    En 1956, il met en musique Les yeux d'Elsa, poème de Louis Aragon dont il est un admirateur. C'est André Claveau, alors en vogue, qui interprète la chanson et apporte à Jean Ferrat un peu de notoriété. Il se produit alors au cabaret parisien La Colombe de Michel Valette, en première partie de Guy Béart.


    En 1958, il sort chez Vogue son premier 45 tours, mais ne rencontre guère de succès. Une jeune chanteuse, Christine Sèvres, reprend quelques-unes de ses chansons. Il l'épousera en 1961. C'est la rencontre en 1959 de Gérard Meys, qui deviendra son éditeur et son ami, qui relance sa carrière, il signe chez Decca et, l'année suivante, sort son second 45 tours avec la chanson Ma Môme, qui est son premier succès et passe sur les radios. En 1966, le succès étant venu pour Ferrat, Vogue rééditera ce 45t sous le label Pop4, label à bon marché destiné à la grande distribution de l'époque, comme Prisunic.

    Sa rencontre avec Alain Goraguer, qui signera ses premiers arrangements sous le pseudonyme de Milton Lewis, sera par ailleurs décisive. Ce dernier deviendra ensuite l'arrangeur attitré des chansons de Jean Ferrat.

    Son premier 33 tours sort en 1961 et reçoit le prix de la SACEM. Il entame alors une longue carrière, émaillée de difficultés avec la censure. En effet, Jean Ferrat a toujours été un chanteur engagé. Il écrira ses textes ou mettra en musique ceux de ses amis poètes, Henri Gougaud, Georges Coulonges ou Guy Thomas (voir la section discographie pour la suite).

    En 1962, il fait la connaissance d'Isabelle Aubret. Un véritable coup de foudre amical a lieu entre les deux artistes. Ferrat lui écrit Deux enfants au soleil, un des titres majeurs de la chanteuse, et lui propose la première partie de la tournée qu'il démarre alors. Il compose une chanson sur des paroles écrites par Philippe Pauletto qu'il publie en 1970, et qui sera ensuite interprétée aussi par Isabelle Aubret : Tout ce que j'aime.

    Il a aussi composé une chanson sur des paroles de Michelle Senlis pour Jacques Boyer et Jean-Louis Stain au début des années 1960 et qui sera, dans les années 1970, réécrite partiellement et interprétée par Daniel Guichard : Mon vieux.

    Jean Ferrat habitait dans la commune d'Antraigues-sur-Volane (près de Vals-les-Bains) en Ardèche, qui lui inspirera d'ailleurs la chanson La Montagne. Il était marié à Christine Sèvres (de son vrai nom : Jacqueline Christine Boissonnet) décédée en 1981 à l'âge de 50 ans. Ils ont chanté en duo la chanson La Matinée.

    Jean Ferrat meurt le 13 mars 2010 des suites d'un cancer à l'hôpital d'Aubenas, où il avait été admis quelques jours auparavant.

    Compagnon de route du PCF sans jamais en avoir été membre, il a rapidement pris ses distances avec Moscou. Dans la chanson Camarade, il dénonce l'invasion russe de Prague en 1968. Opposé à l'orientation pro-soviétique prise à l'issue du vingt-troisième congrès du Parti communiste en 1979, il fustige dans la chanson Le Bilan, la déclaration de Georges Marchais, secrétaire général du PCF qui avait évoqué en 1979 un bilan globalement positif des régimes dits socialistes. Il apportera néanmoins son soutien à Georges Marchais lors des élections présidentielles de 1981, expliquant quelques années plus tard, dans la chanson Les Cerisiers (1985), les raisons pour lesquelles il était demeuré fidèle à la mouvance communiste[4].

    Il accuse le système commercial qui fait passer les considérations financières avant la chance donnée aux artistes créatifs. Publiant des lettres ouvertes aux différents acteurs de la vie culturelle, présidents de chaînes, ministres, il dénonce une programmation qui selon lui privilégie les chansons « commerciales » aux créatifs.

    Il était membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie internationale de la promotion d'une culture de non-violence et de paix

    -----------------------------
    Albums
    -----------------------------
    * Nov. 1961 : Deux enfants au soleil (25 cm)
    * Nov. 1962 : La Fête aux copains (25 cm)
    * Déc. 1963 : Nuit et Brouillard "Nacht und nebel " instaurée en 1941 par le décret de Wilhelm Keitel (25 cm)
    * Déc. 1964 : Berceuse (25 cm)
    * Déc. 1965 : Potemkine (30 cm)
    * Déc. 1966 : Maria
    * Déc. 1967 : À Santiago (ou Cuba si)
    * Mars 1969 : Ma France (ou Au printemps de quoi rêvais-tu ?)
    * Déc. 1969 : Camarade
    * Fév. 1971 : Aimer à perdre la raison (ou La Commune)
    * Nov. 1971 : Ferrat chante Aragon
    * Mars 1972 : À moi l'Afrique
    * Déc. 1975 : La femme est l'avenir de l'homme
    * Déc. 1976 : Premières chansons - Nouvel enregistrement
    * Avril 1979 : Les Instants volés (ou Enregistrement 1979)
    * 1980 : Une dizaine des premiers albums sont réenregistrés en 1979 et publiés en même temps en 1980
    * Nov. 1980 : Ferrat 80
    * Nov. 1985 : Je ne suis qu'un cri
    * Nov. 1991 : Dans la jungle ou dans le zoo (ou Ferrat 91)
    * Oct. 1994 : Ferrat 95 16 nouveaux poèmes d'Aragon
    * Déc. 2002 : Ferrat en scène

    -----------------------------
    Principaux 45 T EP
    -----------------------------
    * Sept. 1958 : Les Mercenaires
    * Déc. 1960 : C'était Noël (sous le nom de Noël Frank)
    * Déc. 1960 : Ma môme
    * Déc. 1961 : Eh ! l'amour
    * Déc. 1963 : Les Enfants terribles
    * Mars 1965 : B.O.F. La Vieille Dame indigne (3 titres chantés)
    * Mai 1965 : B.O.F. Le Coup de grâce (1 seul morceau chanté : Les beaux jours)
    * Sept. 1972 : Mon palais

    -----------------------------
    Principales compilations
    -----------------------------
    * 1968 : 10 Grandes Chansons de Jean Ferrat
    * 1992 : Les Années Barclay : Best of Jean Ferrat
    * 1992 : Coffret Les Années Barclay (5 cd)
    * 1995 : Ses 24 premières chansons (rééd. 1998 Deux enfants au soleil), Magic records. Intégrale 1960-1962 sauf l'EP Noël Frank
    * 2000 : Coffret Ferrat 2000 (11 cd Temey, avec un livre des textes des chansons)
    * 2001 : Ma France
    * 2003 : Jean Ferrat 1969-1970-1971-1972
    * 2003 : Coffret Jean Ferrat (6 cd Barclay, 130 chansons)
    * 2007 : Jean Ferrat 1970-1971
    * 2008 : Les 50 plus belles chansons (3 cd Barclay)
    * 2009 : Les n° 1 de Jean Ferrat
    * 2009 : Best of 3 CD (57 chansons Barclay)

    -----------------------------
    Morceaux isolés
    -----------------------------
    * Nov. 1972 : Chanson Prière du vieux Paris sur l'album collectif Première partie du spectacle de Jean Ferrat au Palais des Sports 1972 (33 T 30 cm Temey, enregistré en studio)


    HEUREUX CELUI QUI MEURT D'AIMER
    Poème de Louis Aragon



    O mon jardin d'eau fraîche et d'ombre
    Ma danse d'être mon coeur sombre
    Mon ciel des étoiles sans nombre
    Ma barque au loin douce à ramer
    Heureux celui qui devient sourd
    Au chant s'il n'est de son amour
    Aveugle au jour d'après son jour
    Ses yeux sur toi seule fermés

    Heureux celui qui meurt d'aimer
    Heureux celui qui meurt d'aimer

    D'aimer si fort ses lèvres closes
    Qu'il n'ait besoin de nulle chose
    Hormis le souvenir des roses
    A jamais de toi parfumées
    Celui qui meurt même à douleur
    A qui sans toi le monde est leurre
    Et n'en retient que tes couleurs
    Il lui suffit qu'il t'ait nommée

    Heureux celui qui meurt d'aimer
    Heureux celui qui meurt d'aimer

    Mon enfant dit-il ma chère âme
    Le temps de te connaître ô femme
    L'éternité n'est qu'une pâme
    Au feu dont je suis consumé
    Il a dit ô femme et qu'il taise
    Le nom qui ressemble à la braise
    A la bouche rouge à la fraise
    A jamais dans ses dents formée

    Heureux celui qui meurt d'aimer
    Heureux celui qui meurt d'aimer

    Il a dit ô femme et s'achève
    Ainsi la vie, ainsi le rêve
    Et soit sur la place de grève
    Ou dans le lit accoutumé
    Jeunes amants vous dont c'est l'âge
    Entre la ronde et le voyage
    Fou s'épargnant qui se croit sage
    Criez à qui vous veut blâmer

    Heureux celui qui meurt d'aimer
    Heureux celui qui meurt d'aimer


     


  • Commentaires

    1
    elynema
    Dimanche 14 Mars 2010 à 11:07
    Merci pour ce bel hommage rendu à ce grand chanteur poète qu'était Jean Ferrat.
    Je suis triste car c'était l'un de mes chanteurs préférés et je l'admirais beaucoup.
    Même s'il s'était retiré depuis des années dans son Ardèche qu'il aimait tant, Il va vraiment manquer à la chanson française. Heureusement qu'il nous reste son oeuvre pour nous rappeler le grand Artiste qu'il était.
    2
    Jean tartre Profil de Jean tartre
    Dimanche 14 Mars 2010 à 12:20
    merci nous aussi on l'aime beaucoup on oubliera jamais ses chansons
    3
    SIRENE26
    Mardi 23 Novembre 2010 à 22:59
    je l'aimais beaucoup - il vivait pas trop loin de chez moi, dans l'ardèche - c'était et restera pour tous ceux qui l'ont connu : "Un grand LMonsieur"
    4
    Jean tartre Profil de Jean tartre
    Mercredi 24 Novembre 2010 à 22:20
    oui tu a raison c'était et restera un grand monsieur
    5
    Dimanche 13 Mars 2016 à 13:22

    Bonjour Jean et Martine,

    Je suis revenue voir Jean Ferrat dans votre blog. J'ai regardé un reportage sur sa vie dans la nuit de Vendredi à Samedi. C'était très tard et je n'arrivais pas à dormir. J'ai réécouté avec grand plaisir ses magnifiques chansons dont "La Montagne" que j'adore.  C'est un Grand Artiste qui manque énormément à la chanson française et à moi en particulier.

    Bravo pour votre blog et à bientôt.

    Bisous.
    Ely

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :