• Biographie de Tony CURTIS

    .

    Né le 03 juin 1925

    Décédé le 29 septembre 2010 (à l'âge de 85 ans)

     

     

     

    Tony Curtis, de son vrai nom Bernard Schwartz, est un acteur américain, né le 3 juin 1925 dans le Bronx, à New York (États-Unis).

    Il est le fils d’Emmanuel et Helen Schwartz, une famille de juifs hongrois du Bronx. Rendu célèbre par son physique de jeune premier et son accent typiquement new-yorkais, son nom restera associé à son interprétation dans Certains l'aiment chaud avec Jack Lemmon et Marilyn Monroe. Il a figuré dans plus de cent films depuis 1949.

    Considéré à ses débuts comme un beau gosse de plus, l’acteur a fini par faire la preuve de son talent dans des films d’exception comme dans The Sweet Smell of Success avec Burt Lancaster et dans son rôle d’un évadé de prison enchaîné à Sidney Poitier dans The Defiant Ones, qui lui a valu une nomination aux Oscars.

    Curtis a également tourné pour la télévision, notamment avec Roger Moore dans la série Amicalement vôtre..., puis avec McCoy dans Vega$. Il prêta sa voix au personnage de « Stony Curtis » en guest star dans Les Flinstones.

    Depuis le début des années 1980, Curtis mène une seconde carrière de peintre.

    Curtis a son étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood Boulevard et a été fait chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres en 1995 en France.

    Tony Curtis a été marié six fois. Sa première épouse, de loin la plus connue, était l'actrice Janet Leigh (1927-2004), avec qui il est resté marié 11 ans, et avec qui il a eu deux filles : Jamie Lee Curtis et Kelly Curtis, toutes deux actrices.

    Tony Curtis est mort le 29 septembre 2010.

     

    -------------------------------

    Tony Curtis a également été marié à :

    -------------------------------

    - Jill Vandenberg Curtis (6 novembre 1998—)

    - Lisa Deutsch (28 février 1993–1994); divorcée

    - Andrea Savio (1984–1992); divorcée

    - Leslie Allen (20 avril, 1968–1982); divorcée, deux enfants

    - Christine Kaufmann (8 février 1963–1967); divorcée, deux enfants

     

     

    -------------------------------

    Série télévisée avec Tony Curtis

    -------------------------------

    * 1971 : Amicalement vôtre... (The Persuaders!)

    * 1975 : McCoy

    * 1978 : Vega$

    * 2005 : Touche pas à mes filles (8 Simple Rules)

    * 200? : Les Experts (épisode 5x24-25) (CSI Las Vegas)


    votre commentaire
  • Patrick Saint-Éloi est un chanteur français originaire de la Guadeloupe, né le 20 octobre 1958 à Pointe-à-Pitre et mort le 18 septembre 2010 dont le nom reste associé au groupe Kassav'. Patrick Saint-Éloi est l'un des pionniers du Zouk Love dans la Caraïbe. Il est l'auteur et l'interprète du titre "West Indies", le premier gros tube de Zouk Love sorti en 1985 sur son 1er album solo "Mizik Sé Lanmou" (la musique c'est de

    l'amour)

    Biographie

    À l'âge de 17 ans, il quitte la Guadeloupe pour se rendre à Paris, afin de tenter sa chance dans ce secteur. Des cours de chant lui permettront d'atteindre une certaine maîtrise vocale et une rencontre avec le bassiste Georges Décimus sera capitale pour son avenir. Il intègre le groupe Venus One dont il devient le chanteur attitré.

     

    En 1982, il rejoint une formation qui deviendra plus tard le fameux groupe Kassav'! Il l'intègre tout d'abord en qualité de choriste. S'ensuivra une série de concerts marqués par le succès de ce groupe. Cela n'empêchera pas Patrick Saint-Éloi de réaliser ses propres créations en solo, et d'être plébiscité au point de devenir une star à part entière. Il est le crooner guadeloupéen voire même antillais le plus connu, le zoukeur lover par excellence (chanteur de zouk love). L'année 1999 sera celle de sa consécration, il se produit dans la salle mythique de l'Olympia, à guichets fermés. Patrick Saint-Éloi jouera un rôle d'ambassadeur de la culture guadeloupéenne, car il demeure attaché à ses racines, ses origines. En 2002, il quitte le groupe Kassav' et retourne en Guadeloupe. En 2005, il collabore dans un album avec le célèbre chanteur brésilien Gilberto Gil. En 2007, il produira un best of de ses compositions dans l'album Zoukolexion. En mai 2007 pour ses 25 ans de carrière il se produit au Zénith de Paris. Le 13 août 2008, un concert hommage sur le site de Damencourt dans la commune du Moule (Guadeloupe) est organisé par la région Guadeloupe avec un public estimé à près de 30 000 personnes. Il décède le 18 septembre 2010 à 4h00 du matin des suites d'un cancer, au domicile de sa sœur.


    votre commentaire
  • Bernard René Giraudeau, né le 18 juin 1947 à La Rochelle en Charente-Maritime, est un acteur, réalisateur, producteur, scénariste et écrivain français et mort le 17 juillet 2010 à Paris.



    En 1963, à l'âge de 16 ans, Bernard Giraudeau entre à l'École des apprentis mécaniciens de la flotte (Marine nationale). Il en sort premier un an plus tard. En 1964-1965 puis 1965-1966, il participe aux deux premières campagnes du porte-hélicoptères Jeanne d'Arc. Il sera ensuite embarqué sur la frégate Duquesne puis sur le porte-avions Clemenceau avant de quitter la marine pour tenter sa chance en tant que comédien.

    Il aura ainsi fait deux fois le tour du monde avec la Royale avant d'intégrer le Conservatoire en 1970. Il y décrochera le premier prix de comédie classique et moderne.

    Il a deux enfants avec Anny Duperey dont Sara Giraudeau, révélation féminine de la 21e Nuit des Molières le 14 mai 2007.

    Il fait ses premiers pas à l'écran avec Jean Gabin (Deux hommes dans la ville). En 1987, il passe de l'autre côté de la caméra en devenant réalisateur, tout en continuant à tourner comme acteur.

    En 2000 il est atteint d'un cancer qui l'obligera a subir l'ablation du rein gauche, puis d'une métastase au poumon (2005), il est contraint de ralentir ses activités. Bernard Giraudeau comprend qu’il doit changer de vie. Il raconte aujourd’hui que le cancer lui a permis d’apprendre à se connaître. Il consacre depuis une partie de son temps à aider les malades en soutenant l'Institut Curie et l'Institut Gustave Roussy.

    Dans les dernières années de sa vie, il se consacre avec succès à l'écriture. Son roman Les Dames de nage s'est classé 15e des ventes de romans en France en 2007 avec 117 000 exemplaires vendus[4], et ce avant sa publication en format de poche en 2008. Son dernier titre, Cher Amour, publié en mai 2009 aux éditions Métailié, s'est classé 8e des ventes au classement Relay-Relaxnews du 10 au 16 juin 2009.

    Bernard Giraudeau a été le président de la 23e Nuit des Molières le 26 avril 2009.

    Il est parrain de la promotion 2010 « Frégate Thétis » de l'école des mousses, qui porte le nom du premier bâtiment-école de l'école et qui est aussi la première depuis que l'école a été réouverte en septembre 2009. En octobre 2009, il participe à la cérémonie de réouverture, aux côtés du ministre de la Défense Hervé Morin et de l'amiral Pierre-François Forissier, chef d'état-major de la marine.

    Le 4 novembre 2009, il se voit décerner le Prix Mac Orlan pour Cher Amour, publié aux Éditions Métailié en mai 2009[5]. Il n'a pas pu se rendre à la cérémonie pour raisons de santé.

    Bernard Giraudeau est mort à Paris le 17 juillet 2010, des suites d'un cancer du rein.

    -------------------------
    Films Berbard Giraudeau
    -------------------------

    Acteur cinéma

    * 1973 : La Poursuite implacable de Sergio Sollima
    * 1973 : Deux Hommes dans la ville de José Giovanni : Frédéric Cazeneuve
    * 1975 : Le Gitan de José Giovanni : Mareuil
    * 1976 : Jamais plus toujours de Yannick Bellon : Denis
    * 1976 : Bilitis de David Hamilton : Lucas
    * 1977 : Le Juge Fayard dit Le Shériff d'Yves Boisset : Le juge Davoust
    * 1977 : Moi, fleur bleue d'Eric Le Hung : Isidore
    * 1977 : Et la tendresse ? Bordel ! de Patrick Schulmann : Luc
    * 1979 : Le Toubib de Pierre Granier-Deferre : François
    * 1980 : La Boum de Claude Pinoteau : Eric Lehman
    * 1981 : Viens chez moi, j'habite chez une copine de Patrice Leconte : Daniel
    * 1981 : Croque la vie de Jean-Charles Tacchella : Alain
    * 1981 : Passion d'amour d'Ettore Scola : Capitaine Giorgio Bacchetti
    * 1982 : Le Grand Pardon d'Alexandre Arcady : Pascal Villars
    * 1982 : Hécate, maîtresse de la nuit de Daniel Schmid : Julien Rochelle
    * 1982 : Meurtres à domicile de Marc Lobet : Max Queryat
    * 1983 : Le Ruffian de José Giovanni : Gérard
    * 1983 : Papy fait de la résistance de Jean-Marie Poiré : un résistant
    * 1984 : Rue barbare de Gilles Béhat : Daniel "Chet" Chetman
    * 1984 : L'Année des méduses de Christopher Frank : Romain Kalides
    * 1985 : Les Spécialistes de Patrice Leconte : Paul Brandon
    * 1985 : Bras de fer de Gérard Vergez : Delancourt
    * 1985 : Moi vouloir toi de Patrick Dewolf : L'ex-ami d'alice
    * 1985 : Les Loups entre eux de José Giovanni : L'exécuteur de De Saintes
    * 1986 : Jeux de société de Raoul Girard : L'homme
    * 1986 : Les Longs Manteaux de Gilles Béhat : Murat
    * 1986 : Poussière d'ange de Edouard Niermans : l'inspecteur Simon Blount
    * 1987 : L'Homme voilé de Maroun Bagdadi : Pierre
    * 1987 : Vent de panique de Bernard Stora : Roland Pochon
    * 1990 : La Reine blanche de Jean-Loup Hubert : Yvon Legualoudec
    * 1991 : Le Coup suprême de Jean-Pierre Sentier : Jacques Mercier
    * 1992 : Après l'amour de Diane Kurys : David
    * 1992 : Drôles d'oiseaux de Peter Kassovitz : Constant Van Loo
    * 1993 : Une nouvelle vie de Olivier Assayas : Constantin
    * 1994 : Elles ne pensent qu'à ça... de Charlotte Dubreuil : L'homme de la fin
    * 1994 : Le Fils préféré de Nicole Garcia : Francis
    * 1996 : Les Caprices d'un fleuve de Bernard Giraudeau : Jean-François de La Plaine
    * 1996 : Ridicule de Patrice Leconte : Villecourt
    * 1997 : Marianna Ucrìa de Roberto Faenza : Grass
    * 1997 : Marquise de Véra Belmont : Molière
    * 1997 : Marthe de Jean-Loup Hubert : le colonel
    * 1998 : TGV de Moussa Touré : Roger
    * 1999 : Le Double de ma moitié d'Yves Amoureux : Thierry Montino
    * 2000 : Gouttes d'eau sur pierres brûlantes de François Ozon : Léopold
    * 2000 : Une affaire de goût de Bernard Rapp : Frédéric Delamont
    * 2002 : La Petite Lili de Claude Miller : Brice
    * 2002 : Ce jour-là de Raoul Ruiz : Emil
    * 2003 : Je suis un assassin de Thomas Vincent : Brice Kantor
    * 2003 : Les Marins perdus de Claire Devers : Diamantis
    * 2004 : Chok-Dee de Xavier Durringer : Jean

    Télévision

    * 1973 : La Porteuse de pain : Georges
    * 1973 : Arsène Lupin : Isidore Bautrellet (2 épisodes)
    * 1974 : Nouvelles de Henry James : Lechmere
    * 1975 : Salvator et les Mohicans de Paris : Patrice
    * 1978 : L'Equipage : Thélis
    * 1980 : Blanc, bleu, rouge : Matthieu
    * 1988 : La Face de l'ogre
    * 1989 : La Grande Cabriole : Augustin Bardou
    * 1995 : Confession secrète : Le Père Claude
    * 1996 : L'ex : Yann Marchal
    * 1996 : Saint-Exupéry : la dernière mission : Antoine de Saint-Exupéry
    * 1997 : Si je t'oublie Sarajevo : Michel
    * 1999 : Nana : Le comte Muffat
    * 2001 : Une fille dans l'azur : Le Pacha (commandant du porte-avions Foch)
    * 2002 : La mort est rousse : Vincent
    * 2003 : Mata Hari, la vraie histoire : le capitaine Bouchardon
    * 2003 : Leclerc, un rêve d'Indochine : le général Leclerc
    * 2005 : Dans la tête du tueur : le gendarme Jean-François Abgrall'
    * 2005 : L'Empire du Tigre : Pierre Balsan

    Producteur et acteur

    * 1984 : TGV de Moussa Toure

    Réalisateur et scénariste

    * 1988 : La Face de l'ogre (TV)
    * 1991 : L'Autre, d'après le roman d'Andrée Chédid
    * 1992 : Un été glacé (TV)
    * 1996 : Les Caprices d'un fleuve

    Réalisateur documentaire

    Les carnets de voyage de Bernard Giraudeau:
    * 1992 : La Transamazonienne, musique Osvaldo Torres
    * 1999 : Un ami chilien, musique Osvaldo Torres
    * 1999 : Chili Norte - Chili Sur, musique Osvaldo Torres
    * 2003 : Esquisses Philippines

    Commentaire de documentaire
    * 2000 : La Tombe du prince scythe, Marc Jampolski, Gedeon Programmes/Arte France[8]
    * 2004 : La Terre vue du ciel, Yann Arthus-Bertrand,
    * 2004 : Les ailes des héros, Isabelle Clarke,
    * 2005 : Jules Verne et la mer, Olivier Sauzereau et Paul Cornet
    * 2009 : Au-delà des cimes, Rémy Tezier

    Théâtre
    * 1971 : Pauvre France de Ron Clark et Sam Bobrick, mise en scène Michel Roux, Théâtre Fontaine
    * 1972 : La Camisole de Joe Orton, mise en scène Jacques Mauclair, Théâtre Moderne
    * 1973 : La Reine de Césarée de Robert Brasillach, mise en scène Jean-Laurent Cochet, Théâtre Moderne
    * 1974 : Pourquoi la robe d'Anna ne veut pas redescendre de Tom Eyen, mise en scène Armand Ridel, Carré Thorigny
    * 1975 : Sur le fil de Fernando Arrabal, mise en scène Jorge Lavelli, Théâtre de l'Atelier
    * 1975 : Le Prince de Hombourg d'Heinrich von Kleist, mise en scène Jean Negroni, Maison des arts et de la culture de Créteil
    * 1976 : La Guerre de Troie n'aura pas lieu de Jean Giraudoux, mise en scène Jean Mercure
    * 1977 : Attention fragile comédie musicale d'André Ernotte et Elliott Tiber, mise en scène André Ernotte, Théâtre Saint-Georges
    * 1983 : K2 de Patrick Meyers, mise en scène Georges Wilson, Théâtre de la Porte-Saint-Martin
    * 1986 : La Répétition ou l'amour puni de Jean Anouilh, mise en scène Bernard Murat, Théâtre Edouard VII
    * 1988 : Les Liaisons dangereuses de Christopher Hampton d'après Choderlos de Laclos, mise en scène Gérard Vergez, Théâtre Edouard VII, 1989 : Théâtre des Célestins
    * 1990 : Le Plaisir de rompre et Le Pain de ménage de Jules Renard, mise en scène Bernard Murat, Comédie des Champs-Elysées, Théâtre Edouard VII
    * 1992 : L'Aide-mémoire de Jean-Claude Carrière, mise en scène Bernard Murat, Comédie des Champs-Elysées
    * 1995 : L'Importance d'être Constant d'Oscar Wilde, mise en scène Jérôme Savary
    * 1997 : Le Libertin d'Éric-Emmanuel Schmitt, mise en scène Bernard Murat, Théâtre Montparnasse
    * 2000 : Becket ou l'Honneur de Dieu de Jean Anouilh, mise en scène Didier Long, Théâtre de Paris
    * 2003 : Petits crimes conjugaux d'Éric-Emmanuel Schmitt, mise en scène Bernard Murat, Théâtre Edouard VII
    * 2005 : Richard III de William Shakespeare, mise en scène Didier Long, La Coursive, La Rochelle

    ---------------
    Bibliographie
    ---------------

    Œuvres

    * 1992 : Transamazonienne, Éditions Odyssée, photos Pierre-Jean Rey (ISBN 2909478017)
    * 1996 : Les Caprices d'un fleuve, Éditions Mille et Une Nuits, (ISBN 9782842050559)
    * 2001 : Le Marin à l'ancre, Éditions Métailié (ISBN 284424389X)
    * 2002 : Les Contes d'Humahuaca, illustrations de Joëlle Jolivet, Éditions Métailié / Seuil jeunesse (ISBN 2020567369)
    * 2003 : Ailleurs, commentaire sur les peintures d'Olivier Suire Verley, Éditions PC (ISBN 2912683254)
    * 2004 : Les Hommes à terre, Éditions Métailié (ISBN 2864245825)
    * 2005 : « Holl le marin », dans Nos marins, ouvrage collectif des Écrivains de Marine, Éditions des Équateurs (ISBN 2-84990-028-1)
    * 2007 : Les Dames de nage, Éditions Métailié (ISBN 2864246147)
    Prix des lecteurs de L'Express, 2007[9]
    * 2007 : « Le Retour du quartier-maître », dans Nos mers et nos océans, ouvrage collectif des Écrivains de Marine, Éditions des Équateurs, p. 75-106 (ISBN 2-84990-050-5)
    * 2009 : Cher amour, Éditions Métailié (ISBN 2864246872)
    Prix Pierre Mac Orlan 2009 ; Laurier Vert, section « Littérature », 2009

    Adaptations

    * 2008 : R97 : Les Hommes à terre, éd. Casterman (ISBN 978-2-203-39155-0) (adaptation en BD du Marin à l'ancre scénariste Bernard Giraudeau, illustration Christian Cailleaux)

    Livres sonores

    * 1983 : Blanche-Neige et les sept nains, l'histoire du film de Walt Disney racontée par Bernard Giraudeau
    * 1992 : Pierre et le loup de Serge Prokofiev, raconté par Bernard Giraudeau
    * 2000 : Harry Potter à l'école des sorciers, lu par Bernard Giraudeau
    * 2001 : Harry Potter et la Chambre des secrets, lu par Bernard Giraudeau
    * 2002 : Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, lu par Bernard Giraudeau
    * 2002 : Les Contes d'Humahuaca, écrits et interprétés par Bernard Giraudeau, musique de Osvaldo Torres
    * 2004 : Le Marin à l'ancre, lu et interprété par l'auteur, musique de Osvaldo Torres
    * 2004 : Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler, racontée par Bernard Giraudeau, texte de Luis Sepúlveda
    * 2004 : Le Tour du monde en 80 jours de Jules Verne, raconté par Bernard Giraudeau, Jean Topart, Cécile Cassel, Denis Lavant, Robin Renucci
    * 2006 : Le Petit Prince, lu par Bernard Giraudeau, livre + 2 CD, éditions Gallimard[10]
    * 2007 : Harry Potter et la Coupe de feu, lu par Bernard Giraudeau
    * 2009 : Les Dames de nage, lu par Bernard Giraudeau, Gallimard - CD

    -----------------------
    Sur Bernard Giraudeau
    -----------------------

    Écrits
    * V. Micheli, « Bernard Giraudeau : un philosophe aimable », L'Avant-Scène Cinéma, 1997, no 462, p. 1-3
    * Stéphane Rolet, « Entre la norme et le caprice : Les voies du métissage dans Les Caprices d'un fleuve de Bernard Giraudeau (1996) », La Licorne, 2004, no 69, p. 269-313
    * Mara Viliers & Gilles Gressard , Collection Ramsay : Stars d'aujourd'hui n°1 Bernard Giraudeau, 1985

    Documentaire

    * Bernard Rapp, Collection les feux de la rampe: Bernard Giraudeau, DVD, 2003

    -------------------------
    Honneurs et récompenses
    -------------------------

    * Premier prix de comédie classique et moderne au Conservatoire de Paris.
    * Membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.
    * Le 29 octobre 2005, nommé Écrivain de Marine, par la Marine nationale[11].
    * Le 7 octobre 2007, le prix Amerigo-Vespucci, dans le cadre du 18e Festival international de géographie de Saint-Dié des Vosges, puis le Prix des lecteurs de L'Express et le Prix littéraire de la ville des Sables-d'Olonne lui sont décernés pour son roman Les Dames de nage.

    Molières du théâtre français

    * Molières 1993 : nomination au Molière du comédien pour L'Aide-mémoire
    * Molières 1997 : nomination au Molière du comédien pour Le Libertin
    * Molières 2001 : nomination au Molière du comédien pour Becket ou l'Honneur de Dieu

    Césars du cinéma français

    * Césars 1980 : nomination au César du meilleur acteur dans un second rôle pour Le Toubib
    * Césars 1992 : nomination au César de la meilleure première œuvre pour L'Autre
    * Césars 1995 : nomination au César du meilleur acteur dans un second rôle pour Le Fils préféré
    * Césars 1997 : nomination au César du meilleur acteur dans un second rôle pour Ridicule
    * Césars 2001 : nomination au César du meilleur acteur pour Une affaire de goût


    votre commentaire
  • Laurent Fignon en 2009, alors qu'il venait d'annoncer sa maladie.

    • Nom : Fignon
    • Prénom : Laurent
    • Né(e) le : 12 août 1960 - à : Paris
    • Décédé(e) le : 31 août 2010 (50 ans)
    • Ancien coureur cycliste

    Biographie


    <script src="http://s.wat.fr/js/v2.5/swfobject.js" type="text/javascript" charset="utf-8"></script><script src="http://s.wat.fr/js/v2.5/WATPlayer.js" type="text/javascript" charset="utf-8"></script><script type="text/javascript">if (!typeof(PWpreroll)) {var PWpreroll = '';}if ( typeof( sitepage ) != "undefined" ) {WATPlayer.showSyndicated({modeWatMedia : "true", setVolume : "1",playlistIdCustom : "1805431",baseURL : "http://www.wat.tv",url : "http://www.wat.tv/swfpu/151184nIc0K115135561",width : "100%",height : "100%",container : "FlashPlayer2", oasTag : sitepage, PWpreroll : PWpreroll});}else{WATPlayer.showSyndicated({modeWatMedia : "true", setVolume : "1",playlistIdCustom : "1805431",baseURL : "http://www.wat.tv",url : "http://www.wat.tv/swfpu/151184nIc0K115135561",width : "100%",height : "100%",container : "FlashPlayer2", PWpreroll : PWpreroll});}</script>
    •  

    Entre les blessures qui ont affecté sa carrière et les 76 victoires qui figurent à son palmarès, Laurent Fignon, champion authentique, a profondément marqué son époque. Si ses débuts victorieux dans le Tour en 1983 ont été facilités par la chute du maillot jaune, son compatriote Pascal Simon, il domina outrancièrement l'édition suivante en gagnant cinq étapes. Bernard Hinault, tout juste rétabli d'une opération à un genou, ne servit cette année-là que de faire-valoir, impuissant à remettre en cause la supériorité du Parisien aux lunettes d'étudiant. Laurent Fignon est décédé mardi 31 août 2010, des suites d'un cancer, à l'âge de 50 ans. 
     
    Outre ses deux victoires finales dans le Tour de France, Fignon, coureur professionnel de 1982 à 1993, a gagné également un Giro (1989) et plusieurs classiques dont Milan-Sanremo à deux reprises (1988 et 1989). Le Parisien s'est aussi incliné pour 8 secondes à l'arrivée du Tour de France 1989 derrière l'Américain Greg LeMond. Laurent Fignon a régné à deux reprises sur le Tour de France à moins de 24 ans avant d'affronter les coups durs en série, jusqu'à sa maladie. Le dernier champion parisien de cyclisme, né dans la capitale le 12 août 1960, a incarné la jeunesse triomphante au début des années 1980. Puis le perdant magnifique du Tour 1989, perdu pour 8 secondes, la plus petite marge de l'histoire, face à son rival américain Greg LeMond.
     
    Grand puncheur, à la fois offensif et réaliste, Fignon s'illustra sur tous les terrains, dans les classiques et dans les courses par étapes. Il toucha au chef d'oeuvre en gagnant deux années de suite Milan-Sanremo avant d'obtenir justice dans le Giro 1989, cinq ans après avoir été privé injustement de la victoire. Parti en Italie, après une séparation tendue avec son mentor et associé Cyrille Guimard, cet homme de caractère, ombrageux et provocateur, sincère et attachant, avait raccroché le vélo en août 1993.
     
    Dans sa reconversion, il avait organisé un temps Paris-Nice (vendu en 2002 à ASO). Consultant dans les médias télévisuels, il avait tenu à être présent sur les Tour de France 2009 et 2010 pour France Télévisions malgré les soins engagés contre le cancer qui a fini par avoir raison de lui.


    votre commentaire
  • Biographie

    Bruno Crémer

        Bruno Cremer a vu le jour le 6 octobre 1929 à Saint-Mandé, dans le département du Val-de-Marne en France.

        Dès l’adolescence, il se destine à devenir comédien et, au sortir de ses études secondaires, il prend pendant dix ans des cours de théâtre au Conservatoire en compagnie notamment de Jean-Paul Belmondo, Jean-Pierre Marielle et Jean Rochefort. Il débute sur scène en 1953 au Théâtre de l’Ouvre, avec " Robinson " de Jules Supervielle. Durant les dix années qui suivent, il se consacre quasi-exclusivement à la scène en jouant notamment dans " Un mari idéal " d’Oscar Wilde, " Périclès " de William Shakespeare, "Alpha-Bêta" d'Edward A. Whitehead ou " Pauvre Bitos " de Jean Anouilh. Ce dernier, impressionné par l’interprétaion de l’acteur, lui confiera dans la foulée le rôle principal de " Becket ", pour sa création. Bruno Cremer tiendra le haut de l’affiche pendant deux ans et demi devenant alors un jeune acteur en vogue.

        Parallèlement, il décroche un premier petit rôle en 1957 dans le film " Quand la femme s’en mêle " d’Yves Allégret. Mais c’est en 1964 que Pierre Schoendoerffer lui permet d’accéder au rang d’acteur populaire en lui confiant le rôle principal de l'adjudant baroudeur Willsdorff dans son film " La 317ème Section ". Bruno Cremer impose dès lors un physique costaud et massif ainsi qu'un regard très clair et profond … en somme un profil calibré pour des rôles d’action qu’il continuera d’enchaîner ensuite avec Yves Boisset par exemple.

        Il reprend le théâtre en 1981 avec "Bent" de Martin Sherman puis en 1988/89 "Léopold le bien-aimé" de Jean Sarment, mis en scène de Georges Wilson. En septembre 1990, se crée à Paris la pièce de A.R. Gurney « Love Letters » avec Anouk Aimée, mise en scène par Lars Schmidt. Elle partira en tournée internationale de novembre 1991 à mai 1992 puis, dès novembre 1994, elle sera reprise à la Comédie des Champs-Elysées pour 40 représentations.

        Il tournera pour les plus grands réalisateurs (René Clément, Costa-Gavras, Patrice Chéreau, Claude Lelouch, Luchino Visconti, William Friedkin, Claude Sautet, José Giovanni, J.-C. Brisseau ou dernièrement François Ozon) et avec de grandes pointures du cinéma français (Jean-Paul Belmondo, Charles Vanel, Bernard Blier, Jean-Louis Trintignant, Michael Lonsdale, Romy Schneider, Charlotte Rampling, Marie-Christine Barrault, Annie Girardot, Lino Ventura, Marie-France Pisier, Gérard Depardieu, etc.) ou international (Anthony Quinn, Jean Seberg, Roy Scheider, Claudia Cardinale, Marcello Mastroianni, etc.)

        Au total donc une bonne soixantaine de films à son actif ! Sans compter les quelque cinquante " Maigret " tournés ou en cours de tournage pour France2.

        Son autobiographie est sortie en 2001 : "Un certain jeune homme" aux éditions De Fallois.

    Un certain jeune hommeUn certain jeune homme

     

    Retour Haut
    Retour - Haut


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique