•  

    Thierry Roland est décédé à l'âge de 74 ans

     

    A.C. avec AFP | Publié le 16.06.2012, 08h35 | Mise à jour : 10h43

    <btn_noimpr style="margin: 0px; padding: 0px; font-family: Arial; border: 0px; color: rgb(0, 0, 0); "> </btn_noimpr>

    Le commentateur sportif Thierry Roland, voix de légende du football à la télévision, qui avait dû renoncer in extremis à commenter l'Euro 2012 avec son complice Jean-Michel Larqué, est décédé à l'âge de 74 ans, a annoncé samedi la direction de la chaîne M6.

    Le commentateur sportif Thierry Roland, voix de légende du football à la télévision, qui avait dû renoncer in extremis à commenter l'Euro 2012 avec son complice Jean-Michel Larqué, est décédé à l'âge de 74 ans, a annoncé samedi la direction de la chaîne M6. | AFP/ FRANCK FIFE

    Zoom1/2

    <btn_noimpr style="margin: 0px; padding: 0px; font-family: Arial; border: 0px; color: rgb(0, 0, 0); "> </btn_noimpr>

     

     

    Le monde du  a perdu l'une de ses voix de légende. La chaîne de télévision M6 a annoncé ce samedi matin le décès de Thierry Roland, à l'âge de 74 ans. Le journaliste et commentateur sportif avait renoncé cette semaine à commenter l'Euro-2012, n'étant pas totalement remis de son opération. <btn_noimpr style="margin: 0px; padding: 0px; border: 0px; "> </btn_noimpr>La date précise et les causes du décès n'ont pas été spécifiées. Selon Jacques Vendroux, journaliste de Radio  et proche de Thierry Roland, ce dernier serait décédé d'un accident vasculaire cérébral dans la nuit de vendredi à samedi. 

    Jean-Michel Larqué est apparu en larmes samedi depuis Kiev à l'annonce du décès de son complice avec lequel il aurait dû commenter l'Euro 2012 sur M6, avant que ce dernier n'y renonce in extremis, insuffisamment remis d'une opération liée à un calcul biliaire. «Il se faisait une telle joie de reformer le tandem. Il est parti sans ça. Le plus terrible, c'est que sa dernière joie, j'aurais pu la lui procurer», a déclaré, en sanglots, le journaliste interrogé en direct sur BFM-TV/RMC.

    Le sélectionneur de l'équipe de France Laurent Blanc a lui aussi tenu samedi à présenter ses condoléances à la famille du commentateur sportif Thierry Roland, décédé à l'âge de 74 ans, après avoir observé un moment de recueillement juste avant le début de la conférence de presse. «Je souhaite présenter mes condoléances à sa famille de la part de l'équipe de France, du staff et des joueurs, a déclaré Blanc. C'est un amoureux du sport qui disparaît, ça nous a beaucoup touchés.»

    Thierry Roland devait faire son grand retour aux côtés de Jean-Michel Larqué lors du match France-Ukraine. «L'opération s'est bien passée. Mais ça reste récent, et je suis encore en période de convalescence. Je suis courbatu, j'ai des petits spasmes à droite à gauche. Donc très sincèrement, je ne me sens pas le courage d'aller en Ukraine», expliquait le commentateur sportif cette semaine. Thierry Roland, qui souffrait de calcul biliaire depuis plusieurs années, avait dû être opéré vendredi à la suite d'une complication. 

    L'Euro 2012 devait signer le grand retour du duo mythique qu'il a formé avec Jean-Michel Larqué, alors qu'ils n'avaient plus commenté de grande compétition internationale depuis l'Euro 2004. Les deux compères s'étaient néanmoins brièvement retrouvés à l'antenne, en septembre 2011, déjà sur M6, pour commenter le match Roumanie-France comptant pour les éliminatoires de l'Euro-2012. En près de 57 ans de carrière, le journaliste de 74 ans a commenté 13 Coupes du Monde et 9 Championnats d'Europe des Nations. Le journaliste était aussi populaire que controversé pour ses débordements verbaux et ses saillies franchouillardes.

    Après avoir annulé sa venue en Ukraine, Thierry Roland s'était confié sur ses projets : «Après à la rentrée, je reprendrai avec Jean-Marc Ferreri puisque M6 a obtenu les droits de l'Europa League. Et je pourrai faire quelques matches avec Jean-Michel Larqué pour la coupe du monde du Brésil si on obtient quelques matches, et pour l'Euro-2016 dans tous les cas».

    AUDIO. Thierry Roland et TF1 : «Je ne suis pas rancunier» (2009)


     

    LeParisien.fr 


    votre commentaire
  •  

     

    Musiciennes - Portugal

    Amalia Rodrigues

     

     

    La "diva" du fado

    Musicienne (01/07/1920 - 06/10/1999)

     


    Amalia Rodrigues fait partie de ces artistes rares qui parviennent à incarner toute une culture. Pour le monde entier, sa voix bouleversante et la puissance de son interprétation en ont fait l’âme du Portugal.

     

    L'héritière du fado portugais



    Cinquième d'une famille de neuf enfants, Amalia Rodrigues est élevée par sa grand-mère maternelle. Elle commence dès 1939 à chanter des textes du compositeur Joaquim José de Lima dans les "maisons de fado" de Lisbonne, et notamment au club Retiro da Severa, sous le nom d'Amalia Rebordao. La jeune femme est en effet attirée depuis toujours par le fado, ce chant populaire portugais nostalgique et sensuel importé du Brésil au XIXe siècle à Lisbonne. Au Solar da Alegria, au Café La Gare, au Luso ou au Café Mondego, Amália reprend la gestuelle d'Alfredo Duarte Marceneiro, autre père du fado. C’est donc figée, les yeux fermés et l’expression pleine de supplice que la jeune femme interprète ses chants.

    Soixante ans de carrière internationale

    Madrid la découvre en 1942, suivi du Brésil deux ans plus tard, où elle enregistre un album. Elle y reviendra souvent, comme à Paris, où elle chante pour la première fois en 1949, chez Carrère, une boîte chic. En 1955, en jouant dans les Amants du Tage d'Henri Verneuil, Amalia accède à l'international. En 1956, l'Olympia la voit sur scène, soufflant la vedette aux Compagnons de la Chanson, à la veille de l'immigration portugaise. Suivront ensuite l'ABC, Bobino… où elle interprète, en français "Aïe mourir pour toi" de Charles Aznavour en 1957. 

    Désormais, Amalia est le Portugal. Sa présence sur scène et sa voix inimitable expliquent son rayonnement national et international. Mais la révolution des œillets de 1974 l’empêche de continuer à chanter le fado car on lui reproche de servir la dictature du Doutor Salazar. Elle doit alors attendre que les intellectuels récupèrent le fado pour resurgir. 



    Mais cette incarnation vivante de l'âme portugaise parvient sans mal à revenir sur le devant de la scène et dès 1985, elle triomphe dans la salle du Coliseu de Lisbonne. Décorée par le président de la République Mario Soares en 1990, elle fait ses adieux à la scène et s'installe au Portugal, au terme de soixante ans de carrière. Avec plus de cent-soixante-dix disques à son effectif, et une douzaine de films, on la compare parfois à la Callas. Elle décède à Lisbonne le 6 octobre 1999, à l’âge de 79 ans. Les restes de la chanteuse ont été transportés au Panthéon National de Lisbonne. C’est la première femme, parmi les Portugais illustres, à y entrer. Sa mort a été un choc pour l'ensemble des Portugais.


    votre commentaire
  •  

    EN IMAGES. Bee Gees: Robin Gibb, 1949-2012


    • Robin Gibb est mort dimanche à l'âge de 62 ans après une longue bataille contre le cancer, a annoncé sa famille dans la nuit de dimanche à lundi.

      SEBASTIAN WILLNOW / DDP / AFP

    <btn_noimpr style="margin: 0px; padding: 0px; font-family: Arial; border: 0px; color: rgb(0, 0, 0); "> </btn_noimpr>

     

    Robin Gibb, le chanteur du groupe britannique emblématique des Bee Gees, est  dimanche à l'âge de 62 ans après une longue bataille contre le cancer, a annoncé sa famille, neuf ans après son jumeau Maurice.

    Né le 22 décembre 1949 sur l'île britannique de Man d'un père batteur et musicien, une demi-heure avant Maurice, Robin Gibb a succombé à un cancer du foie et de l'estomac, compliqué par une pneumonie, qui le laissait émacié ces derniers mois derrière ses petites lunettes bleues. 
    <btn_noimpr style="margin: 0px; padding: 0px; border: 0px; ">
     
    </btn_noimpr>

    Du groupe fondé avec son jumeau et leur aîné de trois ans, Barry, en Australie où la famille avait émigré en 1958 et où ils récoltèrent leurs premiers succès, il était le leader et l'épine dorsale. Dès leur retour en Angleterre en 1967, ils accèdent à la renommée mondiale avec un hit soigneusement marketé, "New York Mining Disaster 1941" et s'accrochent pour de bon au sommet des hit-parades des années 70, même si chacun d'eux a un temps testé une carrière en solo.

    Mais le succès devient viral en 1977-78 quand les principaux titres de "Saturday Night Fever", le de John Badham, se mettent à tourner en boucle sur les radios et dans les discothèques du monde entier, transformant toute une génération de jeunes dragueurs en  (qui récidive l'année suivante dans "Grease"). "Stayin' Alive", "How Deep Is Your Love", "Night Fever", "You Should Be Dancing"... assurent la fortune de leurs auteurs-interprètes: à la fin de la décennie 70, les frères Gibb deviennent les seuls chanteurs au monde à avoir aligné simultanément cinq titres dans le Top Ten.

    Courtisés, ils produisent et écrivent pour d'autres artistes comme Barbara Streisand, Diana Ross ou Dolly Parton et Robin écrit et produit notamment l'album "Sunrise" du vétéran de la Soul, Jimmy Ruffin.
    Après un retour au premier plan des ventes internationales en 1987 avec le single "One", un show acclamé à Las Vegas, ils se lancent en solo.

    Après le décès brutal de Maurice en janvier 2003, Robin était devenu le gardien de la mémoire Bee Gees. Depuis 2010, des problèmes de santé l'avaient contraint à annuler plusieurs fois des dates de tournées. En février 2012, après l'ablation d'une tumeur au colon, il avait assuré se rétablir de façon «spectaculaire». Mais suite à une pneumonie, son état s'était rapidement détérioré ces derniers temps et Robin Gibb, hospitalisé, n'avait pas pu assister à la première à Londres de «The Titanic Requiem», sa première composition classique marquant le centenaire du naufrage de ce paquebot de légende.

    Robin Gibb qui y interprète une chanson, «Don't Cry Alone» («Ne pleure pas seul, relevait dans la bande annonce du Requiem, enregistrée par le prestigieux Royal Philharmonic Orchestra: «La musique n'a pas nécessairement besoin d'être compliquée. Il faut qu'elle fasse écho à l'esprit humain» - comme un saisissant raccourci pour l'ensemble de son oeuvre.

    Les Bee Gees ont vendu plus de 200 millions d'albums, preuve qu'ils savaient toucher les foules au coeur

    votre commentaire
  •  

    Donna Summer, la reine du Disco a succombé à un cancer à l'âge de 63 ans

    Donna Summer, la reine du Disco a succombé à un cancer à l'âge de 63 ans © REUTERS

    La chanteuse, icône des années 1970, a succombé à un cancer à 63 ans.

    Elle a marqué les années 70 et 80 avec ses tubes disco et ses robes à paillettes. La chanteuse Donna Summer est morte jeudi à l'âge de 63 ans, selon les informations du site TMZ, confirmées par sa famille. Elle a succombé à un cancer. "Tôt ce matin, nous avons perdu Donna Summer Sudano, une femme pleine de talents, le plus grand étant sa foi", indique le communiqué de la famille.


    Début de carrière en Allemagne

    De son vrai nom LaDonna Andrea Gaines, la chanteuse commence sa carrière professionnelle en 1968 en Allemagne. Après avoir loupé le rôle titre de la comédie musicale Hair à Broadway, elle se voit proposer de participer à la version allemande. Puis enchaîne les rôles dans différents "musicals" en Allemagne.

    Sa carrière solo démarre en Europe au début des années 1970. Son premier single, une reprise de Sally Go 'round the Roses sort en 1971, alors qu'elle porte encore son vrai nom. De son mariage en 1972 - et son divorce - avec l'acteur autrichien Helmuth Sommer, Donna a gardé son nom de scène, légèrement américanisé : Summer.


    Un quart d'heure pour faire naître le disco

    En 1975, son titre Love to Love You baby connaît un succès inattendu. La chanson dure plus d'un quart d'heure mais elle est largement diffusée dans les boîtes de nuit tandis que des radios la boycottent en raison des paroles jugées trop érotiques. Les spécialistes considèrent souvent que le titre marque l'avènement du disco.

    <literal></literal>

     


    Cinq Grammy Awards

    Ses albums suivants rencontrent un grand succès. Donna Summer obtient cinq Grammy Awards - la plus grande distinction musicale aux Etats-Unis. Ses tubes sont encore diffusés, comme Could it be magic - repris en français par Alain Chamfort sous le titre Le temps qui court - ou encore Last Dance.

    <literal></literal>

     


    Hot Stuff, le tube dans toutes les têtes

    Mais le tube qui restera sans doute le plus dans les mémoires est Hott Stuff. La chanson, sortie en 1979 et qui avait valu à Donna Summer l'un de ses cinq Grammy Awards - la plus grande récompense musicale aux Etats-Unis -, avait été reprise en 1997 dans la bande-originale du filmThe Full Monty.

    <literal></literal>

     

    Selon les informations du site TMZ, Donna Summer était en train de travailler à un nouvel album, malgré la maladie.


    votre commentaire
  •  

    Sophie Desmarets n'est plus. Les plus jeunes ne connaissent pas ; mais quel chic, elle avait ! 

    Sophie Desmarets a en effet été un actrice très populaire. Les jeunes la connaissent moins car depuis depuis les années 1980, elle a progressivement réduit ses activités professionnelles. Elle a été très présente à la télévision dans les années 1970, notamment dans les émissions de Maritie et Gilbert Carpentier. Elle a aussi participé longtemps aux Grosses têtes de Philippe Bouvard sur RTL.

     


    Elle aimait rire et faire rire

    Sa filmographie est assez impressionnante. Elle a tourné dans plus de 60 films au cinéma et une vingtaine de téléfilms. Au théâtre, elle a joué dans 32 pièces. Repérée par Louis Jouvet, passée par le Conservatoire, Sophie Desmarets s'est également essayée à la chanson. 



    Classée comme une actrice de films de série B dans les années 50 et 60, elle n'en a pas moins tourné avec des acteurs comme Jean Poiret, Michel Serrault ou Gérard Jugnot plus récemment. Laurent Ruquier, qui lui rend un hommage, a sans doute visionné bon nombre de ses films, souvent des comédies. 



    Sophie Desmarets a publié en 2002 une autobiographie (Les mémoires de Sophie, éditons De Fallois) dans laquelle elle se définie ainsi: «J'aime faire rire et rire moi-même. La gaîté est le plus précieux des biens de ce monde».

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique