•  

     

    Coeur de Saint valentin

    Explication sur les origines de la Fête des amoureux :

    La Fête de la Saint Valentin est la fête des amoureux ! La Saint Valentin est une fête traditionnelle des pays anglo-saxons, mais elle ne connaît un réel développement en France que depuis les années 80.

     

    Comme pour la majorité des fêtes, les origines de la Saint Valentin ne sont par certaines, mais la majorité des historiens s'accordent à penser que cette fête trouve son origine dans la Rome antique. Pour le reste, les avis divergent beaucoup sur l'origine de la Saint Valentin

     

     

    La fête des Lupercales est-elle l'ancêtre de la Saint Valentin ?

    Les romains fêtaient les Lupercales du 13 au 15 février. C'était une fête de purification symbole de partage où un sacrifiait un bouc dans une grotte pour symboliser la fertilité. Elle était aussi donnée en l'honneur du dieu des troupeaux et des bergers et marquait la fin de l'hiver. En 494, le pape Gélas 1er va interdire cette fête. Il prend le Saint Valentin comme Saint patron des amoureux et instaure une journée pour lui rendre hommage : le 14 février ! 

     

     

    Qui est Valentin de Terni ou le Saint Valentin ? 

    Valentin de terni, plus connu sous le nom de Saint Valentin est un moine qui a refusé de se soumettre à l'empreur Claude II Le Gothique. A l'époque, l'empereur Claude II voulait interdire le mariage pour éviter que les hommes soient tentés de rester avec leurs fiancées plutôt que de partir à la guerre. Valentin de Terni continua de marier des couples et défia l'autorité de l'empereur. Il fût alors emprisonné ! C'est là qu'il rencontra la fille de son geôlier : Julia, une jeune fille aveugle.

     

    Elle demanda à Valentin de lui décrire le monde. A force de rencontres et d'échanges, ils tombèrent amoureux jusqu'à ce qu'un miracle se produit : Julia retrouva la vue ! Ce miracle fût partager et relayer partout. Si bien que Claude II Le Gothique, qui n'aimait pas les chrétiens, décida de condamner à mort Valentin de Terni. Il est alors devenu martyr et sera considéré comme le Saint Valentin par le pape Gélas Ier qui décida de mettre à l'honneur chaque 14 février, en 494. 

     

     

    Qui sont les trois Saints Valentin ? 

    Le premier valentin serait un prêtre catholique nommé Valentin qui décida de marier en secret les amoureux. Il fut découvert et envoyé en prison jusqu'à sa mort. Pour certains, le martyr Saint Valentin, qui fût décapité en 269 à Rome, a été confondu avec un autre Valentin fêté le 14 févrirer : l'évêque de Terni en Ombrie. Ce saint réputé pour ses dons de guérisseur auprès de jeunes filles et jeunes gens.

     

    Saint Valentin de Rhétie est principalement célébré en Allemagne. Il vécut au Ve siècle et est représenté avec un enfant épileptique étendu à ses pieds.

     

     

    Qu'est-ce que le valentinage ?

    C'est au XIV ème siècle que l'on prit l'habitude de former un couple au hasard en Angleterre. La coutume du "Valentinage" est née dans l'aristocratie anglaise à la fin du Moyen-Âge. Une jeune fille était associée à un jeune homme et durant la journée, ils avaient des obligations l'un envers l'autre. Le valentin et sa valentine devaient s'offrir en secret des petits cadeaux et se faire des galanteries. Cette coutume est arrivée à la Cour de Savoie, puis elle s'est répandue dans les régions voisines. Le "valentinage" s'est enrichi de l'envoi de poèmes.

     

     

    Quand la Saint Valentin est-elle arrivée en France ? 

    Depuis l'apparition du valentinage à la cour d'Angletterre au XIVème siècle, les Valentins et Valentines Anglo-saxons s'envoient des "Valentines". Cette coutume d'échange d'amitié se transforma peu à peu en fête des amoureux. Dans les pays anglo-saxons, les amis échangent aussi des mots d'amitié pour la Saint Valentin. Depuis le XVIII e siècle, la coutume de l'envoi des "valentines" s'est généralisée en Grande-Bretagne puis, en Amérique du Nord ou elle prend le nom de "Valentine's day". La coutume s'est répandue en Europe avec l'arrivée des GI à la fin de la seconde guerre mondiale.


    votre commentaire
  •  

     

     

    10 traditions de Noël françaises

     

     

    1 Comment

     

    Noël est une fête magique, peu importe où vous habitez dans le monde. C’est une fête de réjouissances qui se célèbre en famille, avec les enfants qui courent partout et qui sautent de joie lorsque le Père Noël vient déposer leurs cadeaux. Mais avant tout, Noël est synonyme de traditions. En France comme au Canada, chaque famille fête Noël à sa façon, avec ses particularités et bons plats.

     

    Bien que l’esprit de Noël soit le même des deux côtés de l’Atlantique, il existe plusieurs différences entre les traditions canadiennes et françaises. Même si certaines traditions sont typiques de chacun de ces pays, chaque famille possède ses traditions bien à elle. Il est donc possible que vous ne vous retrouviez pas dans toutes ces différences.

     

    1. La grande soirée du réveillon se fait le 24 décembre

     

    Reveillon du 24 décembre

     

    Pour de nombreuses familles françaises, la grande soirée du temps des fêtes est celle du 24 décembre. C’est lors de cette soirée festive que toute la famille et la marmaille se retrouve pour réveillonner. Au planning, le grand repas du réveillon et l’ouverture des cadeaux qu’aura apporté le Père Noël.

     

    2. Manger des huîtres

     

    Manger des huîtres à Noël

     

    La France est un grand producteur d’huîtres. Toutes les familles françaises proposent à leurs convives des huîtres en entrée. Elles peuvent se trouver au centre de la table ou être disposées dans des assiettes individuelles. En fonction des familles et des régions françaises, toutes les convives ou seulement certaines d’entre-elles en mangeront. Si vous n’avez pas l’habitude de manger des fruits de mer voire des huîtres, il est fort possible que vous trouviez le goût de la mer (iode) un peu trop fort. Les meilleures huîtres sont les Papin et Gillardeau.

     

    3. Manger du foie gras

     

    Foie gras maison

     

    Tout comme les huîtres, le foie gras est un incontournable du temps des fêtes, servi en entrée. Vous pouvez manger du foie gras de canard, ou du foie gras d’oie, qui est encore plus raffiné. Le foie est préparé en entier et est tranché au moment du service.

     

    Advertisement

    4. Le plat principal : chapon, gibier ou poisson

     

    Chapon

     

    Au Canada, le plat principal lors du repas de Noël est souvent composé de dinde et de tourtière. Ces deux plats ne font pas partie des traditions françaises. Toutefois, plusieurs familles remplacent la dinde par un chapon. Un chapon est un coq castré. Visuellement et au goût, une fois plumé, le chapon ressemble à la dinde.

     

    Le plat de résistance peut également être du gibier (comme du chevreuil) ou du poisson (St-Pierre, coquille St-Jacques, langoustines, lotte, bar, etc.), bref, que de bonnes choses!

     

    5. Rester très longtemps à la table

     

    Repas de Noël

     

    En France, les convives prennent l’apéro au salon, mais une fois le repas entamé, plus personne ne quitte la table! Comme tous les repas français, l’action se passe à table. Même une fois le repas terminé, vous restez à table pour continuer les discussions.

     

    Il existe plusieurs autres particularités des repas français.

     

    6. Boire du Champagne et du bon vin

     

    Grands vins

     

    La France est un très grand producteur de vin, et pas n’importe quel vin! Ne soyez pas étonnés si à Noël, on sort des caves à vin des grands vins de millésime des années 70, 80, 90… Au Canada, on débouche le champagne plus souvent la veille du jour de l’an que pour Noël. En France, Noël sera toujours une bonne occasion pour ouvrir une ou plusieurs bouteilles de Champagne.

     

    7. Une buche comme support à arbre de Noël

     

    Arbre de Noël

     

    En France, une fois que l’arbre de Noël est coupé, il est inséré dans une buche coupée en deux. Vous ne pouvez donc plus l’arroser. De plus, lorsque vous achetez votre arbre, vous recevez un gros sac-poubelle afin de le mettre dedans au moment de le jeter.

     

    8. Un Noël pas forcément blanc

     

    Noel sans neige

     

    Dans la majorité des régions du Canada, Noël est synonyme de neige. Si à quelques jours de Noël, le sol n’a pas recouvert son manteau blanc, c’est la panique totale… il doit neiger sinon ce ne sera pas un vrai Noël. En France, la question ne se pose pas. Certaines régions peuvent à l’occasion recevoir de la neige pour Noël, mais c’est loin d’être systématique. Si jamais il a neigé, ce sera d’autant plus magique. Par contre, la France n’est pas aussi bien équipée que les municipalités et habitants canadiens pour déneiger les routes. Dès que le sol est recouvert de 2 cm, toutes les routes sont bloquées.

     

    9.  On décore les rues et moins l’extérieur des maisons

     

    Décoration de Noël dans les rues

     

    Souvenez-vous quand vous étiez jeune et que vous aidiez vos parents à installer les lumières de Noël sur la maison et les arbres dans l’entrée? et c’était tellement beau de se promener dans les rues et de voir toutes les maisons illuminées. En France, c’est une pratique qui se fait très peu. Toutefois, les mairies vont décorer les avenues et rues principales de leur ville, ce qui contribue à rendre l’atmosphère plus festive. Une des plus jolies villes à visiter dans le temps des fêtes est Strasbourg, et de profiter de son marché de Noël.

     

    10. Visiter les marchés de Noël

     

    Marchés de Noël

     

    De nombreuses villes françaises proposent dans le temps des fêtes des marchés de Noël. Ces marchés regroupent plein de producteurs et artisans locaux qui disposent leurs produits dans des petites maisonnettes. Dans ces marchés, vous devez prendre un verre de vin ou de jus de pomme chaud et manger plein de plats traditionnels comme les flammekueches. Le plus beau marché de Noël français est très certainement le marché de Noël de Strasbourg. A l’opposé, certains marchés, comme celui des Champs Elysées à Paris, est très commercial et propose même des produits fabriqués en Chine … rien de très authentique, surtout lorsqu’il est pris d’assaut par les touristes.


    votre commentaire
  •  

     

     

      

    ~ "Joyeux Noël" en portugais se dit : "Feliz Natal" ~

     

     

    Au Portugal, on appelle Consoada le réveillon de Noël, qui comprend le repas en lui-même et l'ouverture des cadeaux, plus tard dans la nuit du 24 au 25 décembre.
    Au niveau gastronomique, le réveillon portugais n'est pas nécessairement fastueux. Plus que des mets luxueux ou des produits onéreux, la table de Noël est avant tout l'occasion de savourer des plats simples, mais savoureux, tous imprégnés de tradition. Si le dîner peut en revanche être qualifié de copieux, c'est avant tout à cause de la place très importante faite aux desserts.

     

     

    Il est bien connu que les Portugais raffolent de la morue, et ce postulat se vérifie en particulier à Noël. Si l'on a coutume de dire qu'il existe 365 façons différentes de préparer la morue (soit une par jour), le 25 décembre, les Portugais choisissent de la manger le plus humblement possible, sans faste ni luxe.
    En effet, la morue (cabillaud salé et séché) est dégustée bouillie avec de simples pommes de terre et des choux cuits à l'eau. Un repas relativement frugal, en prévision des nombreux et consistants desserts, présentés bien plus tard dans la soirée. D'autres innovent cependant, et servent la morue en brandade avec de la crème par exemple.

    Le Portugal reste un pays profondément ancré dans la religion catholique, c'est pourquoi au moment où sonnent les douze coups de minuit, tous les fidèles se dirigent à l'église locale pour y célébrer la Missa do Galo, littéralement "la messe du coq". Pourquoi le coq ? Selon les croyances, un coq aurait chanté le matin du 25 décembre, célébrant à sa façon la naissance de Jésus Christ.

     

     

     

    Ce n'est que tard dans la nuit, après la messe que les convives passent aux desserts. Dans chaque maison, une table entière leur est ainsi dédiée. Selon la tradition, cette table de desserts restera alimentée durant plusieurs jours, pour accueillir tous les proches venus offrir leurs cadeaux et présenter leurs voeux.

    En hommage aux participants de la Cène, les desserts présentés sont au nombre de 13. Parmi ces douceurs, on trouve des fruits (des oranges en particulier), mais surtout les classiques de la pâtisserie portugaise.

    De par son climat méditerranéen, le Portugal a toujours privilégié des gâteaux, dont la conservation craignait peu la chaleur. Exit la crème et les fruits frais, très peu représentés dans les desserts portugais. Place plutôt au riz, aux œufs, à la cannelle, aux fruits secs et surtout au sucre.
    Un peu à l'image des pâtisseries de la cuisine maghrébine, les gâteaux et friandises lusitaniennes font preuve d'une douceur très prononcée.

    Voici ceux que l'on retrouve le plus souvent le jour de Noël :
    Bolo rei : Gâteau des rois en forme de couronne, composé de fruits secs et garnis de fruits cristallisés. Autrefois, les Portugais servaient cette pâtisseries le 6 janvier, date à laquelle, selon la religion catholique, les 3 rois mages auraient rendu visite à l'enfant Jésus. Le 6 janvier fût d'ailleurs pendant longtemps, le jour où l'on s'échangeait les cadeaux. Aujourd'hui, la consommation du bolo rei s'est étendue à toute la période de Noël.


    Arroz doce : Le riz au lait portugais fait partie des desserts habituels de la gastronomie national. Légèrement aromatisé au citron, on le décore systématiquement avec de la cannelle. Il suffit d'en prendre une pincée entre les doigts pour dessiner un sapin de Noël, ou bien personnaliser des ramequins individuels au nom de chacun des convives.

    Filhós : Gros beignets à base d'une pâte proche de celle utilisée pour le pain, souvent très légèrement parfumée à l'aguardente (littéralement "eau ardente"), l'eau de vie locale, et à l'orange. Afin de les savourer chauds, on prépare généralement la pâte avant le repas, le temps qu'elle lève convenablement. Les beignets sont ensuite frits, une fois les gens rentrés de la messe. On saupoudre les filhós de sucre et de cannelle au dernier moment, pour ne pas que ces derniers ramollissent les beignets. Il existe plusieurs variantes de filhós, dont une fameuse préparée à base de potiron.

    Rabanadas aussi appelées fatias douradas : Proches du pain perdu, ce sont des tranches de pain rassis, plongées dans du lait puis frites, parsemées de cannelle et de sucre. Les rabanadas sont parfois préparées avec une variante de vin chaud.

    Doce de aletria : Sorte de riz au lait au vermicelle.

    On compte aussi de nombreux autres desserts selon les régions : Ovos moles, spécialités de la ville de Aveiro, les Sonhos (rêves), petits beignets frits, ou encore le Pão-de-ló, gâteau riche en œuf, aromatisé à l'orange ou au citron.

     

     

     

    Le lendemain, le 25 décembre, les convives se réunissent à nouveau, cette fois pour manger du chevreau rôti au four servi avec des grelos, des pousses de navets. Ces pousses constituent la tige verte des navets, généralement mise de côté. Peu ou pas consommés en France, les grelos, dont le goût un peu âcre, et surtout l'apparence, les rapprochent des épinards, sont en revanche très appréciés, cuits à l'eau, par les Portugais.

    Malgré tout, l'influence anglo-saxonne fait que la dinde remplace de plus en plus souvent le chevreau dans certains foyers. Il est vrai qu'un gallinacé élevé en batterie possède l'avantage de coûter bien moins cher que n'importe quelle pièce de cabri.

    Pour accompagner ces plats, les Portugais privilégient le vin rouge.
    Pour le dessert, le Porto, produit des vignes longeant le fleuve Douro au nord du pays, est préféré au champagne, un peu en raison de la tradition, beaucoup à cause du portefeuille.

     

     

    Au moment de l'ouverture des cadeaux, l'estomac n'est pas en reste car l'habitude veut que l'on offre une orange à chacun des convives. A l'époque, ce fruit d'hiver était considéré comme un produit précieux, au point de devenir l'un des symbole de Noël.

    Les cadeaux s'ouvrent plutôt au retour de la messe minuit, dans la nuit du 24 au 25, en dégustant les desserts. Selon la tradition, ces présents ne sont pas apportés par le père Noël, mais par le Petit Jésus.

    Dans les maisons pourvues d'une cheminée, le 24 décembre est également allumé un feu à l'aide d'un petit tronc d'olivier ou de châtaignier. En temps normal, les cendres de ce feu doivent être maintenues pendant une semaine jusqu'au jour de l'An, le 31 décembre.


    En plus de la crèche, le sapin est arrivé relativement tard, mais est vite devenu une coutume. Pour preuve Lisbonne a récemment érigé le plus grand conifère illuminé d'Europe, haut de 62 metres.

      Lors de la nuit de Noël, les musiciens et chanteurs de chaque ville et village, arpentent les rues pour chanter et jouer aux portes des habitants. Ces manifestations s'appellent les Janeiras, même si comme leur nom l'indique, elles ont le plus souvent lieu au mois de janvier.


    votre commentaire
  •  

    Halloween 2018, 2019 et 2020 - Date et origine

     

    Dates d'Halloween

     

    Halloween est prévue aux dates suivantes :

     

    • mercredi 31 octobre 2018
    • jeudi 31 octobre 2019
    • samedi 31 octobre 2020

     

    La date est fixe, chaque année elle a lieu le 31 octobre.

     

    Origine d'Halloween

     

    Le terme Halloween est l'abréviation anglaise d'"All Hallow's Eve", qui pourrait être traduite comme la veille de Tous les Saints ou la veille de la Toussaint1. Cette fête où l'on peut croiser des zombies, des vampires et autres déguisements effrayants, est en fait un héritage celtique d'une fête très ancienne, la fête de Samhain.

     

    L'héritage d'une fête celtique

     

    La fête de Samhain, Samain ou encore Samonios, est une célébration païenne et celtique qui commémorait la fin des moissons, la fin de l'été et le début de la saison courte (appelée la saison sombre en opposition avec la saison claire). Elle existe depuis environ 2500 ans et était fêtée le 31 octobre, qui correspondait au dernier jour de l'année du calendrier celte2. Lors de cette célébration, les druides priaient les Dieux pour les remercier des récoltes de l'année écoulée et afin qu'ils assurent leur protection durant l'hiver3.

     

    La fête durait 7 jours, 3 jours avant la Samhain et 3 jours après, et était obligatoire. Elle avait pour but d'accueillir la nouvelle année, mais aussi les défunts, autorisés à rendre visite aux vivants ce seul jour de l'année4. Les disparus étaient honorés par un grand repas et avaient leur place à table1.

     

    Les druides allumaient des feux sacrés pour faire revenir le soleil et chasser les mauvais esprits. Chaque habitant emportait chez lui une part de ce feu sacré pour allumer un foyer nouveau dans sa maison. La citrouille utilisée aujourd'hui comme lanterne pourrait rappeler les réceptacles utilisés pour ramener le feu chez soi5, et qui étaient peut-être à l'origine des navets2.

     

    Reprise par les Romains puis par les catholiques

     

    Quelques siècles plus tard, l'Empire romain a étendu son influence jusque dans les territoires celtiques : la fête de Samhain sera peu à peu remplacée par une célébration à la fin des moissons en l'honneur de Pomona, déesse des arbres fruitiers3. La fête en l'honneur des disparus a cependant lieu le 21 février, dans le cadre de la célébration des Feralia2.

     

    AU IVe siècle, la religion chrétienne devient obligatoire dans tout l'Empire. Les fêtes païennes sont lentement remplacées par des fêtes religieuses : la Toussaint est célébrée dans un premier temps au temps pascal. Plus tard, au VIIIe siècle, le pape Grégoire III la fixa à la date du 1er novembre. Les coutumes païennes persistèrent et Halloween, signifiant la veille de tous les saints, était fêtée le 31 octobre5.

     

    Un folklore irlandais exporté aux États-Unis

     

    En Irlande, mais aussi en Écosse et au Pays de Galles, la célébration de Halloween a perduré. Vers 1600, la tradition était d'installer devant chez soi un navet dans lequel on avait placé une chandelle pour guider les âmes. Pour effrayer les mauvais esprits, des visages grimaçants étaient découpés dans les navets2.

     

    Au XIXe siècle, une grande famine s'est abattue sur l'Irlande. De nombreux Irlandais émigrèrent aux États-Unis emportèrent avec eux cette coutume : les citrouilles illuminées ont remplacé les navets5.

     

    L'emploi de courge utilisée comme lanterne rappelle une autre légende irlandaise associée à l'étrange et aux mauvais esprits : la légende de Jack O'Lantern. Jack O'Lantern était un ivrogne cruel et méchant qui aurait joué aux cartes avec le diable. Plusieurs versions existent : dans l'une d'elles, le fait d'avoir gagné contre le diable lui assure de ne jamais aller en enfer. Dans une autre version, il aurait trompé plusieurs fois le diable qui cherchait à avoir son âme en lui jouant des mauvais tours.

     

    À sa mort, Jack O'Lantern ne put entrer au paradis, les portes étant closes. Il ne fut pas non plus accueilli en enfer, le diable lui ayant fait la promesse de ne jamais aller en enfer. Destiné à errer jusqu'à la fin des temps, Jack a demandé au diable une lanterne pour s'éclairer. Il lui fournit un navet et des braises qui lui servirent de torche6.

     

    Trick or Treat

     

    Durant Halloween, les enfants, déguisés de manière effrayante, font du porte-à-porte en annonçant cette formule pour avoir quelques friandises5. S'ils ne récoltent rien, ils sont autorisés à faire une farce.

     

    Les origines de la coutume Trick or Treat (un mauvais tour ou un cadeau) sont méconnues. Cette pratique était fermement ancrée dans la culture américaine dès 1950, puisqu'on la retrouve dans le comic strip Peanuts, plus connu sous le nom Snoopy et les Peanuts, ainsi qu’un épisode de Disney avec Donald Duck, nommé "Trick or Treat". Ceci dit, on retrouve dans certaines traditions celtiques de la Samhain des pratiques de déguisement, à l'aide de peaux d'animaux7.

     

    Au moyen-âge apparait la pratique du mumming dans les îles britanniques, qui consiste à se déguiser et à effectuer des pitreries en échange de nourriture ou de boisson. La Toussaint et la fête des Morts dans les pays celtiques conservaient aussi certains rituels de la Samhain : les pauvres frappaient aux portes des maisons riches et recevaient des soul cakes (gâteaux d'âme) en promesse de prières aux disparus de la maison. Cette pratique appelée souling a été par la suite confiée aux enfants7.

     

    En Écosse et en Irlande, les jeunes suivaient une pratique appelée guising : ils se déguisaient et demandaient des cadeaux de porte-à-porte. Au lieu de s'engager à prier pour les défunts, ils récitaient un poème, chantaient une chanson ou réalisaient un "tour" avant de réclamer leur cadeau, qui était le plus souvent un fruit sec ou une pièce7.

     

    Aujourd'hui, Halloween est une fête nationale aux États-Unis et la seconde fête la plus rentable, après Noël. En France, elle est apparue à la fin des années 1990, mais n'a pas le même succès qu'outre Atlantique.

     

    Célébration d'Halloween

     

    Ce jour-là, les enfants arborent des déguisements terrifiants et sonnent à toutes les portes pour demander des friandises. Les mamans sont mises à contribution pour la préparation de nos Sorcières, Dracula et chauve-souris d'un soir. Une citrouille est évidée afin de représenter un visage. Une bougie est placée en son centre afin de compléter l'emblème de ce jour.

     

    Halloween dans le monde

     

    • En Irlande, la fête de Samhain reste populaire dans tout le pays. La ville la plus imprégnée des festivités reste Londonderry qui voit chaque année se dérouler un magnifique défilé.
    • À Hawaï, lors de la fête d'Halloween, le centre culturel polynésien organise à la nuit tombée une excursion sur le lagon. Sur des barques, l'on y découvre alors les mystères d'une maison hantée.
    • En Transylvanie, le pays de Dracula propose des bals costumés, visites et chasses aux sorcières dans les châteaux des Carpates. De très nombreuses animations sont aussi organisées dans la ville de Sighisoara.
    • Aux États-Unis, dans la ville de New-york est organisée la "world famous pumpkin race" qui permet à qui le souhaite de transformer une citrouille en petit bolide à roulettes. Ces dernières descendront la pente jusqu'à la mer pour finalement être dégustées.
    • À la Nouvelle-Orléans, c'est tout le mois d'octobre qui est à la fête avec des défilés et décorations de circonstance sur les murs des maisons. Le Voodoo Music Experiment clôt le tout avec des concerts partout dans la ville qui rassemblent de nombreux artistes internationaux.

    votre commentaire
  •  

     

    Retrouvez les dates des prochains calendriers scolaires pour les zones A, B et C. Effectuez une recherche géographique pour vérifier si votre académie est concernée par le changement de zone.

     

     

     

     

     

    VacancesZone AZone BZone C
      Académies :
    Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon, Poitiers
    Académies :
    Aix-Marseille, Amiens, Caen, Lille, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Orléans-Tours, Reims, Rennes, Rouen, Strasbourg
    Académies :
    Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse, Versailles
    Prérentrée des enseignants

    Reprise des cours : vendredi 31 août 2018

       
    Rentrée scolaire des élèves

    Reprise des cours : lundi 3 septembre 2018

       
    Vacances de la Toussaint

    Fin des cours : samedi 20 octobre 2018
    Reprise des cours : lundi 5 novembre 2018

       
    Vacances de Noël

    Fin des cours : samedi 22 décembre 2018
    Reprise des cours : lundi 7 janvier 2019

       
    Vacances d'hiver

    Fin des cours :
    samedi 16 février 2019
    Reprise des cours :
    lundi 4 mars 2019

    Fin des cours :
    samedi 9 février 2019
    Reprise des cours :
    lundi 25 février 2019

    Fin des cours :
    samedi 23 février 2019
    Reprise des cours :
    lundi 11 mars 2019

    Vacances de printemps

    Fin des cours :
    samedi 13 avril 2019
    Reprise des cours :
    lundi 29 avril 2019

    Fin des cours :
    samedi 6 avril 2019
    Reprise des cours :
    mardi 23 avril 2019

    Fin des cours :
    samedi 20 avril 2019
    Reprise des cours :
    lundi 6 mai 2019

    Vacances d'été

    Fin des cours : samedi 6 juillet 2019

       

     

    Informations complémentaires

     

    • Le départ en vacances a lieu après la classe, la reprise des cours le matin des jours indiqués. Les élèves qui n'ont pas cours le samedi sont en congés le vendredi soir après les cours.
    • Pour l'année 2018-2019,  les classes vaqueront le vendredi 31 mai 2019 et le samedi 1er juin 2019.
    • Début des vacances d'été : les enseignants appelés à participer aux opérations liées aux examens sont en service jusqu'à la date fixée pour la clôture de ces examens par la note de service établissant le calendrier de la session.
    • Pour les enseignants, deux demi-journées (ou un horaire équivalent), prises en dehors des heures de cours, pourront être dégagées, durant l'année scolaire, afin de permettre des temps de réflexion et de formation sur des sujets proposés par les autorités académiques.

     

    Les dates fixées par le calendrier scolaire national peuvent, sous certaines conditions, être modifiées localement par le recteur.
    Ce calendrier n'inclut pas les dates de fin de session des examens scolaires.

    Pour la Corse, les départements d'outre-mer et les collectivités d'outre-mer
    Les recteurs, vice-recteurs et chefs de services de l'Éducation nationale ont compétence pour adapter le calendrier national en fixant, par voie d'arrêté, pour une période de trois années des calendriers scolaires tenant compte des caractères particuliers de chacune des régions concernées
    .


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique