• fricassée de lotte et langoustine

    Ingrédients pour 4 personnes

    • 600 gr de filets de lotte
    • 8 langoustines
    • 2 oranges
    • 1 c. à soupe de pistaches
    • 25 gr de Beurre gastronomique Président
    • 1 c. à soupe de moutarde à l'ancienne
    • 10 cl d' huile d'olive
    • 1 pincée de sel
    • 1 pincée de poivre

    Préparation de la recette

    Presser et récupérer le jus d'une orange, le verser dans un bol. Ajouter la moutarde, le sel, le poivre, mélanger. Verser progressivement l'huile d'olive. Réserver.

    Peler à vif et prélever les segments de l'autre orange.

    Tailler la lotte en gros cubes.

    Décortiquer les langoustines.

    Faire fondre le beurre, y saisir la lotte et les langoustines. Cuire 3 à 4 minutes sur chaque face. Retirer et maintenir au chaud.

    Concasser les pistaches.

    Dresser sur assiette en formant une rosace en alternant la lotte, les langoustines, les segments d'orange. Napper de sauce et parsemer de pistaches.

    Recette élaborée par la Collective des Produits Laitiers


    votre commentaire
  • canard a l'orange


      
     Ingrédient
     



        2 cuillères à soupe d’huile d’olive
        6 cuisses de canard
        1 oignon moyen
        1 cuillère à café de maïzena
        Le jus de 2 oranges
        1 verre d’eau
        le zeste d’une orange, coupé en fines lamelles
        sel et poivre du moulin


        Faire chauffer l’huile d’olive dans une cocotte, sur feu moyen.
    Saler et poivrer le canard, puis le faire dorer de tous les côtés dans l’huile d’olive.
    Le retirer de la casserole et réserver.
        Faire revenir l’oignon jusqu’à ce qu’ils soit tendre.
     Ajouter la maïzena et bien mélanger.
        Remettre le canard dans la cocotte avec l’oignon,
     arroser du jus d’orange et d’un verre d’eau.
     Couvrir et laisser mijoter pendant environ 40 minutes,
     jusqu’à ce que la viande soit bien tendre
    . Retirer le couvercle et laisser mijoter encore 10 minutes,
     pour obtenir une belle sauce.
        Verser la sauce dans un saucier avec quelques lamelles de zeste d’orange.
    Déposer le canard sur un plat de service et le décorer avec un peu de sauce et du zeste d’orange.
     Servir bien chaud avec du riz.


    2 commentaires
  •  

     

     
     

    C'est bien connu : à l'arrivée de l'automne, nombre de personnes subissent une baisse de moral et une fatigue passagère. Pour certains, cette fatigue survient même à chaque changement de saison. Le point sur les mécanismes en cause et la prévention.

    Les changements de saison, propices à la fatigue

    Les changements de saison, propices à la fatigue

    Que ce soit à l’arrivée du froid de l’automne ou au printemps, lorsque la nature se réveille, il est très courant d’éprouver une fatigue passagère. Si des petites baisses d’énergie sont tout à fait normales en cours d’année, elles ne doivent pas se chroniciser. Ainsi, la fatigue récurrente et persistante liée au changement de saison doit être prise au sérieux. Chez certaines personnes, elle peut altérer considérablement la qualité de vie, en particulier pendant l’hiver.

     

    Le phénomène est de plus en plus étudié et l’on sait aujourd’hui bien le prendre en charge et même le prévenir, notamment grâce à la photothérapie (luminothérapie). Mieux vaut donc réagir à temps pour retrouver toute son énergie rapidement.

     


    1 commentaire
  • Ne vous fiez pas aux températures, "ce n'est pas encore le printemps", prévient la journaliste Fabienne Amiach. Même si ça lui rassemblait grâce "à un flux du Sud qui a apporté de l'air doux qui a fait fondre la neige", détaille-t-elle. On a eu une amplitude de 20 à 29 degrés par endroits comme dans le sud-ouest de la France." Néanmoins il faut rester vigilant, car "nous avons à nouveau une vigilance neige et verglas prévue pour demain."

    Gare aux phénomènes glissants !

    La raison ? "Une nouvelle perturbation va arriver par l'Ouest et va remonter", ajoute la journaliste. C'est une perturbation classique, mais elle va arriver sur un sol froid. Ainsi, tous les Hauts-de-France jusqu'au Grand Est vont avoir des phénomènes glissants. 22 départements sont ainsi concernés. Le vent continue aussi de souffler en rafales et une alerte "vagues" est à prévoir. Soyez vigilants !


    votre commentaire
  •  

    Chocolat et Pâques : les Français sont-ils de gros mangeurs ?


    Chocolat et Pâques : les Français sont-ils de gros mangeurs ?En moyenne lors de la semaine de Pâques, chaque Français achète 900 grammes de chocolat pour un montant d'environ 18 euros
    illustration - Amat Michel

     

    Près de 15 000 tonnes de chocolat devraient être consommées en France en cette semaine de Pâques. D’où vient cette tradition gourmande ? Quelles sont nos préférences ?

     

    Les chasses aux oeufs et autres cloches ou lapins dopent la consommation de chocolat à Pâques par rapport au reste de l’année. Pourquoi une telle tradition ? Dans quelles proportions achète-t-on du chocolat et surtout, lesquels préférons-nous ? On fait le point. 

    Pourquoi mange-t-on du chocolat à Pâques ?

    Au risque d’en décevoir certains, contrairement aux symboles de l’oeuf ou de la cloche, le chocolat en lui-même n’a aucune signification particulière pour le jour de Pâques. La tradition d’offrir des moulages en chocolat n’est en effet pas si ancienne. Les premiers oeufs en chocolat sont nés au XIXe siècle, suite aux progrès d’affinage de la pâte de cacao chauffée et à la mise au point des premiers moules. 

    Depuis, l’habitude de s’offrir des sujets en chocolat à ses enfants et ses proches s’est largement installée. En 2017, les Français ont consommé 14 500 tonnes de chocolat pour Pâques, en léger recul (-1,5%) par rapport à 2016. 

    La rédaction vous conseille

    "Avec près de 4% des ventes annuelles, Pâques est le deuxième marché de l’année pour le chocolat, derrière celui des fêtes de fin d’année qui représente 10% des ventes annuelles", indique Florence Pradier, secrétaire générale du Syndicat du Chocolat qui rassemble les principales entreprises du secteur implantées en France. 

    Le marché est aussi très lié à la météo : les ventes augmentent si le temps clément favorise l’organisation de chasses aux oeufs, souligne-t-elle. 

    En moyenne lors de la semaine de Pâques, chaque Français achète 900 grammes de chocolat pour un montant d’environ 18 euros. Attention tout de même à l’indigestion !

    Les Français dans le top 5 mondial des consommateurs

    A Pâques ou toute l’année, selon une étude Toluna, le chocolat est l’aliment préféré des Français : 97,8% en consomment régulièrement, dont 76,4% chaque semaine et 30,7% tous les jours.

    Mais nous ne sommes pas les champions du monde de gourmandise : à l’échelle internationale, la France n’occupe "que" la cinquième position des consommateurs de chocolat, avec 7,3 kilos par personne et par an, selon une étude Caobisco de février 2017. 

    Les premiers sont les Allemands (11 kilos par personne et par an), suivis par les Belges (10,9 kg), les Suisses (10,8 kg) et les Britanniques (10 kg).

    "On voit surtout récemment l’émergence de nouveaux consommateurs en Chine, en Russie et au Brésil", souligne le syndicat du chocolat.

    Globalement, le marché du chocolat en France a représenté 378 850 tonnes en 2017, en prenant en compte les ventes de chocolat prêt à consommer, mais pas le chocolat utilisé comme ingrédient dans l’industrie agroalimentaire.

    Quel chocolat préfèrent-ils ?

    Selon l’étude Toluna, le chocolat noir reste le préféré des Français (56,8%), devant le chocolat au lait (53,9%) et le chocolat blanc (26,6%). Les consommateurs privilégient également de plus en plus les "grands crus" de chocolat, aux origines bien précises et aux arômes recherchés.

    Côté produits, les préférences des Français vont vers la tablette de chocolat (62,1%), le fondant et moelleux (45,6%), le pain au chocolat (40,2%), la mousse au chocolat (37,1%), l’assortiment de chocolats (36,3%) et la pâte à tartiner (34%).

    80 % de ces achats sont effectuées auprès de la grande distribution, les 20 % restant s’effectuant généralement chez les chocolatiers et dans les magasins spécialisés.

    Côté marques, selon un sondage LSA de 2015, les Français privilégient les géants du secteur : Côte d’Or, Milka, Kinder, Lindt, et Fererro composent le Top 5. 

    Chocolat noir, au lait, blanc : de quoi parle-t-on ?

    Bon à savoir : en France les différentes appellations de chocolat sont strictement encadrées par la loi. Selon le ministère de l’économie, le droit d’utiliser l’appellation "chocolat" dépend de la teneur minimale en cacao, qui influe sur l’intensité de la saveur.

    La teneur en cacao doit obligatoirement être inscrite sur les étiquettes des produits, au moyen de la mention "cacao : x % minimum".

    • Le chocolat noir doit contenir au minimum  43% de cacao dont au moins 26% de beurre de cacao et 14% de cacao sec.
    • Le chocolat au lait doit contenir au minimum 25% de cacao sec, 14% de lait en poudre et 25% de matières grasses.
    • Le chocolat blanc doit contenir au moins 20% de beurre de cacao et 14% de lait en poudre.

    Un moyen de protéger les consommateurs de chocolats qui n’en seraient pas vraiment. 


    votre commentaire