• prendre soin de soi pour mieux accueillir l'autre

     

    Prendre soin de soi pour mieux accueillir l’autre

     

    Travail de longue haleine et sou­vent négligé, pren­dre soin de soi est une condi­tion néces­saire à une vie plus équilibrée et har­mo­nieuse sur le plan per­son­nel et rela­tion­nel.

     
    En ce début d’année, prendre soin de soi paraît presque incongru tant nous sommes replongés dans les affaires et la vie trépidante de notre société moderne. L’hiver nous paralyse. « Ce n’est pas la meilleure saison pourprendre soin de moi, on verra plus tard », dites-vous. Et pourtant, c’est essentiel. Tous les jours je peux prendre soin de moi simplement. Consultante en développement personnel et professionnel, Gaël Tavernier nous aide à en prendre conscience et donne des idées concrètes pour cultiver son jardin intérieur et extérieur.

    soin de soi", elle peut s’enten­dre dans des domai­nes très différents : l’appa­rence ves­ti­men­taire ou phy­si­que, l’ali­men­ta­tion, pren­dre soin de son équi­li­bre, de son corps, de son cœur affetif... Cette notion impli­que d’être à l’écoute de ses besoins phy­si­ques, psy­chi­ques et affec­tifs

    De nombreux freins 

    D’autres freins comme l’argent peu­vent nous ralen­tir. Or, nous pou­vons pren­dre soin de nous sans dépenser for­tune ou même un seul cen­time. Par exem­ple, en se préparant un gom­mage avec de l’huile et du sel. « Ce n’est pas l’Oréal qui me rend beau ! » aime à dire Gaël, notam­ment à ses filles. Cela demande juste de faire appel à son intel­li­gence, d’en parler autour de nous, de faire des recher­ches sur Internet... Loin d’être une démarche égoïste, pren­dre soin de soi c’est appren­dre à se res­pec­ter.

    Les conditions nécessaires

    Écouter, habi­ter, pren­dre cons­cience de son corps et de ses cinq sens est aussi très impor­tant. C’est la clé de tout. Et commençons par bien manger et bien dormir. Le corps n’est pas qu’une enve­loppe esthétique. Pour appren­dre à l’aimer chacun peut faire quel­ques exer­ci­ces dès le réveil. « Pour m’aider au réveil je pose mes pieds sur le sol et je prend cons­cience de mes dix orteils. Je res­pire pro­fondément. Je prend le temps de réveiller mon visage à l’eau fraîche. Et je me demande ce qui me ferait du bien à ce moment-là. Cela ne sert à rien de faire les choses par auto­ma­tisme ». Se débar­ras­ser des choses inu­ti­les et des gestes auto­ma­ti­ques nous rend plus léger et plus libre. 

    Vivre au rythme de la nature

    « On ne peut pas courir si l’on n’a pas pris soin de ses jambes », disait avec humour sœur Emmanuelle. J’ajou­te­rai que l’on ne peut pas être bien dans la rela­tion avec l’autre si l’on n’est pas bien dans sa tête et son corps. Le pre­mier cadeau que l’on puisse faire à l’autre est de pren­dre soin de soi. Et s’il arrive que l’on se dis­pute il est impor­tant de ne pas se lais­ser aller, au contraire il fau­drait pren­dre encore plus soin de soi. « Ce que j’essaye de faire lors­que je res­sens des ten­sions, c’est de quit­ter l’endroit où je me trouve quand je suis tentée de dire quel­que chose d’inu­tile », témoigne Gaël. Parfois nous pou­vons égale­ment nous sentir agressés par l’autre. Dans ce cas, un petit exer­cice de visua­li­sa­tion consiste à se mettre men­ta­le­ment sous une cloche pour être à l’abri de toute atta­que.

    Emilie Tevane


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :