• Les causes de la fatigue

    Les causes de la fatigue<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    La fatigue est l'un des grands maux de notre époque, puisque, selon différentes enquêtes, 60% des Français se déclarent fatigués. Les causes de la fatigue, ou " asthénie ", sont très nombreuses.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    La fatigue est parfois la conséquence d'une maladie générale (diabète, cancer), d'un surmenage sportif ou professionnel, mais dans la majorité des cas, il est difficile de trouver une cause précise. Dernière explication en vogue : un virus serait responsable de ce que les Américains ont nommé le " syndrome de fatigue chronique ", ou maladie des yuppies, ces jeunes cadres dynamiques qui travaillent dans les banques et sont soudain terrassés par une fatigue inexplicable.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Aux États-Unis, on estime que près de 100 000 personnes sont atteintes de cette maladie mystérieuse, et dans notre pays, il y aurait 500 000 personnes, chaque jour, qui consulteraient un médecin pour cette raison.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    D'après une enquête réalisée en France, l'étude de la répartition des cas révéle que la plupart sont en fait des " fatiguées ". En effet, la fatigue frappe souvent les femmes. Dans la moitié des cas, un examen minutieux trouve à l'origine de cette fatigue une cause organique bien réelle : un début de diabète, un cancer débutant, parfois une tumeur bénigne du cerveau expliquant un mal de tête persistant et fatigant. Souvent, les fatigués refusent d'être malades : par exemple ils ne veulent pas admettre qu'ils sont diabétiques, ou que leur diabète est mal soigné. C'est aussi le cas de personnes déprimées, qui refusent de le reconnaître, et de personnes qui pour une raison ou une autre ont reçu par exemple un traitement anxiolytique ou un somnifère pendant quelques temps et le continuent par habitude. Dans ces circonstances, la fatigue s'explique facilement par l'intoxication médicamenteuse.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Mais dans la seconde moitié des cas, on a du mal à découvrir une cause organique, psychique ou toxique précise. La fatigue trouverait alors son origine dans un dérèglement total des rythmes de vie. C'est le cas par exemple des " toxicomanes de l'effort " : il s'agit de personnes qui non seulement travaillent beaucoup, mais qui, à leurs journées surchargées ajoutent des exercices physiques intenses et des sorties nocturnes. Ces personnes " vivent sur les nerfs ", et la fatigue est bien compréhensible. À l'inverse, la fatigue peut être la conséquence d'une vie terne, sans joies ni plaisirs, qui conduit vite à " la déprime ". Enfin, l'étude des cycles journaliers a montré que les changements de rythme sont particulièrement fatigants. C'est le cas des personnes qui travaillent en 3x8 ou qui voyagent beaucoup et sont tout le temps soumises au décalage horaire.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Fatigue et asthénie<o:p></o:p>

    Il y a plusieurs sortes de fatigue, très différentes les unes des autres. Quand vous avez travaillé toute la nuit pour passer (et réussir) un examen, ou lorsque vous gagnez une compétition sportive, vous êtes fatigué parce que vous avez fourni un effort important. Mais il s'agit d'une fatigue normale et " heureuse ".<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    En revanche, lorsque vous êtes déprimé, ou que vous souffrez d'une maladie cardiaque ou pulmonaire qui vous essouffle rapidement, vous êtes fatigué à cause d'une affection précise. Dans ce cas-là, on parle généralement d'asthénie. Autrefois, on employait beaucoup le terme de neurasthénie (fatigue nerveuse) pour évoquer la dépression.<o:p></o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :