• la suisse

    Suisse

    Suisse par Pierre Rollini 
    Suisse © Pierre Rollini

    La Suisse a beau évoquer un petit îlot planté au centre de l’Europe, elle n’en est pas moins composée de paysages étonnamment variés et de populations aux caractères très différents.
    À l’ouest, de Genève jusqu’au fond du Valais (ou presque) et en montant jusqu’au canton du Jura, les Suisses romands sont incontestablement d’origine latine. Cela se remarque aux premiers mots qu’ils prononcent.
    De l’autre côté de la Sarine (une rivière qui fait un peu office de « frontière ») commence le domaine de la Suisse alémanique, territoire le plus grand et le plus peuplé.
    À l’est, les Grisons, où l’on parle encore, mais peu, le romanche. Et au sud des Alpes, une fois franchi le tunnel du Saint-Gothard, la Suisse italienne : le Tessin.
    Trois zones géographiques donc (le Jura, le Plateau et les Alpes), quatre langues nationales (l’allemand, le français, l’italien et le romanche), 26 cantons, soit autant de petits États, avec chacun ses particularismes, formant la Confédération helvétique, l’un des plus anciens pays du monde. En Suisse, le fédéralisme n’est pas un vain mot !

     

     

     

     

    Géographie et climat Suisse

    Sur le plan géographique, comme sur les plans politique, linguistique, religieux et historique, la Suisse est une mosaïque étonnante.

    Le centre de l'Europe

    La Suisse fait partie de l'Arc alpin, qui s'étend sur près de 1 000 km entre Nice et Vienne. Elle couvre même la partie centrale de ce qui est considéré comme le toit de l'Europe. 
    Les fleuves et rivières les plus importants y trouvent leur source et coulent aux quatre coins du continent : le Rhône s'en va par le sud-ouest vers la Méditerranée, le Rhin met le cap sur la mer du Nord, l'Inn (affluent important du Danube) opte pour l'est vers la mer Noire et le Tessin (affluent du Pô) joue la carte du sud vers l'Adriatique.

    Les Alpes

    La Suisse est un pays de montagnes... Les Alpes et les Préalpes occupent 60 % du tout petit territoire helvétique à une hauteur moyenne de 1 700 m d'altitude, avec une centaine de pointes au-dessus de 4 000 m et 1 800 glaciers recouvrant quelque 1 340 km².
    Les villes sont apparues au bord des lacs et dans les vallées les plus basses, les villages au fond des vallées et sur des terrasses. La viticulture, les cultures fruitières et maraîchères sont devenues le privilège des fonds de vallées, tandis que les versants sont utilisés pour l'élevage et le fourrage surtout.

    Le Jura

    Les pâturages du Jura ont beau occuper 10 % du nord du pays à une altitude moyenne de 750 m, ils paraissent presque plats par rapport aux Alpes. 
    On a tenté d'exploiter des gisements minéraux assez médiocres. Du coup, la transformation des métaux est devenue une tradition qui s'est prolongée à l'heure du grand boom industriel : les plus belles montres ont toujours été fabriquées dans l'Arc jurassien.

    Le Plateau

    Au nord des hautes Alpes naissantes se trouvait un bassin allongé, tantôt submergé par un bras de mer, tantôt parsemé de lacs. C'est ici que se sont déposés les détritus arrachés aux Alpes par l'érosion. Le Plateau, ou Moyen-Pays, qui s'étend de Genève au lac de Constance, n'occupe peut-être que les 30 % restants du territoire, mais il abrite la presque totalité des villes et donc la majorité des Suisses. Si la densité de la population est de 188 habitants au kilomètre carré pour l'ensemble du pays, elle est ici comparable à celle des Pays-Bas, c'est-à-dire 450 habitants au kilomètre carré.

    Climat

    La Suisse a beau être toute petite, elle n'en est pas moins un pays au relief extrêmement varié : les températures et les conditions climatiques sont très différentes d'une région à l'autre. 
    Sur le Plateau (diagonale entre le lac Léman et celui de Constance), elles ne sont pas très différentes de la région parisienne. Mieux vaut en revanche prévoir une petite laine dès qu'on entre dans les Alpes ou même dans l'Arc jurassien. Le Tessin, seul territoire au sud des Alpes, bénéficie quant à lui d'un climat presque méditerranéen.

     

    Économie

    La prospérité helvétique s'est développée en 1848, en même temps que naissait un État fédéral. L'industrie prend alors un essor considérable, que l'on retrouve aujourd'hui dans le secteur alimentaire (Nestlé), chimique (Novartis) ou mécanique (Brown-Boveri). 
    Le monde 
    <nobr>bancaire</nobr> suit le mouvement, ainsi que le tourisme, de luxe surtout. 
    Lorsque la Seconde Guerre mondiale prend fin, l'appareil de production suisse est certes un peu désuet mais intact, et les réserves financières suffisantes pour donner au pays un avantage concurrentiel sur ses voisins en pleine reconstruction. La Suisse devient alors une place financière d'importance mondiale. 
    Le secret bancaire, officiellement inscrit dans la loi en 1934 seulement, a été pour la première fois levé par le Parlement en 1996.
    La crise économique de 2008 a amené le gouvernement américain à demander des comptes à l'UBS (Union des banques suisses). Un accord signé en août 2009 permet de révéler le nom de 4 500 détenteurs américains de comptes ouverts pour frauder le fisc américain. En septembre 2011, les États-Unis, ont lancé une nouvelle offensive, exigeant d'autres banques suisses les données bancaires d'évadés fiscaux américains. D'autre part, la Suisse a signé des accords pour se conformer aux normes de l'OCDE et sortir de la liste « grise » des paradis fiscaux.
    On estime que 10 % de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté. 
    Enfin, la Suisse romande est plus touchée par le chômage que le reste de la Suisse. Et surtout, les chiffres suisses sont trompeurs : passé un certain délai, le chômeur suisse ne perçoit en effet plus d'indemnités de la Confédération ; il disparaît des statistiques... Or, les chômeurs de longue durée, qui ont recours aux aides cantonales et communales, sont de plus en plus nombreux !

     

    Culture Suisse

    Musées

    Pour les accros de culture, il existe un pass valable dans 440 musées du pays. Vous pouvez vous le procurer dans tous les musées affiliés et dans certains offices du tourisme et bureaux de poste. Il coûte 114 Fs pour 1 an.

    Il existe une carte Adulte plus, valable pour un adulte accompagné au maximum de cinq enfants de moins de 16 ans, à 177 Fs pour 1 an.

    Bon à savoir : les détenteurs de la carte Swiss Travel System (voir le paragraphe la rubrique « Transports »), mais aussi des cartes de paiementMasterCard peuvent visiter tous les musées affiliés gratuitement.

    Pour plus de renseignements : tél. : (0)44-389-84-56.

    Enfin, le passeport musées Junior, destiné aux jeunes de 10 à 16 ans, leur permet, pour environ 30 Fs, de visiter 400 musées en Suisse et près de 120 musées portant le label « musée pour les jeunes ».

    Si votre séjour se limite à la région de Bâle, vous pouvez vous procurer leMuseumspass (passeport des musées du Rhin supérieur) : passeport valable 1 an pour un adulte et 5 enfants, qui offre un accès libre et illimité aux collections temporaires et permanentes de plus de 230 musées, sites et châteaux sur trois pays : le canton de Bâle en Suisse, l'Alsace en France et le Bade-Wurtemberg en Allemagne. Les sites concernés sont consultables en ligne.
    Prix : 118 Fs ; réduc. Il existe aussi un passeport courte durée, valable 48h : 46 Fs. En vente dans les musées membres.

     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :