• L'Humanité se met en danger en surexploitant la planète

    L'Humanité surexploite la planète et menace son propre bien-être en provoquant le déclin de la flore et des animaux sur la Terre, confrontée à la première extinction d'espèces depuis celle des dinosaures, ont alerté vendredi des experts du monde entier.

    "Nous sommes en train de saboter notre propre bien-être à venir !", a déclaré à l'AFP Robert Watson, président de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques  à l'origine de cette enquête

    Si rien n'est fait pour enrayer la tendance, la ressource en poissons de la région Asie-Pacifique sera épuisée d'ici 30 ans et jusqu'à 90 % de ses coraux gravement détériorés d'ici 2050.

    En Afrique, ce sont plus de la moitié des espèces d'oiseaux et de mammifères qui seront perdues d'ici 2100, avertit cette étude compilée pour l'IPBES dans quatre énormes rapports régionaux.

    .

    Menaces sur la qualité de vie

     

    "Cette tendance alarmante menace des économies, des moyens de subsistance, la sécurité alimentaire et la qualité de vie des populations partout" dans le monde, soulignent les experts à l'origine de quatre rapports régionaux longs de 600 à 900 pages.

    "L'état de la biodiversité empire", a averti Mark Rounsevell, l'un des co-auteurs de cette vaste étude dévoilée vendredi à Medellin, en Colombie.

     

    La biodiversité menacée par le réchauffement climatique © Nick Shearman AFPLa biodiversité menacée par le réchauffement climatique © Nick Shearman AFP

    Durant trois ans, plus de 550 chercheurs ont travaillé bénévolement sur ces évaluations, qui synthétisent les données d'environ 10.000 publications scientifiques, sur les Amériques, l'Afrique, l'Asie-Pacifique et l'Europe-Asie centrale. Le résultat final couvre la totalité de la Terre, hormis les eaux internationales des océans et l'Antarctique.

    Les rapports ont été passés au peigne fin par plus de 750 experts et décideurs de 115 des 129 pays membres de l'IPBES réunis toute la semaine à huis clos à Medellin, en Colombie. Ils en ont rédigé des synthèses d'une trentaine de pages chacune pour orienter les dirigeants en matière de protection de la biodiversité.

    "Il y a beaucoup de débats. Les messages clés ont vraiment été discutés mot à mot", a déclaré à l'AFP Anne Larigauderie, secrétaire exécutive de l'IPBES, en précisant que "l'évaluation sur l'Europe et l'Asie centrale a demandé huit séances de trois heures (...) et une autre, la dernière qui s'est terminée à 04H00 du matin".

    Si l'Humanité ne change pas son usage déraisonnable des ressources naturelles, nous mettons en danger "non seulement l'avenir que nous voulons, mais même nos existences actuelles", a averti M. Watson.


  • Commentaires

    1
    Mardi 19 Janvier à 09:55
    I do not know whether it's just me or if everyone else experiencing problems with your website.
    It looks like some of the written text in your posts are running
    off the screen. Can someone else please provide feedback and
    let me know if this is happening to them too? This may be a problem with my browser because I've had this happen before.
    Appreciate it
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :