• Peut-on guérir d'une dépression ?

     

    La dépression est une maladie qui se soigne et se guérit. Pour guérir, il vous faut nécessairement des médicaments (des antidépresseurs). Ces médicaments sont plus efficaces si vous suivez en même temps une psychothérapie. Beaucoup croient faussement qu'il faut choisir entre psychothérapie et médicament. Il n'en est rien, bien au contraire, les deux traitement se complètent : médicaments et psychothérapie s'unissent ainsi contre la dépression.

     

    Le traitement de la dépression prend du temps. Les spécialistes considèrent en effet qu'il doit durer au moins six mois. En dessous de cette durée, vous risquez de rechuter. Et si vous avez été dépressif une fois dans votre vie, vous n'avez pas envie de recommencer. Pour guérir, il est nécessaire de suivre régulièrement votre traitement. C'est la clé de la réussite; or on sait qu'un patient sur trois ne suit pas bien son traitement.

     

    Veiller à la bonne observance du traitement

     

    Est-ce par manque d'information? Peut-être. Il vous faut donc poser à votre médecin toutes les questions qui vous intéressent et auxquelles il se doit de répondre. Si vous ne comprenez pas ce qu'il vous dit (c'est souvent le cas), n'hésitez pas à lui reposer les mêmes questions, en lui disant que vous n'avez pas compris. Si le médecin, de son côté, ne sait pas répondre à vos questions, il doit vous le dire, car en médecine on ignore encore beaucoup de choses.

     

    Souvent le déprimé se sent coupable, parce qu'il manque de volonté, qu'il n'a envie de rien. Cette non envie fait partie de la maladie dépressive. C'est justement parce que vous êtes déprimé, que votre volonté vous manque; vous la retrouverez quand vous irez mieux.

     

    Un traitement efficace

     

    Avec le traitement, vous vous sentirez mieux assez rapidement, en général au bout d'un quinzaine de jours de traitement antidépresseur. En deux mois environ, vous redeviendrez comme vous étiez avant votre maladie. Il faut ensuite continuer votre traitement, même si vous allez bien, pendant plusieurs mois ou plusieurs années. Les échecs du traitement sont très rares. Parfois il est nécessaire d'essayer plusieurs antidépresseurs à la suite, pour trouver celui qui vous convient.

     

    Votre entourage est un complément indispensable à la réussite du traitement : n'hésitez donc pas à vous appuyer sur votre famille, vos amis, votre conjoint, à parler avec eux de votre maladie. Il est très utile que votre médecin connaisse vos proches, qu'il dialogue avec eux et les informe. La plupart du temps les patients dépressifs ne sont pas hospitalisés. C'est pourtant quelquefois nécessaire quand la dépression est très sévère, que les relations avec les proches sont mauvaises ou que le risque de suicide est important.

    Dépression saisonnière, masculine, réactionnelle... il existe différentes formes de dépression. Chacune touche des personnes différentes et nécessite un traitement adapté. Tour d'horizon de tous les aspects du syndrome dépressif et des prises en charge spécifiques.

     

    Dr Emmanuel Zinski


    1 commentaire
  • Les brûlures d'estomac en 10 questions


    Les brûlures d'estomac en 10 questions

    Aussi désagréables que fréquentes, les brûlures d'estomac peuvent parfois gâcher le quotidien. Quelles en sont les causes ? Comment les éviter ? Quels sont les traitements ?... Pour faire le point, Doctissimo répond aux 10 questions les plus fréquentes.

    1. Qu'est-ce que les brûlures d'estomac ?

    Les brûlures d'estomac, ou brûlures épigastriques, se définissent par une sensation d'aigreur ou d'acidité localisées au niveau de l'estomac. Ces douleurs se manifestent souvent après les repas ou en position allongée. Elles peuvent également survenir après l'ingestion de certains aliments acides ou trop gras.

    2. Qu'est-ce que le pyrosis ?

    Contrairement aux brûlures d'estomac qui se limitent au sac gastrique, le pyrosis se caractérise par une brûlure ascendante partant de l'estomac. Cette sensation s'accompagne de remontées acides vers l'oesophage, qui peuvent parfois atteindre la gorge voire la bouche, laissant alors une impression de brûlure acide.

    3. Qu'est-ce que le reflux gastro-oesophagien ou RGO ?

    45 % de la population française serait touchée par les reflux gastro-oesophagiens. Ils ont lieu lorsqu'une partie du contenu de l'estomac passe dans l'oesophage. Ils sont considérés comme pathologiques s'ils altèrent la vie du patient ou s'ils entraînent des lésions au niveau de l'oesophage. En effet, les sécrétions de l'estomac étant très acides, elles peuvent provoquer de véritables brûlures sur leur chemin.

    4. Qu'est-ce qu'une hernie hiatale ?

    En temps normal, l'estomac se situe en dessous du diaphragme, le muscle respiratoire séparant l'abdomen du thorax. Ce muscle est percé, pour permettre le passage de l'oesophage, qui relie la bouche à l'estomac. Mais il arrive que cet orifice s'élargisse, laissant remonter la partie supérieure de l'estomac au niveau du thorax : c'est une hernie hiatale.

    5. Quelles sont les causes des brûlures d'estomac ?

    Les brûlures d'estomac peuvent avoir de multiples origines. Certains médicaments tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), comme l'aspirine par exemple, ont pour conséquence d'inhiber la cyclooxygénase. Or cette enzyme contrôle les sécrétions de mucus et de bicarbonates, principaux facteurs de protection de l'estomac. Les brûlures peuvent également être la manifestation de troubles de la motricité du tube digestif, ou encore une conséquence d'un RGO. Lorsque de telles brûlures surviennent pour la première fois et persistent, il est conseillé de consulter un médecin. Lui seul pourra faire la part des choses et vous rassurer.

    6. Quels sont les facteurs qui favorisent les brûlures d'estomac ?

    Certains aliments peuvent favoriser les brûlures d'estomac, tels que les aliments gras, les agrumes, les sodas, les crudités, le café, les fruits et les plats épicés. Il est par ailleurs conseillé d'éviter les repas top copieux ou encore de se coucher juste après le repas. Enfin, le tabac et l'alcool, qui stimulent les sécrétions gastriques acides, sont à proscrire.

    7. Quand faut-il consulter un médecin ?

    Si les brûlures ne sont qu'épisodiques, il n'est pas nécessaire de consulter. En revanche, si elles altèrent la qualité de vie du patient ou si elles deviennent trop fréquentes (plus de deux fois par semaine), il faudra alors voir un médecin. D'autres signes peuvent aussi alerter le patient : des brûlures survenant après 50 ans, des saignements, un amaigrissement ou encore une perte d'appétit.

    8. Comment traiter les brûlures d'estomac ?

    Pour les brûlures épisodiques, de simples antiacides suffisent à soulager efficacement les douleurs. Si elles persistent, votre médecin pourra alors envisager un traitement à base d'anti-sécrétoires, comme les inhibiteurs de la pompe à protons, qui bloquent les sécrétions gastriques responsables des brûlures.

    9. Quelle alimentation privilégier lorsqu'on souffre de brûlures d'estomac ?

    Mis à part certaines catégories d'aliments qui peuvent aggraver les brûlures : alcool, aliments gras, acides, sodas, crudités ; il n'y a pas de règle générale à suivre, hormis fractionner ses repas. Chaque personne étant unique, le mieux est de privilégier les aliments qui ne provoquent pas ces brûlures et d'écarter de façon empirique les autres.

    10. Les brûlures d'estomac sont-elles dangereuses ?

    Bien que gênantes et désagréables, les brûlures d'estomac ne sont pas dangereuses pour la santé. Mais si elles deviennent trop fréquentes, il faut alors consulter un médecin afin d'écarter d'autres pathologies telles que le RGO ou bien l'ulcère.

    Sarah Lainé -


    1 commentaire
  • Bien dormir

     

    :           La psychologie des adolescents

    Les troubles du sommeil de l'ado

    Selon une étude de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, 40 % des adolescents scolarisés se sentent souvent fatigués. D'ou vient ce problème ? Comment retrouver le repos ?

     

    Souvent liée aux problèmes de sommeil, la fatigue doit cependant être suivie avec attention et commencer par éliminer les causes les plus évidentes.

    Pourquoi l’adolescent dort-il mal ?

    •          Passe-t-il trop de temps devant son ordinateur ou ces jeux vidéo avant de se coucher ?

    •          Consomme-t-il trop de cola ou de café, notamment en fin de journée ?

    •          A-t-il des angoisses liées à un devoir le lendemain ?

    S’il a du mal à trouver le sommeil, vous pouvez commencer par lui proposer, le soir avant le coucher, des remèdes de grand-mère comme un bon bain chaud ou une tisane. S’il est d’un tempérament nerveux peut-être devrait-il faire du yoga.

    Il est fréquent que l’adolescent connaisse des coups de fatigues passagers dus à une poussée de croissance ou une dépense énergétique plus importante que d’habitude. Ces "coups de pompe" peuvent disparaître après une bonne nuit de sommeil.

    En revanche, si la fatigue persiste plusieurs semaines, si elle n’est pas atténuée par le repos, si, en plus, elle est accompagnée de morosité, elle peut alors être un symptôme de la dépression.

    Si cette fatigue est accompagnée de vertiges ou de pâleurs excessives, elle peut être alors due à une forte anémie. Dans ce cas, il est important d’en parler avec votre médecin traitant.

    Katia Chapoutier

    Mis à jour le 3 janvier 2011


    1 commentaire
  • La courbe de croissance de l'enfant

    Julie Martory, Dr Nicolas Evrard : 12/01/2010
    La courbe de croissance de l'enfant
    Sommaire

    La croissance chez les enfants


    La croissance suit un processus bien établi, et dépend essentiellement de facteurs génétiques. La qualité de l’alimentation et de l’environnement (y compris psychologique) influent aussi sur ce développement. Le squelette a besoin des nutriments essentiels pour se développer ; l’hormone de croissance, produite durant le sommeil, est bien sûr primordiale, d’où l’importance du sommeil chez l’enfant.

    A partir de 3 ans et jusqu’à 7 ans, la croissance est relativement régulière : l’enfant gagne environ 6 cm par an. Côté poids, il prendra environ 2,5 kilos la troisième année, puis 2 kilos par an jusqu’à 5 ans.

    Adolescence et puberté


    Au début de la puberté, l'enfant grandit beaucoup. Durant une période précise, le garçon, par exemple, gagnera un centimètre par mois. Un peu moins côté féminin. Chez la fille, la croissance est maximale au moment où les premières règles arrivent. Passée cette étape, la vitesse de croissance diminue progressivement.

    La croissance au moment de l'adolescence concerne davantage la colonne vertébrale que les jambes, d'où l'importance de bien surveiller l'enfant à cette période. La survenue d'une scoliose est un risque au moment de l'adolescence, surtout chez les filles.

    1 commentaire
  • Dans les années 80, tous les professionnels de la santé et de la forme s'accordaient à dire que le mal du dos était le mal du siècle. Nous avons changé de siècle et le mal du dos semble être encore le fléau auquel nous sommes confrontés quotidiennement. Notre activité professionnelle nous impose bien souvent une mauvaise posture sur notre lieu de travail.

     

    Il existe deux solutions pour lutter contre le mal du dos:

    - Adopter une bonne posture en toutes circonstances

    - Suivre un programme d'entraînement et de soins adaptés

    1- Adopter une bonne posture corporelle en toutes circonstances :

     

    Quand vous êtes assis ne vous affaissez pas pour vous reposer sur le bas de votre dos, ceci est bien souvent la cause des premières douleurs dorsales. Dès que vous êtes en position assise (au bureau, en voiture ...), prenez l'habitude de soutenir le bas de votre dos.    

    Évitez de vous pencher sur le côté ou vers l'avant, votre tête doit être droite, menton à l'horizontale.

    Au bureau, employez des chaises pivotantes afin de ne pas vous tordre le dos dès que vous devez vous tourner.

    2- Suivre un programme d'entraînement et de soins adaptés :

     

    En cas de grande douleur, nous vous conseillons de consulter votre médecin qui vous dirigera très certainement vers un spécialiste (kinésithérapeute ...). Dans le cas d'une gêne légère, vous devez suivre un programme de soins qui tient compte de ce problème.

    Le programme devra donc intégrer des exercices basés sur le renforcement des muscles spinaux (muscles du dos) et des abdominaux et sur des exercices d'étirement des lombaires et des jambes. Celui-ci devra intégrer des séances de massages et de détente.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique