• Notre hiver est plutôt doux actuellement mais ça ne va pas durer. Alors qu’un froid polaire s’abat sur les Etats-Unis, le Huffington Post américain rapporte les détails d’une expérience intéressante !

    Apple est formel : l’iPhone ne doit être utilisé que dans un environnement où la température oscille entre 0°C et 35°C. Quant au « stockage », comprenez « ces rares moments où vous n’utilisez pas votre iPhone et que celui-ci est éteint », il peut se faire dans des conditions un peu plus souples : entre -20 et 45°C. Le problème c’est que si nous devons vivre l’un des hivers les plus froids de notre histoire, comme le prévoit Météo France, ces plages de températures risquent d’être dépassées…

    Toronto’s Global News s’est « amusé » à mener une expérience sur le terrain : En Amérique du Nord, le froid polaire qui règne sur certaines régions en ce moment a un mauvais effet sur l’autonomie des smartphones Pommés d’où l’idée de comparer le comportement de 2 iPhone, l’un exposé à -17°C (température actuelle à Toronto) et l’autre laissé à l’intérieur bien au chaud. 30 minutes après le début de l’expérience, l’autonomie de l’iPhone resté à l’intérieur était passée de 100% à… 99% alors que celle de l’appareil exposé au froid affichait… 86% ! Au moment d’utiliser l’iPhone refroidi, celui-ci s’est éteint ! Plus rien !

    Vous l’aurez deviné, tous les smartphones sont concernés par le phénomène. Mais tous ne sont pas égaux devant le froid. Le site finlandais MikroPC a réalisé un comparatif de résistance il y a quelques temps et l’iPhone s’était révélé assez sensible au froid… A l’époque, l’iPhone 5 n’existait pas et ce sont les iPhone 4 et 4s qui représentaient Apple. Le 4s présentait des problèmes dès -5°C et s’arrêtait à -10°C. Le Galaxy SII attendait lui les -35°C pour s’éteindre.

    Quelques conseils : en cas de froid polaire, le plus malin est de garder l’iPhone près du corps (à vous de choisir l’endroit) et d’attendre d’être bien au chaud pour l’utiliser. En cas de dysfonctionnement ou d’extinction, remettre le smartphone à température et attendre. Rien ne sert d’insister avant que le corps de l’appareil ne rejoigne lui-même la plage de température conseillée par Apple.


    votre commentaire
  • Janvier

    <section class="bg">

    Origine du mois de janvier

    Le mois de janvier, premier mois du calendrier, compte 31 jours. Le mot janvier provient du latin ianuarius dérivé du terme ianua qui signifie porte, et qui est un hommage au dieu romain de la porte Janus. En moyenne, Janvier est le mois le froid dans l'hémisphère nord et le plus chaud dans l'hémisphère sud.

    </section>
     

    <section>

    Fêtes et Saints de janvier

    • 1 Jour de l'an
    • 2 Basile
    • 3 Geneviève
    • 4 Odilon
    • 5 Edouard
    • 6 Mélaine
    • 7 Raymond
    • 8 Lucien
    • 9 Alix
    • 10 Guillaume
    • 11 Pauline
    • 12 Tatiana
    • 13 Yvette
    • 14 Nina
    • 15 Rémi
    • 16 Marcel
    • 17 Roseline
    • 18 Prisca
    • 19 Marius
    • 20 Sébastien
    • 21 Agnès
    • 22 Vincent
    • 23 Banard
    • 24 François de Sales
    • 25 Conversion de Paul
    • 26 Paule
    • 27 Angèle
    • 28 Thomas d'Aquin
    • 29 Gildas
    • 30 Martine
    • 31 Marcelle
    </section> <section class="bg">

    Que se passe-t-il en janvier ?

    • Jour de l'an (01/01)
    • Journée mondiale de la Paix (01/01)
    • Épiphanie (06/01)
    • Noël pour les églises orthodoxes (07/01)
    • Seijin shiki (成人式, cérémonie de la majorité) au Japon (2e lundi)
    • Martin Luther King Day aux États-Unis (3e lundi)
    • Fête nationale australienne (Australia Day) en Australie (26/01)
    </section> <section class="bg">

    Janvier dans les autres pays

    • En Ukraine, janvier porte le nom січень, qui signifie tranchant ou coupant.
    • En République Tchèque, janvier est appelé leden, le mois de glace.
    • En Finlande, janvier se dit tammikuu, le mois du chêne ou mois du cœur de l'hiver.
    </section> <section class="bg">

    Proverbes de janvier

    Sécheresse de janvier, richesse de fermier.
    Les douze premiers jours de janvier indiquent le temps qu'il fera les douze mois de l'année.
    Le vent du jour de l'an souffle moitié de l'an.
    Jour de l'an beau, mois d'août très chaud
    Un mois de janvier sans gelée n'amène jamais une bonne année.
    </section>


    votre commentaire
  • En Europe :

    Un vaste anticyclone récurrent, centré vers la Serbie, devrait protéger une grande partie de l'Europe pour le premier mois de l'année 2016. Le temps s'annonce assez calme dans l'ensemble, souvent sec sur le centre du vieux continent et doux sur une large partie nord jusqu'en Allemagne et jusqu'aux portes de la mer Noire. La douceur serait surtout marquée de l'Ecosse au nord de la Russie en passant par les pays bordant la Baltique. Beaucoup de précipitations en revanche sur l'Islande, les îles Britanniques, le nord et l'ouest de la France, l'Allemagne, la Pologne et la Scandinavie, principalement sous forme de pluie en raison de la douceur, alors qu'un temps doux mais neigeux concernerait le nord de la Russie. Le froid devrait plutôt concerner les pays méditerranéens, de l'Italie au Proche-Orient, avec des pluies souvent excédentaires et des chutes de neige parfois en plaine, notamment en Turquie.

    En France :

    Ecart thermique probable : +0,8 degré – Précipitations : excédentaires  – Ensoleillement : normal

    Dans le prolongement de décembre, janvier 2016 risque de rester doux sur notre pays en dehors du pourtour méditerranéen davantage dans les normes. L'excédent s'annonce toutefois beaucoup moins important que décembre 2015 qui fut exceptionnel. Retour des précipitations souvent excédentaires sur l'ouest et la moitié nord au passage de perturbations fréquentes et actives. Pluie plutôt proches des moyennes saisonnières dans le nord-est. La neige est attendue sur les massifs, surtout sur les Alpes en moyenne et haute montagne. L'ensoleillement s'annonce proche des chiffres habituels.

    Mise à jour du 8 janvier 2016. Environ 60% de fiabilité


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    <section class="esv-wrapper esv-full-width" id="esv-article-tetiere"> <article>


     

    </article> </section>

     

     

     

     

    Les 10 plus beaux marchés de Noël de France

    A l'origine, appelés " marché de Saint-Nicolas " puis devenus " Marché de l'Enfant Jésus " (Christkindelmärik en alsacien), les marchés de Noël ont vu le jour au XIVème siècle en Alsace et en Allemagne, celui de Strasbourg est attesté dès 1570.
    En France pendant plusieurs siècles, ces marchés, qui se tenaient huit jours avant Noël et jusqu'à la messe de minuit, avaient un caractère religieux et se déroulaient uniquement dans les régions du Nord-Est. Ce n'est qu'à partir des années 1990 qu'ils se sont répandus dans tout l'Hexagone. Aujourd'hui, rares sont les municipalités qui n'organisent pas " leur " marché de Noël, l'aspect commercial supplantant le religieux. Du Nord au Sud, d'Ouest en Est, les principales villes rivalisent désormais en animations, décorations et chalets pour offrir aux visiteurs des marchés de Noël dignes de les faire plonger dans la féerie des fêtes de fin d'année.
    Traditionnels, remarquables, impressionnants par la taille ou leur fréquentation, nous déposons dans vos petits souliers, notre sélection des marchés de Noël qui devraient de nouveau vous faire croire au Père Noël. Retrouvez également les plus beaux marchés de Noël d'Allemagne

    Strasbourg l'indétrônable

     

     

     

     

    <figure> Strasbourg l'indétrônable </figure>

     

     

     

     

    A tout seigneur, tout honneur. Le marché de Noël de Strasbourg est le plus connu de l'Hexagone mais aussi l'un des plus fréquentés.
    Il faut dire que dans cette ville, la tradition du marché de Noël remonte au Moyen Âge, ce qui en fait l'un des plus anciens de France. A cette époque, le " Klausenmärik " ou " marché de la Saint-Nicolas " était une animation consistant à distribuer des cadeaux aux enfants à l'occasion de la célébration de la Saint Nicolas. Le 22 décembre 1570, le conseil des 21 (Conseil municipal de l'époque) décide de maintenir cette foire mais en la dédiant au " Christkindel ", l'Enfant Jésus. Voilà comment est né le " Christkindelmärik " le marché de Noël.
    Trois siècles plus tard, en 1870, ce marché, où l'on vend des sapins, des décorations de Noël, des crèches, des santons, des objets d'artisanat local, des confiseries et du vin chaud, s'installe place Broglie, lieu où il se tient encore aujourd'hui. Il faut tout de même préciser que depuis 1990, la place Broglie n'est plus l'unique endroit où se développe ce marché puisque tous les quartiers de Strasbourg participent à l'événement. Les animations se déroulent aussi place de la gare, place de la cathédrale ou place du château.
    Du 27 novemvre au 31 décembre, la ville toute entière vit au rythme du marché de Noël et de ses multiples animations. Pour mettre les visiteurs dans l'ambiance, Strasbourg revêt tout d'abord son habit de lumière, les rues, les maisons, les façades des églises, les fenêtres et les balcons brillent alors de mille feux et mettent en valeur les décors que les Strasbourgeois fabriquent tout au long de l'automne. Dans les rues, des chemins de lumière et des rosaces guident les badauds vers les lieux d'animations et les rues commerçantes.
    Et bien sûr, il n'y a pas de Noël sans sapin, surtout en Alsace où cette tradition remonte elle aussi au Moyen Âge, celui du marché de Noël de Strasbourg s'élève à 30 mètres de haut (c'est le plus grand sapin de Noël naturel d'Europe) et voit des rennes gambader à son pied. Avec ce décor fait de lumières, de guirlandes, de musiques de Noël, de chalets de bois, d'odeurs de pain d'épices et de vin chaud, ce n'est pas un marché mais bel et bien un immense village de Noël qu'offre Strasbourg à ses visiteurs.
    Le Village des Enfants guidera les enfants dans le monde des " Rêves de Noël " avec son univers imaginaire inspiré des contes alsaciens, des légendes strasbourgeoises traditionnelles et des histoires contemporaines. Il sera difficile de les arracher à la Maisonnette, au " Coin des Copains " ou à " la Fabrique de Noël " où on leur seront proposera, entres autres, des jeux d'adresse et des créations de papier.
    Les visiteurs pourront aussi profiter de l'esprit de tolérance et d'humanisme, cher au marché de Noël de Starsbourg, pour se rendre au " Village du Partage " et rencontrer plus de 80 associations caritatives ou humanitaires, place Kléber.

    Montbéliard, l'illuminée de Noël

     

     

     

     

    <figure>

    Montbéliard, l'illuminée de Noël

    <figcaption class="esv-credit-img"> PHOTO DENIS BRETEY </figcaption> </figure>

     

     

     

     

    Plus que son marché de Noël, ce sont ses " Lumières de Noël " qui font la réputation et la notoriété de Montbéliard à cette période de l'année. Pour sa 29ème édition, cette manifestation ne déroge pas à la règle avec ses arches, ses volutes, ses décors, ses animations et ses artisans. Car ne nous y trompons pas, les " Lumières de Noël " de Montbéliard forment un tout. Marché, illuminations et animations sont les trois ingrédients fondamentaux de cette grande féerie de Noël.
    Malgré tout, le marché de Noël de Montbéliard se distingue particulièrement de celui des autres villes par ses illuminations (installées par l'entreprise italienne Franco Faniuolo). Quelques chiffres suffisent à comprendre ce qui attire près de 400 000 visiteurs chaque année : 110 motifs dont 46 arches, 32 pyramides et 38 festons. Ces illuminations sont omniprésentes, jalonnant d'année en année de nouveaux quartiers et rues, créant une atmosphère chaleureuse, festive et féerique à travers toute la ville. Sont particulièrement mis en valeur les bâtiments présentant un intérêt architectural particulier, les lieux faisant l'objet de décors, de mises en scène (les lucioles de la place Dorian, les giratoires, etc.).
    Installé au pied du temple Saint-Martin, le marché de Noël regorge d'idées cadeaux et de décoration comme des bougies, des chapeaux, des sacs, des écharpes en laine ou en soie, des bijoux, des verreries, des poteries ou des peintures. Répartis par allée les plaisirs de la bouche sont aussi bien présents. L'Allée Gourmande, comme sont nom l'indique, est le paradis des amateurs de gastronomie où l'on trouve les produits régionaux tels que la saucisse de Montbéliard ou le gâteau de ménage, tandis qu'à l'Allée des Saveurs Sucrées les papilles frémissent avec les bonbons, gâteaux, chocolats, thé, miel, pain d'épices et autres gourmandises.
    En 2015, Montbéliard accueille l'Écosse, invitée d'honneur des Lumières de Noël. Des chalets sont ainsi consacrés aux produits du terroir écossais.
    Et comme Noël est avant tout la fête des enfants (on en viendrait presqu'à l'oublier !) un village leur est entièrement consacré. Pendant que les parents font leurs emplettes, les plus jeunes peuvent en toute liberté créer et fabriquer des décorations de Noël à l'Atelier des petits lutins, écouter des contes, pénétrer dans l'univers des fées et des farfadets dans une grotte aménagée mais aussi suivre le Père Noël ou la tante Airie (la bonne fée du Pays de Montbéliard) qui se promène avec son âne et distribue des friandises. Saint-Nicolas et le Père Fouettard seront, évidemment, eux aussi de la fête.

    Les Parfums d'hiver d'Amiens

     

     

     

     

    <figure> Les Parfums d'hiver d'Amiens </figure>

     

     

     

     

    Créé en 1998, le marché de Noël d'Amiens, qui attire aujourd'hui près d'un million de visiteurs, peut se targuer d'être le plus grand marché de Noël du Nord, devançant Lille, Béthune ou Beauvais en nombre de chalets.
    Cette année, celui qui a pour doux nom " Parfum d'Hiver " accueille les visiteurs, du 20 novembre au 30 décembre 2015, et leur propose 130 chalets et de nombreuses animations.
    Les exposants venus de France et d'ailleurs proposent des produits issus de l'artisanat du monde, de l'artisanat classique (pâte à sel, céramique, sacs en cuir, calligraphie, bijoux de créateur, chapeaux, gants en peau de mouton, etc.), de la restauration (vin chaud, cidre chaud, spécialités savoyardes, alsaciennes et canadiennes, cochon grillé, crêpes, gaufres liégeoises et bruxelloises, etc.) mais aussi des produits ou prestations moins traditionnels, plus insolites comme un vendeur de " Bernard l'ermite " ou une chiromancienne qui lit dans les lignes de la main.
    Côté animations, Amiens fait aussi les choses en grand notamment avec sa grande roue de plus de 40 mètres et l'illumination en couleurs de la Cathédrale à la nuit tombée. Même si la montagne est loin, les enfants pourront tout de même avoir un aperçu d'un Noël près des pistes grâce à une aire de glisse (pour les 3-6 ans), à un chemin de glace synthétique (à partir de 4 ans), tous deux accessibles en patins, ou à une tour de glace pour l'escalade, un tunnel de spéléologie et une tyrolienne de 40 mètres (de 5 à 12 ans).
    Pendant toute la durée du marché de Noël, des artistes investissent également la ville (échassiers, catcheurs, comédiens déguisés en Police montée canadienne) et le père Noël reçoit les enfants dans sa maison installée place de l'Hôtel de Ville.

    Reims, la cité qui sacre le Père Noël

     

     

     

     

    <figure>

    Reims, la cité qui sacre le Père Noël

    </figure>

     

     

     

     

    Du 20 novembre 2015 au 3 janvier 2016, la " Cité des Rois " change de visage et devient la " Cité du Père Noël ".
    Reims ne se contente pas d'aligner quelques chalets d'où s'échappent des effluves de pain d'épices et de vin chaud sur la place de la mairie pour prétendre devenir une nouvelle " Destination Noël ". Chaque année, on peut dire que l'esprit de Noël se répand comme une trainée de poudre(use) sur l'ensemble de la ville
    L'événement majeur de ces festivités est bien sûr le Village de Noël de Reims qui regroupe, place d'Erlon, rues Condorcet, de l'Etape et Buirette, 135 chalets où sont proposés de nombreux produits gastronomiques, artisanaux ou festifs. L'alignement de ces chalets au centre de la place d'Erlon associé aux illuminations qui font réellement scintiller la rue et les façades qui l'encadrent, plongent le visiteur au cœur de l'atmosphère chaleureuse propre aux fêtes de Noël.
    Au cœur de la fête de Noël, les enfants ne sont pas en reste à Reims puisqu'ils y ont leur " Royaume des enfants " dans lequel on trouve le chalet du Père Noël qui effectue sa tournée sur le Village, la boîte aux lettres dans laquelle ils peuvent déposer leur missive au Père Noël et des ateliers où ils pourront fabriquer des boules de Noël, des sets de table, des cartes de vœux...
    Place de l'Hôtel de Ville, vous pourrez remplir votre panier au Village Gourmand (les deux derniers week-ends avant Noël) avec des produits locaux (Champagne, confitures, miel, charcuteries ardennaises, foie gras, champignons, etc.). Il ne faut pas hésiter non plus à pénétrer dans les différents quartiers de la ville qui proposent tous des animations que ce soit des concerts, des ateliers de maquillage, des fanfares, des goûters ou des spectacles.

    Arche de Noël à la Défense

     

     

     

     

    <figure> Arche de Noël à la Défense </figure>

     

     

     

     

    C'est le plus grand marché de Noël de la région parisienne. Installé sur le parvis de La Défense, il draine toujours plus de visiteurs chaque année et ce depuis 17 ans. Cette année, le marché de Noël de La Défense se tient du 19 novembre au 27 décembre 2015(il sera fermé le 25 décembre) se composant de 350 chalets répartis sur pas moins de 10 000 mètres carrés.
    Sa taille, son environnement et sa structure le rapproche davantage d'un grand salon que d'un marché de Noël traditionnel tel que l'on peut le trouver dans des villes comme Strasbourg, Reims ou Colmar.
    Ce qu'il perd en authenticité et en atmosphère propre à la magie de Noël, le marché de Noël de La Défense le gagne en profusion et en diversité. Avec ses 350 petits chalets accolés les uns aux autres en un grand carré bordé d'allées au noms évocateurs (Allée des lapons, Allée des ours, Allée des pingouins, Allée des esquimaux ou Allée des inuits), ce marché de Noël est l'occasion d'effectuer en une seule visite et sur un même lieu presque l'intégralité des ses achats tant l'offre est large.
    Avec ses milliers d'objets qui s'étalent sur les présentoirs, il est difficile de repartir sans avoir trouver les éléments qui vous manquent pour les fêtes de fin d'année. Des santons en argile " Escoffier " de fabrication artisanale en passant par les moules à gateaux en silicone, les jouets en bois traditionnels, le thé, les corbeilles de fruits, les tours de magie, les montres, les porte-feuilles, les sacs, les lampes, les écharpes ou les masques africains, on trouve de tout !
    Et si les chaussons posés au pied du sapin ne risquent pas de rester vides, les assiettes n'ont plus. De nombreux vendeurs de produits du terroir investissent ce marché, proposant des jambons corse, du foie gras du Sud-Ouest, des fromages des Alpes, des chocolats français et bien d'autres spécialités régionales, et provenant des quatre coins du monde, qui ne manqueront pas de trouver bonne place sur la table le soir du réveillon, ou même avant.
    Petits cadeaux, de quoi remplir les estomacs, il ne manque plus que les jouets et tout ce qui permet de décorer la maison. Pas de panique, deux châpiteaux de 400 mètres carrés sont entièrement dédiés à ces deux thèmes. Le premier propose une multitude de jouets et le second s'apparente à un temple de la décoration de Noël.

    Le marché des traditions provençales à Avignon

     

     

     

     

    <figure class="esv-img-article600">

    Le marché des traditions provençales à Avignon

    </figure>

     

     

     

     

    Si les marchés de Noël relèvent véritablement de la tradition dans les villes de l'Est de la France (Strasbourg, Colmar), le marché de Noël d'Avignon, bien plus récent lui, met en lumière une autre tradition, la culture provençale très ancienne, religieuse et encore très présente qui rassemble les familles pendant " le temps de Noël ".
    Ce marché qui se tient du 5 décembre 2015 au 3 janvier 2016, sur la place de l'horloge à Avignon, réunit une soixantaine de chalets où les artisans et les commerçants de la région mettent en avant les produits typiques du Noël provençal. A côté des bijoux, des bougies, des lampes ou des jeux et jouets en bois, on trouve les spécialités gastronomiques et les éléments permettant de constituer le repas de Noël traditionnel, vins, nougats, fruits confits, chocolats, miel, pain d'épices...
    Rien ne manque pour réussir sa table et si le souvenir des traditions fait défaut, il suffit de se rendre à l'Hôtel de Ville où est dressée la Table Calendale présentant le Gros Souper. Ce repas qui précède la messe de minuit, se compose de sept plats maigres en souvenir des sept douleurs de la Vierge Marie, et les treize desserts traditionnels : melon vert, pommes, poires, raisin blanc, les quatre mendiants (qui réunit les noix ou noisettes, raisin sec, amandes et figues sèches), figues, oranges, mandarines, nougat, confiture, galette à l'huile (appelée " pompe " à Aix-en-Provence et Marseille et " fougasse " en Arles et en Haute-Provence), vin cuit et datte (la liste non exhaustive car elle diverge d'un ville à l'autre).
    L'Hôtel de Ville, pour l'occasion, abrite également une crèche de taille exceptionnelle (tout droit sortie des ateliers Marcel Carbonel) car les santons et la crèche font partie des traditions respectées dans le Sud, comme le démontrent les multiples modèles présents sur le marché. On peut d'ailleurs en admirer plusieurs au palais du Roure et dans la plupart des églises d'Avignon, mais aussi dans les villages voisins où vous menera le " Chemin des crèches ", un parcours proposant la découverte de diverses crèches animées et illuminées et qui regroupe de magnifiques santons traditionnels.
    Evidemment, l'esprit de Noël plane sur toute la ville qui propose des animations comme des défilés de groupe folkloriques, des animations animalières, une parade du Père Noël accompagné de clowns, des musiciens ou des peluches, une sculpteuse de baloons, des automates...

    Nantes, le marché de Noël différent

     

     

     

     

    <figure>

    Nantes, le marché de Noël différent

    </figure>

     

     

     

     

    Historiquement, Nantes a toujours été une ville d'échange et son marché de Noël ne déroge pas à la règle.
    N'ayant pas la tradition du marché de Noël, telle qu'on peut trouver dans la culture strasbourgeoise avec des produits du terroir et de l'artisanat propre à cette fête (sapin, boule de Noël ou vin chaud), la ville joue cette année la carte de la découverte et du partage.
    Place du Change, dans le quartier Decré, les visiteurs peuvent ainsi trouver des cadeaux originaux et utiles auprès de 23 créateurs de Nantes ou d'ailleurs. Ce marché dans le marché est une occasion de découvrir des artisans, des créateurs ou des artistes qui produisent des objets créatifs fabriqués ou transformés en France et de soutenir et encourager les filières créatives.
    Aux abords du square Davias, " L'Autre Marché " tente pour sa part d'inciter les clients à consommer autrement en montrant que l'Economie Sociale et Solidaire est un secteur où produire et consommer ont du sens. Associations, acteurs dans le commerce équitable, créateurs émergents implantés dans les quartiers, agriculture paysanne ou bio mettent en avant des produits de qualité (jouets, livres, musique, bijoux, accessoires de mode, etc.) et expliquent leurs démarches dans ce lieu convivial qui accueille également un marché de producteurs.
    Cœur du marché de Noël de Nantes, la place du Commerce et la place Royale, réunissent les acteurs " traditionnels " d'un marché de Noël. On trouve une trentaine d'exposants alimentaires proposant du vin chaud, du pain d'épices, des produits régionaux, des confiseries, du vin de Loire mais aussi des spécialités orientales et bordelaises. Côté artisanat et cadeaux, ce ne sont pas moins de 90 exposants qui sont présents cette année avec 22 chalets consacrés aux articles cadeaux (décoration, arts de la table, figurines, etc.), 16 chalets d'artisanat local et régional (tableaux, sculptures, verrerie, etc.), 3 chalets de Noël et Décoration (boules, santons), 10 chalets dédiés aux jouets (jouets d'antan, jouets en bois, jeux de société, peluches, etc.), 10 chalets de bijoux artisanaux, 8 chalets sur le thème du bien-être (bougies, luminaires, etc.) et 10 chalets d'artisanat et d'articles du Monde.
    Bien entendu, toute la ville se met à l'heure des fêtes de fin d'année et de nombreux spectacles et animations gratuites ont lieu dans les rues ou sur le marché pour que cet événement puisse être partager par le plus grand nombre. " La Poupée des Neiges ", un conte russe mis en spectacle par la Maison de la Marionnette est proposé du mercredi 20 novembre au 24 décembre, un trio " voix, guitare, saxophone " assure l'ambiance avec ses chansons swing sur le thème de Noël, Saint-Nicolas et le Père Fouettard s'invitent aussi à la fête et se mettent en scène au cours de petites saynètes ou déambulent dans la ville en distribuant des bonbons et les enfants peuvent s'adonner à des atleiers créatifs, se faire maquiller ou se faire prendre en photos avec le Père Noël dans la " Maison du Père Noël ".

    Lille, le marché de Noël qui a la frite

     

     

     

     

    <figure>

    Lille, le marché de Noël qui a la frite

    </figure>

     

     

     

     

    A l'image de ses célèbres carnaval et Grande Braderie, le marché de Noël de Lille attire chaque année davantage de visiteurs.
    Organisé pour la première fois en 1989, il se déroulait alors dans la rue piétonne du centre-ville et ne s'est installé sur la place Rihour qu'à partir de 1996 (qui est également située dans le centre-ville piétonnier).
    S'il ne revêt pas le caractère traditionnel des marchés de Noël de l'Est de la France, celui de Lille a su profiter à la fois de l'intérêt grandissant chez les Français (mais aussi des frontaliers) pour ce type de manifestations depuis les années 1990 et de son image dynamique et festive.
    La ville ne lésine sur les moyens puisque la Grand Place, parée de mille lumières, est dominée par un sapin majestueux culminant à 18 mètres et une grande roue non moins imposante avec ses 50 m de haut et ses 36 nacelles offrant un point de vue unique sur l'ensemble de la ville.
    Pour ce qui est du marché en lui-même, ce sont plus de 80 chalets qui accueillent les visiteurs du 18 novembre au 30 décembre (fermeture le 25 décembre) et leur proposent des santons, des décorations de Noël pour le sapin et la maison, du pain d'épices, du vin chaud, des spécialités régionales mais aussi des objets provenant de l'artisanat russe, québécois, polonais et amérindien.

    Metz et Plombières, les lorraines de Noël

     

     

     

     

    <figure>

    Metz et Plombières, les lorraines de Noël

    </figure>

     

     

     

     

    Reparti sur cinq sites, le marché de Noël de Metz met l'ensemble de la ville à l'honneur. On ne peut pas à proprement parler de cinq marchés distincts mais plutôt de cinq pôles thématiques qui offrent aux visiteurs une balade au pays de Noël.
    Il y a tout d'abord la place Saint-Louis où sont réunis les artisans au cœur du marché des traditions. Ces derniers font renaître grâce à leur talent l'esprit de Noël dans le respect des traditions avec des jouets en bois, de la maroquinerie ou des objets de décorations de Noël traditionnaux.
    En poursuivant sa route, le promeneur arrive ensuite au forum Saint-Jacques. Ici débute en quelque sorte un royaume pour enfants comme dans les contes. Il y a, pour commencer, l'attraction principale, le petit train. Mais aussi la possibilité pour les enfants de suivre de facétieux petits lutins qui les guident dans une visite de maisons en boudoirs ou en brioche, dans une fabrique de pâtisseries ou aux abords d'un château dégoulinant de chocolat. Ça ressemble à un voyage dans l'univers d'Hansel et Gretel, la méchante sorcière en moins. Après une séance photo auprès de Père Noël, ils pourront laisser leur petit mot dans la boîte aux lettres personnel du gros bonhomme rouge avec l'assurance d'avoir une réponse.
    Place de la Gare, au pied de l'immense sapin des Vosges décoré, la crèche géante est l'introduction au quartier impérial qui plonge les promeneurs dans la féerie de Noël. Féerie on ne peut plus vivante place Saint-Jacques avec son village sous les étoiles et son chalet entièrement consacré à la décoration de Noël. Ici règne le véritable esprit de Noël à la fois classique et traditionnel avec le vin chaud, les petits gâteaux et le carrousel illuminé.
    Place de la République, la magie continue de manière grandiose avec la grande roue de 60 mètres de haut qui offre une vue imprenable de la ville de jour ou de nuit. Sur cette place, on trouve aussi autour du sapin magique, le village très coloré des chalets venus de l'Outre-Mer et mis à l'honneur cette année pendant ce marché de Noël.

    Colmar, au cœur des traditions

     

     

     

     

    <figure> Colmar, au cœur des traditions </figure>

     

     

     

     

    Le marché de Noël de Colmar est l'un des plus réputés d'Alsace. Cette réputation Colmar la doit essentiellement à la qualité des produits présentés, aux décorations et au respect de la tradition. Il faut dire que grâce à son patrimoine urbain, la ville dispose d'emblée d'un écrin exceptionnel pour cette manifestation. A ce décor naturel s'ajoute la participation de tous les habitants de la ville heureux de perpétuer les traditions et de faire vivre l'esprit de Noël dans les rues. L'enthousiasme des Colmariens grandit lorsqu'il s'agit de redoubler d'imagination pour participer au concours de décorations. Que ce soit sur les façades des maisons, aux fenêtres ou aux balcons, les couronnes de l'Avent fleurissent chaque année à cette saison contribuant à plonger la ville toute entière dans un décor de conte de fées.
    Dans la Vieille Ville, au décor historique savament illuminé, la succession de décors et de lumière est une véritable invitation aux promeneurs à s'immerger dans la féérie des marchés de Noël. Des marchés, oui, parce que si toute la ville devient un immense village de Noël dès la fin novembre, de petits marchés viennent se nicher sur des places au patrimoine exceptionnel, illuminées de manière intime et conviviale.
    Cette année, ce ne sont pas moins de cinq marchés, ayant chacun son identité, que les visiteurs peuvent découvrir, du 24 novembre au 31 décembre, au cœur de ce grand village de Noël qu'est Colmar. Sur fond d'église du 14ème siècle, la place des Dominicains accueille une cinquantaine de maisonnettes, conçues par un architecte pour s'intégrer au décor, dans une ambiance presque spirituelle. Le marché intérieur de Koïfhus réunit, dans sa salle d'apparat d'un édifice des 14ème et 15ème siècles, l'artisanat d'art ancien ou contemporain de la région avec des maîtres verriers, des ébénistes, des sculpteurs sur bois, des chapeliers ou des bijoutiers d'art. La place Jeanne d'Arc est, elle, le lieu de rendez-vous des épicuriens qui y trouvent au sein d'une trentaine de maisonnettes les plaisirs gourmands (vin chaud, pain d'épices, Sprengerle, Bredele) et la tradition gastronomique alsacienne. Place de l'Ancienne Douane les objets proposés sont variés et multiples (décoration, art de la table, cadeaux originaux), mais on privilégie l'artisanat local et régional, les produits du terroir et de la tradition de Noël. Comme son nom l'indique, le Marché de Noël des Enfants de la Petite Venise, situé dans le quartier pittoresque de la Petite Venise, offre son décor naturel fantastique au monde des enfants avec des maisonnettes où sont vendus des peluches ou des jouets en bois. Clowns, manège de chevaux de bois, crèche animée et boîte à lettres géante (pour déposer sa liste au Père Noël) participent à l'esprit merveilleux de cet endroit.
    Illuminations, ambiance chaleureuse bercée par la musique traditionnelle de Noël, décorations et patrimoine historique remarquable, Colmar réunit bien des atouts et pourrait se voir gratifier du titre de ville du Père Noël tant elle offre un décor presque imaginaire.


    votre commentaire
  •        
    <figure> © tillwe / flickr  </figure>

    Le 25 décembre les chrétiens fêtent la naissance de Jésus, Fils de Dieu : c’est une période d’espoir et de joie. Noël est aujourd’hui la fête la plus populaire auprès des grands et des petits.

     

    Noël » vient du latin natalis dies, «â€¯jour de naissance ». La naissance de Jésus, la nuit, quand les bergers dormaient dans les champs, est racontée par l’Évangile de Luc, et plus tard, les évangiles apocryphes ont ajouté des détails sur le lieu et les personnages. Quand Denys le Petit, au VIe siècle, a voulu dater les années à partir de la naissance du Christ, et non plus de la fondation de Rome, le savant religieux qui a fait ses comptes s’est trompé de quelques années… Jésus est donc né un peu avant l’an 0. Luc ne précise pas la date. Peut-être Jésus est-il né en juillet ! Pourquoi donc Noël en décembre ?

    On ne sait pas à qui l’idée est venue en premier, mais au IIIe siècle, à Rome, une concurrence s’est installée entre certains païens monothéistes et les chrétiens autour de plusieurs dates, plutôt au printemps, pour la naissance ou renaissance de Dieu : mais ce sera au solstice d’hiver, à la fin de décembre, période où les jours, bien timidement, commencent de rallonger, où le soleil, qui a semblé mourir, connaît une renaissance. Jésus n’est-il pas le «â€¯Soleil de justice » (Ml 3, 20) ? L’empereur Aurélien, en 274, a même voulu imposer un culte solaire du Sol Invictus (Soleil invaincu), culte comparable à celui de Mithra, dieu qui connaît une nouvelle naissance le 25 décembre. Aurélien mort, les cultes païens (Mithra et Saturnales) lentement abolis, la fête chrétienne est restée…

    Certains orthodoxes (Églises de Jérusalem, de Russie, de Géorgie, de Serbie, du Mont-Athos) ont conservé le calendrier julien (introduit par Jules César), qui comporte treize jours d’écart avec le calendrier occidental grégorien (institué par le pape Grégoire XIII, au XVIe siècle). Ils fêtent donc Noël le 25 décembre selon le calendrier julien, qui correspond au 7 janvier selon le calendrier grégorien.

    Noël est une fête de la lumière naissante. En Europe du Nord, les illuminations de Noël contrastent avec la nuit épaisse de décembre. L’habitude a été prise de fêter Noël au cœur de la nuit, comme le veut l’Évangile, et cette tradition est restée commune aux grandes confessions, catholique, protestante et orthodoxe.

    Pour les fidèles, à l’inverse des clercs, Noël a toujours été une fête plus populaire que Pâques. Il n’y a pas, dans la naissance d’un enfant, la dimension tragique de la Croix. En revanche, nos ancêtres, habitués à une mortalité infantile très élevée, savaient la fragilité d’un bébé dans une étable en décembre… Cet enfant qui naît est un tout-petit, petit comme une graine, comme un germe. Noël est donc une fête toute en contrastes ; la chaleur et la neige, la lumière et la nuit, Dieu et un nouveau-né.

    C’est aussi une fête de l’espoir : quand tout semble mort et éteint, les chrétiens, bravant le vent d’hiver, vont allumer la flamme de ce qui va naître et grandir. D’où ce dernier contraste : Noël est une fête des enfants, simple comme les bergers ; mais c’est aussi une fête des adultes qui connaissent la préciosité de la vie, comme le figurent les mages, savants dont la sagesse témoigne, au-delà des apparences, d’une vérité profonde.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique