•    mijoté de boeuf
    Temps de préparation : 120 minutes
    Temps de cuisson : 60 minutes
    Ingrédients (pour 4 personnes) : - 800 g de viande de bœuf spéciale bourguignon
    - 1 verre d'eau
    - 1 cuillère à soupe de farine
    - 2 ou 3 carottes
    - 2 oignons
    - 2 cuillères à soupe de vinaigre balsamique
    - 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre
    - champignons de Paris à volonté
    - persil
    - sel et poivre
    - 2 cuillères à soupe de moutarde à l'ancienne
    - 1 ou 2 cubes de bouillon de bœuf
    - 3 cuillères à soupe de crème fraiche épaisse
    - 50 g de beurre + 1 cuillère à soupe d'huile

    Préparation de la recette :

    Dans une cocotte en fonte, faire fondre le beurre avec l'huile et y faire revenir les oignons; puis y jeter les morceaux de bœuf pour les faire dorer à feu vif.
    Verser dessus le verre d'eau dans lequel vous aurez fait dissoudre le cube de bouillon; ajouter les vinaigres et assaisonner. Laisser mijoter à feu doux.
    Ajouter les champignons et les carottes coupées en tranches au fur et à mesure, puis ajouter le persil ciselé et la moutarde; laisser mijoter 1 h à 1 h 30.
    En fin de cuisson, ajouter la farine et bien remuer jusqu'à un léger épaississement, puis lier avec la crème avant de servir.
    On peut ajouter du riz, si les convives sont de gros mangeurs ou servir seul pour un soir.

    Cette recette est idéale, quand vous avez plein d'autres choses à faire; car une fois que les ingrédients sont versés, il y a peu de surveillance!
     


    votre commentaire
  • <header class="clearfix" id="main-content-header">

    Les médicaments qui détruisent les reins

    </header>

    Anti-inflammatoires, diurétiques, produits amincissants... De nombreux médicaments peuvent détruire les reins silencieusement, sans qu'aucune douleur n'apparaisse. Les conseils de Médisite pour garder des reins en parfaite santé.

    Ibuprofène, acéclofénac, naproxène : pas d'automédication !

    Les médicaments de la famille des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont particulièrement nocifs pour les reins. "Ils agissent en inhibant la synthèse des prostaglandines à l’origine d’une vasoconstriction des vaisseaux rénaux et une diminution de la perfusion du rein pouvant conduire à une insuffisance rénale fonctionnelle. Parfois, ils provoquent une néphropathie tubulo-interstitielle d’origine immuno-allergique grave", explique le Dr Brigitte Lantz, néphrologue.

     

    Les molécule concernées sont notamment : ibuprofène, acéclofénac, naproxène… Si certains peuvent être vendus sans ordonnance, ils ne sont pas anodins pour autant et sont contre-indiqués en cas d'insuffisance rénale grave.
    "L'automédication est à bannir d'une façon générale, et en particulier avec les AINS. Ils ne doivent être pris que sous contrôle médical. Rappelons qu'ils sont responsables de 7% des insuffisances rénales aiguës, soit une proportion très importante", indique le Dr Brigitte Lantz.

     

    <section class="block-gc-ad" id="block-gc-ad-pave_bas">Publicité
     
    </section>
    Le mode d'action des AINS les rend toxiques pour les reins, en particulier lorsque l'on présente certains facteurs de risque. Les personnes qui ne s'hydratent pas suffisamment sont par exemple plus à risque. C'est notamment le cas des personnes âgées (plus de 75 ans) car elles ont tendance à perdre la sensation de soif. Elles ont aussi une masse musculaire plus faible que les jeunes adultes, ce qui peut les amener à surestimer leur fonction rénale. "Les AINS aggravent également l'insuffisance rénale même modérée des personnes qui en sont atteintes, parfois sans le savoir", note la spécialiste.
    D'où l'importance d'un dépistage, même en l'absence de tout symptôme, l'insuffisance rénale étant une affection silencieuse.


    Attention : Ne stoppez jamais un traitement de votre propre chef. En cas de doute, demandez conseil à votre médecin.


     

    votre commentaire
  • <header class="clearfix" id="main-content-header">

    Le paracétamol dangereux pour le foie

    </header>
    <section class="block-gc-ad" id="block-gc-ad-pave_haut"></section>
    Le paracétamol est l'analgésique le plus vendu en France. Pourtant, même un faible surdosage de ce médicament comporterait des risques pour la santé. C'est ce qu'affirme une équipe de chercheurs écossais. D'après leur étude, publiée dans le British Journal of Clinical Pharmacology, dépasser le dosage recommandé en paracétamol serait toxique pour le foie. D'où d'ailleurs son utilisation fréquente en Angleterre dans les tentatives de suicide.

    L'enquête a été effectuée sur 663 patients hospitalisés pour des lésions hépatiques dues au paracétamol. Soixante-quinze pour cent d'entre eux étaient en overdose intentionnelle. Mais les 25% restant avait pris une dose légèrement excessive du médicament, c'est-à-dire plus de 4 grammes/jour... La molécule est donc toxique à des doses faibles.

    En France, le paracétamol est 'la première cause d'indication de greffe hépatique en raison d'une hépatite aiguë grave', déclare également ce jour au Figaro, le professeur Dominique Larray, hépato-gastro-entérologue (CHU de Montpellier). En France toujours, les hépatites graves ont entraîné 181 greffes du foie. Mais l'intoxication au paracétamol était en cause dans 64 greffes.

    <section class="block-gc-ad" id="block-gc-ad-pave_bas">Publicité

     

    </section>
    Chez l'adulte, la dose maximale de paracétamol recommandée est de 4g/24h, à condition de ne pas prendre plus d'un gramme à la fois, renouvelable si nécessaire après 4 heures. Sachant toutefois que de telles prises doivent impérativement rester exceptionnelles.

    Une campagne de communication sur ce médicament et ses risques est actuellement envisagée.


    En savoir plus sur http://www.medisite.fr//a-la-une-le-paracetamol-dangereux-pour-foie.

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires