• Louis Armstrong



    Louis Armstrong Surnom : Satchmo, Satchel Mouth
    Nationalité : américaine
    Naissance : 04 août 1901
    Mort le : 06 juillet 1971

    Label : Decca
    Genre musical : Jazz
    Écoutez Louis Armstrong sur : Playlist 007
    Si le trompettiste, cornettiste, mais aussi chanteur de scat, Louis Armstrong, reste le plus connu des jazzmen de la Nouvelle-Orléans (avec Sydney Bechet), c'est certainement grâce à son incroyable sens du spectacle et de l'entertainment, allié à un charisme incomparable. Trompettiste virtuose et improvisateur de talent, Armstrong sut mieux que tout autre, et ce, tout au long de sa carrière, marier art populaire et esprit aventureux. Des qualités qui firent de lui le grand monsieur du jazz que l'on sait, celui qui donna au genre ses lettres de noblesse



    Fils d'une fille mère (son père abandonna sa famille lorsqu'il n'était encore qu'un jeune enfant), Louis Daniel Armstrong doit se faire tout seul. Une enfance dans les quartiers difficiles lui vaudra de nombreuses arrestations, et ce, avant même sa majorité. Errant de par les rues de la ville, Louis est très souvent envoyé au Home for Colored Waifs, une institution pour enfants abandonnés. Par chance, sa curiosité lui vaudra d'apprendre à jouer du cornet à pistons dans un orchestre du centre ville. Son enfance lui vaudra également d'assister très souvent aux parades des brass-bands d'alors, ces fanfares qui préfigurèrent le jazz. Le trompettiste Geary "Buck" Johnson, comparse de Sydney Bechet lui apprendra les rudiments du cornet et sa rencontre avec un autre cornettiste, le grand Joe "King" Oliver, qui le prend véritablement sous son aile, marquera le début de sa carrière. Il jouera sur les bateaux qui remontent le Mississipi ainsi que dans l'orchestre de Fate Marable. Au départ d'Oliver pour Chicago en 1919, Louis Armstrong prend sa place au sein du band de "Kid" Ory, alors considéré comme le meilleur orchestre de hot jazz de La Nouvelle-Orléans.
    En 1922, il part à Chicago et incorpore le fameux Créole Jazz Band de King Oliver à la demande de celui-ci. Alors trompettiste débutant, Louis Armstrong, surnommé Satchmo (ou Satchel Mouth soit "bouche en forme de sacoche", à cause de sa large bouche) n'en imposera pas moins rapidement son style au point de véritablement initié l'importance du rôle du soliste dans un orchestre de jazz. Pressé par sa femme (Lile Hardin, une pianiste renommée), il monte à New York et enregistre beaucoup (notamment des duos avec Sydney Bechet, autre virtuose de l'époque et direct concurrent). Il retourne donc à Chicago en 1925, période où il enregistre de nombreux succès comme Muggles et surtout West End Blues, sous son propre nom accompagné par les Hot Five et les Hot Seven. Son dynamisme et ses improvisations le placent alors parmi les artistes populaires les plus célèbres de son temps.
    Mais Satchmo à la bougeotte. Les sirènes new yorkaises n'ont pas fini de chanter pour lui et il repart à New York en 1929, puis à Los Angeles peu de temps après. Cette année là, il effectue également sa première tournée en Europe. Malheureusement, en 1935, une blessure à la bouche (il se rompt un muscle labiale) met un frein à cette carrière en plein essor. Il prend, malgré lui, un congé d'un an et ne retrouvera jamais l'aisance avec lequel il jouait de son instrument fétiche, la trompette. Après de folles années de tournées, il est contraint de s'installer à New York, dans le Queens. Nous sommes en 1943.
    Ce n'est pas pour autant la fin du grand Satchel Mouth, et pendant plus de trente ans, Armstrong donnera plus de 300 concerts par an ! Cependant, la conjoncture de crise touchant les grands orchestres, il est obligé de se produire en sessions réduites. Dans les années 50, Louis Armstrong joue avec plusieurs formations restreintes, composées de membres de son ancien big band. Il apparaît dans plus de 30 films et enregistre le fameux "Hello Dolly" en 1964, un morceau qui doit beaucoup à son accident labial puisqu'à cause de lui, Armstrong s'est lancé depuis quelques années dans le scat, une forme de chant syncopé dont les meilleurs moments préfigurent le rap actuel.
    Pour beaucoup, Louis Armstrong joue le rôle du sympathique Oncle Tom, le noir humble, chaleureux et peu revendicatif. Cela lui vaudra d'être malmené par ses coreligionnaires afro-américains durant le combat pour les droits civiques des années 60. Satchmo n'en a cure, après une carrière bien remplie au cours de laquelle il donna au jazz l'envergure d'une véritable culture internationale, il s'éteint à 69 ans en 1971, après un show triomphal au mythique Waldorf Astoria. Et c'est ce mythe, et cet héritage, que l'on voudra bien garder de lui.


    votre commentaire

  •    

    Le fléau des faux médicaments

    Quelle est l'ampleur du marché des médicaments contrefaits ? Parce que ces produits utilisent des circuits de distribution clandestins, il est bien difficile de répondre à cette question. Mais une vaste enquête européenne permet de mieux appréhender ce fléau et ses dangers.

    <script language="JavaScript"> </script>

    Faux médicamentsUne nouvelle enquête conduite dans 14 pays européens permet de mieux évaluer les risques liés à l'augmentation des médicaments contrefaits. Ce marché illégal est estimé à plus de 10,5 milliards par en Europe et à 1 milliard rien qu'en France1,2.

    De plus en plus de médicaments contrefaits

    En décembre 2008, le vice-président de la Commission européenne révélait qu'en deux mois, 34 millions de faux médicaments avaient été saisis aux frontières de l'Europe3. Selon l'Union européenne, le nombre de médicaments contrefaits entrant en Europe a été multiplié par 6 en deux ans, passant d'un demi-million en 2005 à plus de 4 millions en 20074,5. En 2006, l'Organisation Mondiale de la santé déclarait ainsi que "le marché des médicaments contrefaits a explosé. Ses ventes globales devraient atteindre 75 milliards de dollars d'ici 2010"6.

    Les méfaits de la contrefaçon dans les pays pauvres

    La contrefaçon se développe en majeure partie dans les pays pauvres. Il peut y avoir plus de 30 % de faux médicaments dans certains pays. Ce problème avait été souligné en octobre 2009 par la Fondation Chirac. Selon le Pr Marc Gentilly, délégué général de la Fondation Chirac, "près de 70 % des antipaludiques en circulation ont un principe actif sous-dosé", alors que cette maladie tue encore chaque jour. L'Appel de Cotonou contre l'impunité et l'indifférence, prononcé par Jacques Chirac, demandait des engagements forts et mondiaux contre ce fléau :

    Sources :
    Fondation Chirac, L'Appel de Cotonou, 12 octobre 2009
    OMS, paludisme, consulté en ligne le 12 octobre 2009

    Une vaste enquête européenne réalisée pour le compte du laboratoire Pfizer confirme l'importance de ce phénomène. Réalisée entre le 27 octobre et le 8 novembre 2009, l'étude "Cracking Counterfeit Europe" a interrogé plus de 14 000 personnes dans 14 pays européens1. Et plusieurs de ces résultats sont étonnants.


    votre commentaire
  • Tian de Courgettes et de Tomates


    Préparation : 15
    Cuisson : 1h20

    Ingrédients (pour 4 personnes) :
    - 1 kg de courgettes
    - 1 kg de tomates
    - 3 gros oignons
    - sel et poivre
    - huile d'olive, sucre, thym

    Préparation :

    Émincer les oignons. Les mettre à cuire doucement (env. 20 min.) dans un wok ou une poêle avec 2 cil. À soupe d'huile d'olive, du sel et du poivre, 1 c à soupe de sucre.

    Vous obtenez une fondue d'oignon que vous étalez au fond d'un plat à gratin.

    Coupez en rondelles de 3 à 4 mN les tomates lavées et les courgettes lavées et épluchées.

    Les disposer en rangée serrée dans le plat en alternant une rangée de courgettes et une de tomates (comme les écailles d’un poisson!)
    Salez et poivrez, un filet d'huile d'olive et du thym par dessus et enfournez à four chaud (thermostat 7/210°C) pendant 1 heure.

    Appuyer sur les légumes de temps en temps au cours de la cuisson pour que le dessus ne dessèche pas.

    A savourer chaud ou froid.


    votre commentaire

  • BOB MARLEY : SA BIOGRAPHIE

    La légende rasta !

    Bob Marley est né à Nine Mile en Jamaïque, le 6 février 1945. Sa voix hors du commun douce et tranquille s'inspirant du rastafarisme en fait le principal ambassadeur du Reggae. Il est connu pour des tubes tels que No woman no cry, I shot the sheriff, etc. Il meurt prématurément en 1981.



    Vingt-cinq ans après sa disparition, Bob Marley reste une des principales icônes du monde contemporain. Sa musique n’a pas vieilli et passe toujours sur les ondes du monde entier, réussissant le pari de séduire les spécialistes du reggae et du dancehall, et les amateurs de bonne musique.



    Bob Marley est né le 6 février 1945 à Saint Ann (Jamaïque) d'une mère jamaïcaine et d'un père anglais capitaine dans la marine qu'il n'a jamais connu. Il grandit dans le milieu pauvre du ghetto de Trenchtown à Kingston où il s’intéresse très tôt à la musique. En 1961, il enregistre son premier titre qui ne rencontre aucun succès, mais Bob Marley continue à y croire et à répéter. Il est un bourreau de travail, usant les musiciens par ses répétitions incessantes et son caractère jamais satisfait.



    En 1964, il fonde avec Peter Tosh et Bunny Wailer, le groupe qui sera connu plus tard sous le nom de "The Wailers". Le groupe signe un contrat avec une maison de production et commence à produire des morceaux, mais Bob Marley, qui a besoin d'argent, part travailler aux Etats-Unis où il suit des cours de théologie. En 1968, il retourne en Jamaïque, plus décidé que jamais et commence à acquérir une certaine réputation grâce à son charisme, sa voix tendue et expressive, et ses textes engagés.



    Le groupe signe avec le label Island et sort ses premiers albums au début des années 70, Catch a Fire et Burnin'  en 1973. Rapidement, Bob Marley le principal compositeur du groupe se fait remarquer, et en 1974 il enregistre son premier album solo Natty Dread et même si la pochette de l'album mentionne toujours les Wailers, force est de reconnaître que la formation à énormément changé avec notamment le départ de Tosh et Wailer.



    Le succès est au rendez-vous, Bob n'enregistrera plus qu'en solo, devenant le porte-parole du reggae qu’il fait connaître dans le monde entier. Les albums s'enchaînent (Rastaman Vibration en 1976, Exodus en 1977, Kaya en 1978...) et le succès ne se dément pas. Mais en 1978, Bob Marley apprend qu'il est atteint d'un cancer. Il supporte sa maladie pendant trois ans sans trop s'en soucier et continue à se produire en concerts et à enregistrer des titres qui composent ses deux derniers albums Survival (1979) et Uprisin (1980). Sur ce dernier des titres comme Forever Loving Jah et Redemption Song constituent des chants d'adieu de Bob à son public.


    C'est le 11 Mai 1981 que Bob Marley s'éteint à Miami. Depuis la légende entamée de son vivant se perpétue et gagne de nouveaux publics.


    votre commentaire

  • Protection du climat : il est urgent d'agir, ici et maintenant !





     mardi 6 janvier 2009 - Par gruene.ch




    Plus personne ne nie aujourd'hui que des bouleversements climatiques majeurs sont en cours et qu'ils pourraient avoir de graves conséquences pour l'avenir de notre planète. Différentes études montrent pourtant qu'il est possible de limiter l'impact du réchauffement climatique et d'éviter le pire pour l'environnement et l'humanité, à condition que les températures n'augmentent pas de plus de 2° C par rapport à celles de l'ère préindustrielle. Cela implique pour les nations industrialisées qu'elles réduisent d'ici à 2020 leurs émissions de CO2de 40 % par rapport au niveau de 1990.

    Initiative pour un climat sain et loi sur le C02

    Plus de 150'000 signatures ont été récoltées en un temps record en faveur de l'initiative pour un climat sain, déposée le 29 février 2008 à la Chancellerie fédérale. C'est un signal clair à l'intention du gouvernement: la population suisse souhaite une action rapide et déterminée contre le dérèglement climatique.

    Le Conseil fédéral n'a malheureusement pas saisi le message. La loi sur le CO2 qu'il vient d'élaborer en guise de contre-projet à l'initiative est tout à fait insuffisante. Les Verts insistent en effet pour que la réduction des émissions de gaz à effet de serre ait lieu sur le territoire helvétique, et non par le biais d'achats de certificats ("permis de polluer") à l'étranger. 

    En toute logique, la protection du climat doit être réalisée à la source. Ce n'est qu'à cette condition qu'elle permettra de créer des emplois et de revitaliser le secteur des transports et de la construction,  tout en diminuant la dépendance de la Suisse vis-à-vis du pétrole étranger.

    Les Verts souhaitent également que le Conseil fédéral étende la taxe sur le CO2 au domaine des transports, qui recèle un gigantesque potientiel de réduction.

    Lire nos prises de position sur la politique énergétique fédérale
    Pour en savoir plus sur l'initiative pour un climat sain:  www.oui-initiativeclimat.ch

    Les Verts sont membres de l'Alliance pour une politique climatique responsable

    Programme pour la protection du climat de l'Alliance - les instruments les plus importants et leurs effets 

    10 conseils simples pour faire du bien au climat



    Le charbon doit rester sous terre

    Agitant le spectre d'une pénurie de courant, plusieurs compagnies électriques suisses ont l'intention d'investir dans des centrales à charbon à l'étranger. Il faut à tout prix les en empêcher, et ceci pour au moins deux raisons.

    • Le charbon est le combustible fossile produisant le plus de CO2. C'est la pire énergie qui soit pour produire de l'électricité. À l'heure où il est urgent de protéger le climat, les compagnies d'électricité s'apprêtent à envoyer 11,2 millions de tonnes de CO2 supplémentaires dans l'atmosphère, ce qui représente un cinquième de toutes les émissions produites en Suisse.
    • Dès 2013, les exploitants des centrales à charbon auront l'obligation de compenser leurs émissions par l'achat de droits d'émission, ce qui coûtera 300 milions de francs par année et par centrale.  L'argument économique qu'agitent actuellement les investisseurs va donc rapidement se retourner contre eux, même sans tenir compte d'une probable augmentation du prix du charbon.

    Dans les cantons de Fribourg et de Neuchâtel, c'est le groupe E,un entreprise publique, qui s'apprête à se lancer dans cette aventure absurde. Tous les citoyens ont le droit de manifester leur opposition à un projet contraire aux engagements de la Suisse dans le cadre du protocle de Kyoto.

    Signez la pétition en ligne:
    Non au charbon - Action citoyenne pour du courant propre

    D'autres actions de protestations ont lieu en Suisse allemande, notamment dans les cantons de Berne, de Glaris et deSt-Gall.

    Interpellation de Franziska Teuscher au Conseil national pour un moratoire aur la participation à des centrales à charbon à l'étranger (en allemand)



    Des centrales à gaz en Suisse?

    L'utilisation du gaz  pour produire de l'électricité émet des quantités non négligeables de CO2. La construction de centrales à gaz en Suisse ne doit être autorisée qu'à des conditions très strictes.

    Ainsi, les émissions des centrales à gaz ne doivent en aucun cas influer négativement sur le bilan énergétique de la Suisse. Elles doivent donc être intégralement compensées par des réductions mises en oeuvre sur le territoire suisse (principe de la réduction à la source). 

    Les projets de centrales doivent en outre être soumis à une étude d'impact sur l'environnement et sur le climat.

    Communiqué du 4 septembre 2007



    Le nucléaire n'est pas une solution au problème climatique

    En plus d'être de dangereuse et de produire des déchets radio-actifs hautement toxiques, la production d'électricité nucléaire émet également du CO2 et ne contribue nullement à lutter contre l'effet de serre.

    Voir notre page sur le nucléaire



    Position des Verts sur la politique énergétique

    Perspectives énergétiques à l'horizon de 2050


    Du côté des Jeunes Verts

    Initiative pour une mobilité humaine et durable (initiative pouer des véhicules plus respectueux des personnes, déposée en août 2008)



    Le coût économique des changements climatiques

    Le rapport de Sir Nicholas Stern, économiste, à l'attention du gouvernement britannique



    Rapport de l'ONU sur le climat

    Le 4e rapport du GIEC (groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), publié le 2 février 2007, fait état du résultat des recherches de plus de 2500 scientifiques en provenance de 130 pays. 

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires